Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 05:30
lelivre.jpgPlaisant pays que cette France où les deux principaux groupes du monde de la presse et de l’édition, Dassault et Lagardère, sont en réalité des marchands de canons qui savent, au détour d’un article ou d’un opuscule par trop critique, faire usage de leur force pour châtier cette liberté de penser que l’on croyait tant prisée dans nos campagnes… Plaisant pays, jadis de culture, où la littérature est tombée entre les mains de vendeurs de charme, selon la délicieuse expression de Pierre Senges.
Le livre, nous dit-on, ne se porte pas vraiment bien. La déploration est tactique, qui ne sait différencier les ouvrages de valeur de l’écume inconsistante des produits marketing qui ne cesse, jour après jour, d’envahir les tables des libraires. (Hallucinant chantage, par parenthèse, que celui des offices qui permet à un gros éditeur d’asphyxier littéralement les petites librairies indépendantes qui par ce biais en outre, lui avancent sa trésorerie retorse).
Le livre se porte mal donc, entendons-nous dire à longueur de journée. Mais quel livre ? Le livre industriel, lui, marchandisé à l’envi, se porte on ne peut mieux. Les auteurs du Goncourt aussi, merci. Les grandes maisons d’édition itou, installées dans le confort de leur renoncement culturel, qui ne redoutent au demeurant guère la concurrence promise du livre numérique, lequel a déjà emboîté le pas claudiquant du best-seller et du livre utilitaire pour se tailler ses pitoyables parts de marché. Bref, les marchands de vent vont bien et cultivent avec zèle la médiocrité ambiante, de même que les distributeurs et autres diffuseurs qui tractent par millions les palettes d’un produit dont on n’ose même plus dire le nom, emballé comme la vulgaire aubaine d’une fête sans joie. De même que ces librairies sans libraires de la grande farce numérique, qui donnent à croire qu’on peut gagner du temps à les fréquenter et n’offrent en guise d’assistance que la commodité d’hésiter entre le Même et l’Identique pour tout choix de lecture.
Le livre va mal, mais la Direction très officielle du Livre qui s’est (presque) portée à son chevet ne cesse en vérité de lui administrer ses remèdes anémiants, de vraies saignées mortifères à soutenir la bonne santé des mauvais livres avec la même ardeur qu’elle terrasse les productions intellectuelles un tant soit peu exigeantes –il n’est que de s’intéresser aux aides desservies par le CNL et dont l’opacité à elle seule en dit long sur sa politique de cache-misère et de vrai reniement. Restent des auteurs, des éditeurs, des libraires, une poignée à vrai dire, qui n’ont pas renoncé et tentent d’inventer, ici et là, une résistance dont on voit bien la vulnérabilité à lire les témoignages qui nous sont offerts dans cet opuscule. Des librairies aux semaines de plus de 70h d’efforts continus pour des salaires de misère (quand ils parviennent à se rémunérer), des éditeurs bénévoles entourés d’équipes invraisemblablement enthousiastes, des auteurs acculés à vivre dans les conditions de l’homme de trop du XIXème siècle nihiliste (Bazarov). C’est ça le paysage du livre aujourd’hui, où l’on invente malgré tout la résistance culturelle sans laquelle l’idée de nation ne sera bientôt que la vile moulinette des peuples promis à l’exécrable. SCOOP, coopératives, associations bénévoles, ONG, une poignée de lecteurs fiévreux inventent aujourd’hui les conditions de possibilité de la Culture à venir, pointant les vrais problèmes du livre et de la lecture, à commencer par ceux de l’école à la française, qui est une formidable machine à produire des non-lecteurs avec ses manuels qui ne sont que des non-livres distillant jour après jour leur prêt-à-penser imbécile, contournant soigneusement le privilège de la formation intellectuelle que la fréquentation et l’usage du livre autorisait jadis.
Des acteurs qui défrichent de nouvelles formes de journalisme, de nouvelles formes d’édition, de nouvelles formes de diffusion du livre, dans l’accablement d’institutions qui se refusent à prendre la mesure du drame qui se joue là, à commencer par le tissu des bibliothèques françaises sommées de frapper aux portes des grossistes pour remplir leurs étals… Alors que ce réseau quasi militant du livre et de la lecture remplit, seul, de vraies missions de service public, à savoir : l’approfondissement de la liberté, l’affermissement de la démocratie culturelle.
 
 
Le livre : que faire ?, collectif, La fabrique éditions, février 2008, Roland Alberto, Francis Combes, Eric Hazan, Joël Faucilhon, 28 février 2008, 95 pages, 12,20 euros, ISBN-13: 978-2913372733.
 
Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:08
klein.jpg «Il fait un temps de tant», disait André Breton. De chien aussi bien, quand vieillir contraint à troquer la structure du muscle pour celle, calcinée, des os. Durer, constate Etienne Klein, c’est devenir plus dur… S’extirper peu à peu du flux des temporalités qui nous aura submergé toute notre vie. Parvenir enfin, mais sans savoir si cela vaut mieux ou non, à simplifier sinon réduire drastiquement les quotités qui nous furent imparties. Mais sans rejoindre quiconque, loin au bout de l’heure qui s’avance. Vieillir ne nous soustrait pas aux temps désynchronisés que les hommes sont appelés à fréquenter. Ils vivent tous au même endroit, mais pas dans les mêmes temps. Nous n’habitons jamais le même présent. Et moins que partout avant, dans ce monde contemporain qui nous a saisis avec brusquerie : nous ne faisons pas monde commun. C’est l’une des réflexions jetées comme par mégarde par Etienne Klein, qui ouvre moins au vertige métaphysique de la question du temps, qu’à celui des possibles politiques. Nous ne faisons plus monde commun, la chrono-dispersion de nos sociétés rend infiniment problématique le sens commun. Quand bien même il subsisterait un baiser assez sincère pour arrêter le temps.  Temps, mouvement, rythme, succession… De quoi parle-t-on au juste, quand on parle du temps ? Etienne Klein observe que notre usage du mot temps en a fait une sorte d’être autonome. Qu’il n’est pas. Car le temps n’est rien en soi, rien en dehors du sujet qui le parle. Qui l’habite. Et dont il prétend qu’il passe trop vite. Mais passe-t-il vraiment ? Le langage nous leurre : ce n’est pas le temps qui passe, il ne se succède pas à lui-même : seuls ses moments passent.  Sa présence, elle, reste constante.  Le temps, affirmait Newton, est la seule chose dans l’univers qui ne change pas. Mais chose n’est pas le bon terme. Le temps ne change pas sa façon d’être le temps. C’est peut-être la seule validité de la représentation que nous nous en faisons, sous les espèces d’une ligne droite. Une ligne dont nous ne savons pas comment elle se construit. Il y a bien, comme sur toute droite, l’impression de points juxtaposés. Mais le temps se présente-t-il à nous ainsi ? Qu’est-ce qui fait que ça avance ? Le moteur du temps est-il objectif, ou purement lié à notre subjectivité ? L’espace-temps, lui, on sait un peu mieux. Qu’il ne se déplace pas, par exemple. C’est nous qui nous déplaçons. Livrés à une conception du temps incertaine. Pour les uns, partisans de la théorie de l’univers-bloc, nous pourrions nous déplacer autrement, parmi tous les éléments passés, présents, à venir, qui coexistent tous dans l’univers, comme l’affirmait Einstein. Avec tous exactement la même réalité. Voilà de quoi occasionner un sérieux vertige. Le présent ne serait ainsi que le lieu de notre présence mobile. L’intégralité de la réalité, passée, présente, future, nous ne saurions la découvrir que partiellement, et localement. Pauvres humains que nous sommes, infiniment limités dans leur appréhension des mondes qu’ils parcourent. La théorie de l’univers-bloc fascine, tout autant qu’elle inquiète. Peut-être est-ce la raison pour laquelle nous lui avons préféré celle dite du présentisme, pour laquelle seuls les événements présents sont réels.  Qui a raison ?  Etienne Klein ne tranche pas. Nous n’en savons rien aujourd’hui, dans l’état actuel de nos connaissances. La physique n’est toujours pas une science unifiée, il est donc impossible de savoir. Est-ce que le futur existe déjà dans l’avenir ? Telle est la question qui divise les physiciens aujourd’hui.  Où est demain ? Qu’importe, exigeons-nous. Le présentisme a tout envahi, le futur s’est absenté de nos vies. Mais Etienne Klein ne renonce pas à plaider une synthèse subtile : le futur existerait déjà, mais il ne serait pas entièrement configuré. Il y aurait du coup place pour le désir, la volonté. Pour ce temps psychologique en marge du temps physique, et dont la physique peut nous dire beaucoup. Etonnamment plus que les philosophes qui ont tenté de s’emparer d’une question pour laquelle, au fond, ils n’étaient pas outillés.
 
 
ÉTIENNE KLEIN - LE TEMPS, Du point de vue scientifique et philosophique, Frémeaux et Associés, 2 CD, Label Frémeaux et Associés, production françois lapérou pour arte filosofia.
 
Repost 0
Published by texte critique - dans essais
commenter cet article
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 05:30

plus-haut-salaire.jpgOn a voulu nous faire croire que les marchés financiers conditionnaient la régulation d’ensemble du capitalisme et qu’en conséquence, ils étaient favorables à la croissance économique. Alors qu’au fond, si l’on observe ce qu’il se passe vraiment, force est de constater qu’aujourd’hui, ce sont les entreprises qui financent les actionnaires et non l’inverse !

L’entreprise est en effet désormais conçue comme étant exclusivement au service des actionnaires. Enfonçons le clou : les entreprises doivent satisfaire exclusivement le désir d’enrichissement des actionnaires.

Dans le vocabulaire technique des économistes, on appelle cela le ROE : Return on Equity… Le mécanisme en est fort simple, le calcul grossier sinon abject : la norme qui s’est partout imposée par la finance est d’un ROE de 20% et plus, soit une exigence de profit démesurée. L’instrument de ce pouvoir : la liquidité, qui permet aux capitaux frustrés de déserter telle entreprise au ROE jugé trop faible, quand bien même cette entreprise serait florissante, largement bénéficiaire, créatrice d’emplois et vitale pour son bassin économique, pour aller pas même se porter ailleurs, mais tout simplement empocher ailleurs des dividendes plus intéressants.

Une capacité dont les actionnaires veulent pouvoir jouir à tout moment, d’un simple claquement de doigt, des fois qu’une opportunité se présenterait…

Volatil, le capital ne cesse de s’évaporer pour parasiter ici ou là, en France ou partout ailleurs dans le monde, les opportunités qui s’offrent à lui sur le marché boursier mondial.

La conséquence en est que les inégalités augmentent selon la même courbe exponentielle que la précarité, que les investissements s’en trouvent inhibés, que les salaires subissent une pression sans commune mesure, que le chômage augmente tandis que le pouvoir d’achat ne cesse de baisser, et que nos fameux fondamentaux de l’économie en ressortent le cou tordu.

Dans les pays anglo-saxons, cette tendance avait été momentanément contrecarrée par l’endettement des ménages qui assuraient à eux seul une croissance forte du PIB. Ils payaient ainsi doublement la facture : par la pression sur leur salaire et leur endettement. Avant de la payer une troisième fois, quand le krach fut venu… La bulle financière avait permis de créer une richesse fictive dans tout le pays, en autorisant une croissance importante d’une consommation inédite réalisée sans salaire, les ménages n’avaient qu’à méditer leur manque de jugeote…

 

Manifeste d’économistes atterrés, éd. Les liens qui Libèrent, nov. 2010, 70 pages, 5,50 euros, ean : 978-2-918597-26.

Le BIP 40 sur l’évolution de la pauvreté en France : http://www.bip40.org/bip40/barometre

Courbe : l’évolution des 1% de salaires les plus élevés en France…

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 05:35
corps.jpgAu départ, on a un corps. Et puis il faut gagner autre chose : être ce corps, l’habiter, le découvrir, le connaître, l’aimer peut-être. L’exister. Dans sa chair, non dans ses signes. Dans cette chair ouverte à l’émotion, au risque de la voir déferler. Au début, un corps nous est donc donné. Inachevé. Il faut ensuite entrer en sa possession. En faire son corps. En nouer tous les morceaux. Le rassembler. Puis l’unifier. Pour ne rien céder au déterminisme biologique qui ferait de nous des viandes, fussent-elles lyriques. Il faut alors trouver la passion de l’animer. Lui donner vie, lui insuffler ce supplément sans lequel nous ne sommes rien. Et ce n’est pas facile, certes. Jamais gagné d’avance : longtemps, on est mal dans sa peau. Ce n’est pas une obligation, mais un fait sociologique. On est tout d’abord dans son corps comme dans la peau d’un autre. Celle d’un étranger. Dès l’enfance où le corps est immédiatement l’objet des attentes parentales. Il semble leur appartenir du reste, davantage qu’à l’enfant lui-même. Ils l’habillent, l’exhibent, le façonnent. C’est une structure, un genou qui saigne, une grippe qui l’enfièvre. L’auteure raconte ces signes qui rassurent les parents, la fabrique du genre, le bleu des garçons, le rose des filles. On est loin du corps pourtant, à travers ce façonnage des souvenirs, contraints par la forme romanesque à se déployer linéairement. C’est moins une histoire du corps au fond, qu’une histoire du Moi, ou de la conscience que l’on pourrait se faire de son propre corps comme objet sociétal… Tous les accessoires qui font corps sont égrenés sans surprise. Toute la panoplie des petits garçons, des petites filles. Toutes ces béquilles, ces étais que les parents installent jour après jour pour soutenir leur vision du monde. Mais on reste en surface des choses dans le roman, à peine à soulever l’écume d’un énoncé qui ne parvient pas à faire corps dans le récit. On reste dans la Lettre, loin du corps. Certes, il y a la justesse à penser, la question du genre par exemple. Toute l'entreprise éducative est longtemps exclusivement la question du genre. Le roman s’en empare à loisir, démonstrativement. Tout comme de l’apprentissage de la sexualité, ou de l’aventure d’aimer, passant en revue les phases, les codes, pour nous mener là où le roman veut nous mener : au romanesque d‘une trajectoire plus ou moins exemplaire. On n'y sent guère le désir fouailler. Sinon comme principe. Non cette affaire vrillée dans nos chairs. Tout est bien vu donc, intellectuellement. La découverte de la pudeur adolescente et la gêne qui s’installe dans l’espace intime de la famille, les changements de gravité du corps au cours des âges. Mais ce cours des âges plombe le récit, il me semble du moins, le rend factice, l’assujettit à sa seule entreprise romanesque où le physique va primer sur le corps, l’auteure n’étant jamais aussi prolixe que lorsqu’elle évoque ce physique qui ressortit au tempérament, ou au style : la mise en scène de soi, dans l’oubli du corps, du pathétique de la chair. Alors on suit comme ça le personnage central, qui vieillit, devient mère et réinstalle sa problématique dans la succession des filiations. Mais jamais l’épreuve d’être nu devant son objet d’écriture n’est advenue. Tout est terriblement fabriqué. Même les «mises à nu», l’aveu infime truqué, trop écrit. Quand il faudrait pouvoir se dénuder, se mettre à poil pour tout dire. Se mettre à poil devant autrui. Pas devant soi. Pas devant le miroir où le regard est toujours déjà trop habillé. Nu devant un autre. Non pas devant ce regard médical qui ramène le corps à sa machine. Ni devant le regard amoureux qui le revêt de ses parures sacramentelles. Peut-être pas même devant un regard désirant. A poil devant un autre, hésitant. Plutôt que de parler bourgeoisement du corps, dans l’apparat d’une conscience faite pour s'admirer, et subsumer le désir d'autrui sous le désir de soi…
 
 
Avoir un corps, Brigitte Giraud, Stock, Collection : La Bleue, août 2013, 240 pages, 18,50 euros, ISBN-13: 978-2234074804
 
 
Repost 0
Published by texte critique - dans en lisant - en relisant
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 05:26

paris.jpgUne poétique de la ville qui s’ouvre sur le Paris de Balzac. Un parti pris déjà, d’une perspective critique. Celui d’une compréhension en profondeur de cette ville que l’auteur a tant habité semble-t-il, rue après rue, quartier après quartier, scrutant ses signes et les traces qui honorent encore cette ville que le lent épuisement contemporain voudrait tant congédier. Qu’est-ce qu’un quartier parisien aujourd’hui, en effet ? Dont on a chassé son âme la plus sensible, cette classe populaire qui avait élevé l’art d’habiter au rang de vivre et non de fréquenter. Eric Hazan évoque donc ce Paris turbulent, fiévreux, aux croissances irrégulières, soulevées en éruptions discontinues contre ses enceintes successives, de la muraille de Philippe Auguste au périphérique. Et ce n’est pas le moins troublant au demeurant que cette mise en perspective, qui donne à interroger la sourde volonté des pouvoirs publics au gré des siècles, d’enfermer Paris… Incroyablement documenté, cet homme a parcouru la ville en tous sens pour nous en livrer la chair la plus intime, celle du Paris Rouge, Paris défunt aujourd’hui, qui hier encore savait écrire les pages les plus glorieuses de notre Histoire. Il n’est que de nous rappeler l’immigration d’avant-guerre qui offrit tant de résistants dont Eric Hazan, de plaque en plaque commémorative, déploie le martyre. Des rues toutes simples, chargées d’une histoire vertueuse au contraire de ces avenues délétères, dont la plus célèbre, les Champs Elysées, ne s’illustra guère que pour constituer l’axe majeure de la collaboration ou celui de toutes les reprises en main réactionnaires des grandes avancées politiques… Qu’aurait été Paris sans cette vergogne ? Celui qu’Eric Hazan compulse justement : celui de la Commune, du Montmartre de Louise Michel et avant cela des barricades de 1830 révélant le vrai visage de la République Française : celui de la réaction, toujours. Quelle balade au final, dans ce Paris qui n’existe presque plus, où pour paraphraser Walter Benjamin affirmant que le « temps des opprimés est par nature discontinu », on n’en finirait pas d’espérer une autre fin que cette navrante gentrification de Paris.

 

 

L'Invention de Paris : Il n'y pas de pas perdus, Eric Hazan, éd. Seuil, coll. Albums, septembre 2012, 450 pages, 45 euros, ISBN-13: 978-2021056990.

 

 

Repost 0
Published by texte critique - dans essais
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 05:44

Inventé en 1874, et bien qu'expression malingre du génie mécanique, le barbelé a conservé jusqu’à aujourd’hui sa redoutable efficacité pour délimiter les espaces.
De la prairie américaine où son brevet fut déposé, aux camps de concentration, en passant par les tranchées de 14-18, Olivier Razac en étudie l'histoire avec une autorité tout à fait sûre.
Dans la lignée du Foucault analysant la montée en puissance du biopolitique dans les sociétés démocratiques, en particulier dans le nouveau clivage qu’il trace entre l’idéal d’un «peuple» encore politisé et sa dégradation en «populations» de plus en plus enfermées dans leur destin biologique, ou dans celle d'Agamben prolongeant cette réflexion, il nous offre une leçon de philosophie de l'histoire très convaincante - outre que l’étude explore avec une acuité parfaitement épouvantable l’invention des fameuses torsades biseautées et de leur nécessité.
La guerre du barbelé marqua tout d'abord la fin d'une civilisation : celle des Indiens d'Amérique. En découpant, fermant, individualisant l'espace, le barbelé brisa la structure communautaire de la société indienne. En 14-18 on le vit s'inscrire dans une esthétique du désastre, comme composante symbolique essentielle d'un cauchemar peuplé de cadavres désarticulés. Avec le camp de concentration, le symbole s'accomplit, semble-t-il, dans sa plénitude, permettant d'identifier durablement le paysage concentrationnaire. Révélateur puissant de son dessein caché, le barbelé avouait alors enfin la finalité de sa raison d’être : séparer l'humain de celui à qui on ne veut plus reconnaître d’humanité. Le barbelé congédie ainsi vers un extérieur «antique» des franges entières de populations «déshumanisées», ouvrant dans le même temps ce qu'il entoure sur un abîme. Opérateur actif entre ce qui doit vivre et ce qui doit mourir, il trace définitivement l'extérieur effroyable de ce que nous voulons retenir comme civilisation "nôtre".



Histoire politique du barbelé : La Prairie, la tranchée, le camp, de Olivier Razac, éd. La Fabrique, avril 2000, 111p, ISBN-10: 2913372066, ISBN-13: 978-2913372061.

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 05:49
faim.jpg
Le XXème siècle avait innové, en jouant de la faim comme d’une arme stratégique à l’échelle des populations, éparses ou ciblées dans le cas des crimes génocidaires. Mais le XXIème promet de faire mieux encore, cette fois à l’échelle de continents entiers : l’Afrique noire, avec d‘autant plus de facilité que la famine est sortie de nos cultures. A Dachau, Auschwitz, elle était  méthodique, pensée au sommet de l’Etat. C’était un moyen d’administrer les populations, de contrôler leurs flux, de gérer les forces utilisables. La faim y apparaissait comme un instrument disciplinaire efficace. Aujourd’hui, cette gestion s’étend aux continents. 960 millions d’êtres humains meurent de faim actuellement dans le monde, un volume que nous ne connaissions plus depuis les années 60, 70… L’accaparement marchand des denrées agricoles  fournit en fait d’inquiétantes similitudes avec le souci nazi des flux alimentaires. Le Grand Jeu géopolitique actuel, d’accaparement des terres agricoles en Afrique, par les Etats-Unis, la Chine, la France, pour y produire des «bio-carburants», détournant du cycle alimentaire des millions d’hectares d’où sont chassées en masse les populations qui les cultivaient et que nos productions intensives ne permettent même pas d’employer, ou bien, comme dans le cas de la Chine en 2008, la confiscation des stocks de riz, qui constitue la base alimentaire de la moitié de la population mondiale, aux seules fins de spéculation, provoquant artificiellement des famines ahurissantes, renvoie d’une façon nette à cette conception d’une gestion totalitaire de la production alimentaire mondiale.
L’étude d’Olivier Assouly fait froid dans le dos. Elle montre que l’explication naturaliste de la faim tient moins que jamais. Bien que le fatalisme en soit répandu, masquant commodément nos responsabilités politiques. La faim dans le monde n’est rien moins que l’expression d’une volonté économique abjecte, qui se traduit par l’asservissement éhonté de populations à une échelle jusqu’alors inconnue. Car la famine ne s’explique que rarement par le manque de nourriture. Les nazis l’avaient compris mieux que les autres, qui en firent un outil d’extermination et de contrôle des populations redoutablement efficace. En 1941, Himmler commanda une étude sur le sujet au Commissariat pour la consolidation de l’ethnie allemande. Un scénario fut réfléchi, pesé, argumenté, d’une politique alimentaire répressive à l’égard de la future Europe de l’Est. Le scénario prévoyait d’exterminer une partie de la population par la faim… Une partie seulement : exterminer la totalité de ces populations aurait été contreproductif. Il s’agissait pour le Reich de s’accaparer les terres agricoles de ces régions, pour le Reich et non l’économie locale. Le plan prévoyait de découper les espaces en aires de production agricole et en aires de famine. On imagina même de recomposer le maillage des villages et d’évaluer le nombre d’habitants admissibles pour chacun de ces villages en fonction de leur orientation productive, avec autour de ces villages des campements de main d’œuvre d’esclaves slaves… La modernité de ce plan était de conjuguer l’action répressive à la rationalisation économique. La Fonction Publique allemande tentait alors de penser l’administration des populations sur le très long terme, sur la base d’une planification alimentaire rigoureuse. Dans le rapport remis à Himmler, la famine était explicitement décrite comme un outil de sélection des races.  On en vantait aussi la puissance d’asservissement inouïe. Olivier Assouly décrit par le menu cette pensée et celle de la bureaucratie allemande, tatillonne, rationnelle, évaluant scientifiquement la résistance à la faim et les effets de la privation sur la capacité de révolte ou de travail en fonction du nombre de calories administrées, autorisant en particulier de maintenir en survie une classe de «sous-hommes», que l’on pourrait ensuite retraiter au titre de déchets organiques. Il n’est pas jusqu’aux carcasses des déportées qui n’ait été évaluées sous leur angle marchand : les os et les cendres furent par exemple vendus à la société Strem pour recyclage en engrais, qui permirent à la production laitière de l’Allemagne nazie de se porter mieux. Entre 1943 et 1944, dans les archives de cette société on trouve trace de 100 tonnes d’ossements acquis à Auschwitz.
famine.jpg
Aujourd’hui, l’usage criminel de la famine se passe de nouveau sur le terrain des races et de l’économie, en période de paix, au sein de l’économie de marché tellement vantée pour les bienfaits qu’elle nous apporte. Cette organisation criminelle de la faim répond à un plan, une administration, une idéologie, des responsables et des exécutants. La nouveauté, c’est l’imbrication des strates politiques, géopolitiques, culturelles, économiques, idéologiques et la totale opacité de nos responsabilités dans ce problème. Les motivations racistes (les noirs), tout comme les motivations sociales (les pauvres), sont tellement masquées que nul n’y voit rien à redire. Rien ne doit troubler l’ordre du marché, fût-il criminel, et même si, de fait, le monde cette fois est déjà découpé en aires de production agricole et en aires de famine.
 
 
L’organisation criminelle de la faim, Olivier Assouly, Actes Sud, coll. Essais sciences, 9 octobre 2013, 128 pages, 20 euros, ISBN-13: 978-2330024680.
 
 
Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 05:51

Puisant aux sources d’un parler populaire, dans une langue familière, négligée, teintée d’archaïsmes aussi bien que de néologismes à la mode, Pasek (1636-1702) écrit à bâtons rompus, passe du coq à l’âne, nous perd en digressions avant de revenir au seul sujet qui l’anime : lui-même, en gentilhomme polonais…
Tandis que Cosaques et Suédois mettent le pays à feu et à sang, il guerroie pour son propre compte, invective ses voisins et se fend de quelques proverbes singuliers : «Quand on ferre le cheval, la grenouille tend la patte.» Il tue, fait main basse sur de menus butins, combat tout de même pour la Pologne sans jamais se lasser de provoquer en duel quiconque croise son chemin, et prodigue ses conseils à sa troupe : «Buvez mes gaillards, et quand vous aurez votre content, feu dans les rues ! Nous passâmes ainsi la nuit à godailler.» Un soudard !
Avec son humour bourru et ses récriminations mesquines, il incarne à la perfection le hobereau polonