Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 05:48

 

indigenes-copie-1.jpgLa société néolibérale est une société outrageusement inégalitaire. Jamais les inégalités sociales ne se sont autant creusées que sous ce régime d’exception. Jamais les riches ne se sont autant enrichis. Jamais les pauvres ne se sont autant appauvris. Il suffit de lire les tableaux publiés par l’INSEE depuis une trentaine d’années pour en prendre connaissance. Et la fameuse théorie du ruissellement à fait long feu : la politique de cadeaux fiscaux accordés aux riches n’a servi qu’à enrichir les riches et appauvrir les pauvres.

La société néolibérale est une société sécuritaire, pénale, répressive, où la régulation des classes pauvres passent non par un traitement social, mais pénal. Les comportements délinquants y sont en outre artificiellement extraits de la trame des rapports sociaux où ils font sens, pour nourrir son fantasme d’ordre électoraliste.

La société néolibérale est celle de l’Etat partisan, où ce dernier n’a pas en charge le Bien Commun, mais les prises de bénéfice des riches et la surveillance du Peuple doté d’une souveraineté factice : électorale. Le spectacle de la répression du peuple souverain est même constitutif de son idéologie : le racisme social.

La société néolibérale est une société nécessairement raciste. Une société dont les fondements culturels sont le racisme. Racisme social, on l’a vu avec le traitement accordé aux pauvres, racisme tout court, anti-arabe, anti-musulman de préférence, trope unificatrice d’un populisme qui transcende largement le clivage Gauche / Droite.

Car le soit-disant danger que représentent les réfugiés et autres immigrés en errance sur les sols nationaux, avec leur mode de vie et de pensée supposés, permet la diffusion d’une culture raciste qui exclue peu à peu du champ de la citoyenneté des millions d’enfants, de femmes, d’hommes, pour la plupart de plein droits citoyens de l’Etat français, par exemple.

Mais la généralisation du racisme social qui a accompagné la formidable montée en puissance des inégalités en France, corrélation nécessaire à la montée en puissance de l’insécurité salariale et sociale, discipline même du salariat précaire et de la vie à bout de souffle de masses de plus en plus importantes de la population française, s’est d’abord traduit par l’abandon des populations françaises issues des anciennes colonies, enfermées dans de véritables "ghettos" -le mot est celui-là même employé par une commission formée de députés de Gauche et de Droite, dans un rapport qui s’est vu aussitôt enterré dans les archives de l’Assemblée nationale, il y a moins de 3 ans.

Andre-Helle-1931.jpgLa France reste donc un état colonial.

C’est sur cet état de la France que l’ouvrage fait le point, ainsi que sur l’Appel des Indigènes de la République, lancé en janvier 2005. Un Parti politique aujourd’hui, dont beaucoup, à Gauche surtout, décrient la formation. Or force est de dire que la relecture qu’ils proposent de cette pseudo république néolibérale, à travers les conflits qui la traversent et en s’appuyant sur une catégorie particulièrement fondée de "racisme social" est pertinente, bien au-delà de la simple compréhension de la situation désespérée dans laquelle se trouvent aujourd’hui les fameux "quartiers".

Elle témoigne en outre de l’émergence d’une nouvelle conscience politique, reflet d’une radicalisation en cours, qui fait que nombre de citoyens ne se reconnaissent plus dans le clivage Gauche / Droite jeté en pâture électorale à nos exigences de vie.

Il s’agit, dans leur cas précis, de n’être plus un objet exotique de la politique française, mais son sujet, qui aurait autre chose à dire désormais que sa seule souffrance.

Discriminés à l’embauche, au logement, à la santé, à l’école, aux loisirs, ces populations françaises issues des anciennes colonies sont toujours victimes de l’exclusion sociale et de la précarité. Il n’est que de consulter encore une fois les statistiques nationales, elles abondent sur la question !

Les populations des "quartiers" sont indigénisées, relégués aux marges de la société, enfermées dans un discours que l’on connaît à présent : celui des zones de non-droit qu’il faudrait reconquérir, dans le langage sécuritaire de cette société néolibérale !

Cinquante années de politiques inefficaces, et l’on s’étonne de voir nos Indigènes renoncer aujourd’hui au cadre républicain pour installer un territoire politique incongru dans le paysage culturel français !

Les "quartiers", tout au long de ces cinquante années d’asservissement, n’auront pas témoignés d’un dysfonctionnement de la République, mais d’une logique propre à son fonctionnement. Il faut, aujourd’hui en France, poser le problème de la question raciale à l’intérieur de la question sociale. Plus que jamais sans doute, avec le surgissement de cette société néolibérale qui fait du racisme le fondement de sa foi. Il n’est que de lire les mises en garde officielles, pour débusquer le vocabulaire dont elles procèdent, avec ses espaces peuplées de hordes ensauvagées, qui ne feraient plus formellement partie de la République : même vocabulaire en effet, comme le soulignent les auteurs de ce livre, que celui employé au XIXème siècle à l’égard des populations qu’il fallait "civiliser "…

Mais s’il existe une matrice républicaine du racisme d’Etat en France, ainsi qu’ils le montrent à satiété, la III République ayant réussi ce tour de force culturel de différencier les citoyens français de plein droit des "indigènes" de la république, sanctionnant par là l’idée d’une infériorité raciale, si ce racisme juridique et étatique français constitua bien la condition de possibilité d’un imaginaire raciste français que l’on voit boutonner aujourd’hui avec hargne, sans doute devrions-nous aussi prendre conscience de ce tournant néolibéral qui en systématise l’ambition dans le dessein d’asseoir sa domination sur tout l‘ensemble du corps social. La Cause des Indigènes de la République est devenue la nôtre, il n’est plus permis d’en douter.

 

 

Nous sommes les indigènes de la république, Houria Bouteldja, Sadri Khiari, éd. Amsterdam, Hors collection, octobre 2012, 440 pages, 17 euros, isbn 13 : 978-2-35480-113-7.

 

Image : André Hellé " L’exposition coloniale ", dessin pour les enfants (1931). Source : couverture de "La Famille Bobichon à l’exposition coloniale" (éd. Berger-Leyraud), Bibliothèque Vert et Plume, reproduite dans " La Misión etnográfica y lingüistica Dakar-Djibouti ", éd. De l’Université de Valencia Espagne, 2009.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Amis d'Hellé 10/08/2014 16:12

Pour information, à propos de l'illustration d'André Hellé :

http://amisdhelle.blogspot.fr/2014/08.helle-raciste.htm

Damien 01/12/2012 22:09

Optique et point de vue intéressants de la société libérale. Merci pour la publication.

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories