Vendredi 11 avril 2014 5 11 /04 /Avr /2014 05:59

 

ps-rose.jpgHomeless Left… C’était le nom de cette masse d’intellectuels allemands de la République de Weimar que la gauche de pouvoir avait trahis et qui se retrouvaient littéralement sans abri. Dont l’une des plus éminentes figures fut Kracauer. Le tout dans un contexte politique sur lequel nous ferions du reste bien de revenir, tant il ressemble au nôtre, avec tout particulièrement cette volonté des libéraux de l’époque attendant des juifs qu’ils paient le prix de leur intégration en abandonnant ce qu’ils nommaient non sans mépris les derniers vestiges ethniques ou religieux de leur appartenance communautaire. L’Allemagne de l’époque voulait alors former une communauté nationale unanime, d’où le pluralisme culturel aurait été éradiqué. Remplacez la communauté juive par le monde musulman et rrom, et vous aurez une idée de la situation qui est la nôtre en France sur ces questions… Il ne fallait pas être grand devin alors pour comprendre, à l’époque de Weimar, que la société allemande restait fermée aux juifs, tout comme il ne faut pas être grand devin pour comprendre à quel point la société française contemporaine se montre fermée à l’égard des communautés rrom, musulmane ou maghrébine.

La vraie Gauche de Weimar errait donc, à la recherche d’une expression politique qui n’allait plus venir bientôt que sous le pari d’une révolution qu’elle avait trop tardé à lancer et qui se brisa net sur la répression fasciste qui se lançait déjà à l’assaut de la société allemande.

 

hollande-vallsHomeless Left. C’est notre situation aujourd’hui, celle du moins d’une grande partie de l’électorat de Gauche trahi par le Parti Socialiste et un François Hollande plus cynique qu’aucun autre homme politique sous la Vème République, qui a fait le pari de vider de son contenu idéologique le Parti Socialiste pour mieux préparer sa réélection personnelle. Véritable Cheval de Troie de la droite néo-libérale, son calcul est simple et redoutable pour l’avenir de la société française : en nommant Valls Premier Ministre, il espère repousser assez la Droite sur ses marges frontistes pour la réduire à jouer la portion congrue aux prochaines présidentielles et emporter de nouveau la mise en nous refaisant le coup éculé du vote républicain. Quelle honte ! Et quel risque pris avec la démocratie, qu’il ne fait rien moins que prendre en otage de sa propre carrière politique !

Valls campe donc sur les terres du Front National. Sa politique est plus droitière que jamais. 1/3 des SDF sont des travailleurs salariés qui ne peuvent accéder au logement tant ce dernier est coûteux en France, mais ses économies, Valls songe déjà à les faire sur les allocations logement… Et sur l’éducation, et sur la santé publique. On connaît le refrain : Sarkozy nous l’avait servi. Et s’il vient d’octroyer aux bas salaires une prime à l’embauche, c’est pour vider de son sens l’ascenseur salarial : on connaît aussi l’effet mécanique de ce genre d’aides qui n’ont cessé de proliférer sous la Vème république pour tirer les salaires vers le bas et casser définitivement le marché du travail.

Demain nous voterons en outre pour un parlement européen vidé de sa substance politique, puisqu’il n’’exerce aucun contrôle réel sur la politique européenne dictée par le Conseil de l’Europe et quelques officines privées qui ont la main mise sur ce Conseil. Il y a 124 millions de pauvres en Europe, où la famine vient de refaire son apparition. Le pire est ainsi à venir.

La Gauche sincère est sans abri. L'autre fausse gauche, les grandes manœuvres du Parti Socialiste la vouent à la misère morale et politique. Tout comme l’était celle de Weimar, dont l’affaiblissement moral forcené se jaugeait à l’aune de la situation faite aux immigrés, abjecte, et qui emporta cette République vers la sombre catastrophe de l’Allemagne nazie qui se profilait dans la droite ligne du renoncement de la Gauche de Pouvoir…

Par texte critique - Publié dans : Politique - Communauté : les anti-capitalistes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 10 avril 2014 4 10 /04 /Avr /2014 05:21

 

 

Martin-JayUn hommage à cet intellectuel inclassable que fut Kracauer, par l’un des universitaires américains les plus intéressants qui soit dans l’univers des cultural studies. Martin Jay nous livre ici non pas une biographie de Kracauer mais une approche épistémique d’une intelligence volontairement soustraite à son marquage identitaire. L’œuvre de Kracauer en témoigne, multiforme, résistant à tout classement, celle d’un intellectuel qui a renoncé à se travestir en universitaire, tout autant qu’en journaliste, celle d’un intellectuel free-lance dirait-on aujourd’hui, marginal,  refusant les fermetures spéculatives qui débitent la réalité du monde en tranches d’expertises sans grandes significations théoriques. Car on ne peut comprendre le monde en le découpant mathématiquement, ce que Kracauer avait saisi très tôt, lui aux yeux duquel la catégorisation ne témoignait que d’une réponse angoissée face à la complexité du monde, pour dévoiler très vite son vrai visage : celui d’un mode de domination et de contrôle voué à la répression des êtres qui peuplent ce monde. Toute sa vie, Kracauer se sera posé la question de savoir comment sauver la complexité du fait social, un véritable enjeu pour les sciences sociales aujourd’hui encore. Et toute sa vie il aura tenté de conformer sa démarche intellectuelle à ce questionnement, rédigeant des articles plutôt que des thèses, quelques rares essais, fragmentant ses idées, ses pensées, livrant de simples sentiments parfois en guise de démonstration, pour plonger au plus trouble de cette Allemagne de Weimar dont l’époque, à bien des égards, nous dédicace ses symptômes qui font signes dans nos scoiétés à court d’Histoire. Un intellectuel nomade en somme, comme le fut à bien des égards Benjamin, passeur à l’éclectisme débridé, livrant un corpus de textes inégaux d’écrits en tous genres, articulés tout de même par sa détermination à dénoncer le spectacle du Capital et les leurres de l’idéologie dominante, cette marchandisation du monde qui bousculait déjà les vies avec férocité –on se rappellera sa merveilleuse étude sur les employés de Berlin, décryptant le fonctionnement du système de domination du monde de la bourgeoisie allemande. La variété même des sujets abordés par Kracauer dessine ces contours d’une pensée habitée et marginale, qui du piano au port des bretelles, de la machine à écrire aux cris de la rue, de la carte postale au cinéma, a su observer le monde sans le subsumer sous  un ordre pré-conscrit. Philosophe, sociologue, historien, grammairien, Kracauer avait le don de traquer cette réalité qui nous échappe tant pour en dessiner une totalité fragmentée capable d’en interroger en retour les fondements. Ce qui l’intéressait au fond, c’était de déchiffrer la situation historique de l’Esprit, comme l’affirma de lui très justement Adorno. Un esthète du cogito en quelque sorte, mettant en scène une pensée dialectique, toujours entre théorie et praxis, pour mieux appréhender chaque fois les processus à l’œuvre et ne voir dans la société et les hommes non une totalité accomplie mais en cheminement d’elle-même. Exilé toute sa vie, faisant de cet exil le fondement de son acuité intellectuelle, Kracauer travailla cet «estrangement» comme le nomme avec raison Martin Jay comme un mode spécifique de connaissance, qui fait de l’historien un étranger. C’est cette exterritorialité qui nous importe aujourd’hui, apte à nous aider à récuser l’idéalisme simplifiant d’un monde intrinsèquement signifiant.

 

Kracauer l'exilé, de Martin Jay, préface de Patrick Vassort, traduction de Stéphane Besson, Danilo Scholz, Florian Nicodème, éd. Le Bord de l'eau, 13 février 2014, Collection : Altérité critique, 246 pages, 22 euros, ISBN-13: 978-2356872753

Par texte critique
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 05:18

 

Atlantide.jpgEncyclopédique, du cinéma à la littérature en passant par la bande dessinée ou la peinture, l’ouvrage se présente comme le vaste catalogue des interprétations du mythe de l’Atlantide. De Platon à Jurassic Park, il s’agit en effet moins d’en étudier les fondements que d’en explorer le corpus. Un corpus particulièrement éclaté, témoin de l’extrême vitalité du mythe. Les variantes mises à jour se révèlent ainsi tout à la fois signifiantes et savoureuses. Les auteurs parviennent même à exhumer de véritables bijoux de la science-fiction, et rappellent à notre bon souvenir des auteurs oubliés, tel l’abbé Brasseur. Ce n’est d’ailleurs pas le mince charme de cet ouvrage que de nous donner à découvrir, à travers des notules précises, la géographie littéraire d’un thème millénaire. Mise en perspective dans l’histoire, celle-ci témoigne par ailleurs d’une incroyable universalité. Tout à sa lecture vagabonde, le lecteur se laisse autant séduire par le pittoresque que le savant. Certes, l’on peut toutefois reprocher le parti pris d’un tel classement. L’entrée alphabétique produit une sorte de mise à plat qui n’aide guère à s’orienter intellectuellement. Subordonnée à l’ignorance, la lecture se fait vite hasardeuse, buissonnière. Mais n’est-ce pas comme de s’aventurer dans un continent inconnu ? Dictionnaire, guide, ce livre offre tout de même une formidable introduction aux mystères qu’il évoque, dont celui qui n’est pas des moindres, d’une pareille production de continents perdus de la littérature. 

 

Atlantide et autres civilisations perdues de A à Z, de jean-Pierre Deloux et Lauric guillaud, éd. E-Dite, coll. Histoire, 19 novembre 2001, 302 pages, 34 euros, ISBN-13: 978-2846080620.

 

Par texte critique - Publié dans : essais - Communauté : le texte voyageur
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 8 avril 2014 2 08 /04 /Avr /2014 05:57
 
 
role-social-patronat.jpgOn ne sait trop par quel bout prendre l’ouvrage. Conceptuellement consacré à l’étude des réalisations sociales du patronat français, le découpage historique est trop clairsemé pour autoriser une vision d’ensemble. Centré sur la question de l’habitat, appréhendé essentiellement à travers l’histoire d’une ville, Le Creusot, l’essai fait fond sur les rapports entre la production du discours des sciences sociales et les politiques patronales de maîtrise des rapports sociaux, paraissant ainsi relever davantage d’une propédeutique que d’une démarche totalisante. Quant aux pratiques vertueuses du patronat du Creusot, à elles seules, elles ne permettent pas de tirer de conclusions décisives sur à la manière dont le patronat français a traité dans son ensemble la question urbaine. Si bien que l’on se trouve en fin de compte face à une défense en creux du paternalisme patronal qui tire parti des politiques urbaines plus récentes des Pouvoirs Publics, effectivement plus contestables encore. cela dit, lorsque l’auteur s’en réfère aux pratiques mêmes au Creusot, force lui est d’avouer qu’en fait il s’agissait déjà, essentiellement et sous couvert d’un discours vertueux, de contrôler les lieux de production des pratiques quotidiennes ouvrières. Le regard compatissant et condescendant des patrons français sur la classe ouvrière trouve ainsi comme un écho dans l’essai, fort soupçonneux à l’égard d’une classe toujours jugées rétrospectivement avec mépris. Rien en particulier n’est jamais dit sur les initiatives ouvrières, nombreuses, qui ont jalonné le XIXème siècle, comme la création de caisses de Prévoyance que les patrons s’employèrent systématiquement à détruire, de peur que les ouvriers ne parviennent à s’organiser eux-mêmes… La fabrique de l’habitat par le patronat, elle, ainsi que l’auteur ne peut le cacher, aura tout de même relevé pour l’essentiel de la relégation : il fallait le réduire strictement au logement de survie, caserner la classe ouvrière et l’isoler du reste de la population de peur que ses révoltes n’y trouvent un écho. On fit ainsi très tôt le vide autour, ce qui est l’expression d’un paternalisme pour le moins suspect. Quant aux ruraux qui débarquèrent jour après jour pour grossir le rang de la classe ouvrière, ils furent traités comme des immigrés dans leur propre pays, auxquels le droit à la ville, sinon à la vie, leur fut purement et simplement dénié. Rien d’étonnant alors que dans ce prolongement idéologique, lorsque les Pouvoirs Publics prirent le relais des patrons, la morphologie urbaine ait conservé la trace de cette pensée. Contrôler la centralité urbaine demeura le réflexe salvateur, même si, l’évolution du tissu industriel aidant, on s’engagea à créer des équipements dans ces zones de relégation : c’est qu’il y avait alors nécessité, pour les patrons du XXème siècle, de puiser dans une main-d’œuvre endogène à la population de la ville où s’installaient leurs usines.  Le plus intéressant de l’ouvrage reste le seuil sur lequel il s’arrête : quid de la ville aujourd’hui, sous la pression du devenir désindustriel ? Jusque dans les années 1970, l’heure était à la territorialisation des groupes sociaux dévolus aux usines. Un marquage social qui a conduit à cette faillite que nous connaissons, livrant des territoires entiers au déclassement. La mobilité exigée aujourd’hui par ce même patronat conduit désormais le capital à disloquer l’espace urbain, à le désarticuler. L’errance territoriale des entreprises conduit ainsi à la mise à sac des territoires, interdisant leur appropriation par les populations qu’on y loge, non sans rencontrer leur farouche résistance, tant l’habitat est devenu identitaire. Une vraie question en somme, à laquelle les réponses du Grand Paris ne semblent pas en mesure de répondre encore
 
Jean-Pierre Frey, Le rôle social du patronat : Du paternalisme à l'urbanisme, éd. L'Harmattan, coll. Habitat et sociétés, 3 mai 2000, 384 pages, 33,87 euros, ISBN-13: 978-2738435149
 
Par texte critique - Publié dans : Politique - Communauté : blog Ministre de la Culture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 7 avril 2014 1 07 /04 /Avr /2014 05:57
la-capture.jpgRappelez-vous le candidat François Hollande clamant à corps et à cris qu’il avait le monde de la Finance dans le collimateur et que ces gens-là qui avaient provoqué notre malheur économique n’avaient qu’à bien se tenir… Rappelez-vous Mosconi se félicitant d’une Loi qui allait mettre les banques au pli républicain. Enfin on y était, les banques allaient cesser avec leurs mauvaises manières de mélanger les comptes. C’était fait, elles qui ne souhaitaient rien tant que gagner toujours plus d’argent dans la plus folle des libertés tout en nous faisant croire que plus elles s’enrichissaient, meilleur devenait notre vie au nom de leur fumeuse théorie du ruissellement, allaient devoir solder leur compte moral et se défaire de leur cynique «pile je gagne, face vous perdez»…  Mais rien n’a changé : les profits des banques restent privatisés et leurs pertes socialisées. Mosconi, avec un cynisme pas moins éhonté que celui de son patron Hollande pouvait se féliciter, toute honte bue, d’une Loi juste et efficace, tandis que quelques députés socialistes tombaient des nues en découvrant que ladite Loi ne concernait pas même 1% des activités des banques. La séparation tant bramée n’existait pas. Et pour cause : la Loi de 2013, rédigée par des socialistes, permet aux banques de créer une filiale, nourri par l’argent des particuliers, pour gérer leurs fonds spéculatifs… Mieux, le texte de loi introduit comme critère de distinction le concept d’utilité (sic !). «Utile» traduisant le fait de réaliser une opération avec un «client»… Les opérations de spéculation étant réalisées avec des «clients», tout est devenu «utile» désormais, y compris les opérations les plus spéculatives. Car dans cette Loi française, le montage d’une opération avec un Hedge Fund basé aux îles caïmans est désormais considéré par la Loi comme «utile», parce que réalisé avec des contreparties baptisées «clients» par la banque… Le Ministre socialiste devait même au lendemain de ce vote honteux vanter les fonds spéculatifs parce que servant «utilement» le financement des PME… Une farce quand on sait que ces fonds n’ont d’intérêt qu’à très court terme ! De fait, en 2014, les banques ont de nouveau repris leurs mauvaises habitudes et ne sont toujours pas à l’abri d’une crise financière, n’ayant pas renforcé leurs fonds à bonne hauteur. La seule prévention qu’elles aient prise aura été de complexifier leurs montages et de grossir encore, pour atteindre des seuils critiques les mettant à l’abri de toute rétorsion. La Loi de juillet 2013 expose ainsi toujours le contribuable français aux pertes privées des banques ! Mais il y a mieux en terme de cynisme. On se rappelle François Hollande, à la veille des débats européens sur les paradis fiscaux, vitupérant contre ceux-ci. En avril 2013, à la tribune de l’OCDE, un Haut Fonctionnaire français venait remettre à la suite de ce discours, discrètement, les pendules à l’heure : la France n’entendait pas les condamner. Dans cette droite ligne, en janvier 2014, l’UE voulut conduire des débats sur les mêmes questions. La France et l’Allemagne s’allièrent pour les faire échouer. Il n’était pas question de s’en prendre à la Finance… Qu’est-ce que l’Europe, dans ces conditions ? Bruxelles, nous disent les auteurs de cet essai, preuves à l’appui, est une place forte de la capture des élites politiques par les milieux de la Finance. Qui n’a du reste pas trop à se forcer : ils sortent du même moule. Une oligarchie, savourant sa victoire avec la complicité de médias stipendiés. Une place forte où les textes de Loi eux-mêmes, sur cette question, sont rédigés par les milieux de la Finance… Sans que jamais ne puisse s’exercer aucun contrôle démocratique, puisque le Conseil prévaut sur le Parlement… Le cynisme politique a de beaux jours devant lui !
 
La capture, de Christian Chavagneux et Thierry Philipponnat, éd. La Découverte, 20 mars 2014, coll. Cahiers Libres, 131 pages, 12 euros, ISBN-13: 978-2707177865
 
Par texte critique - Publié dans : Politique - Communauté : les anti-capitalistes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés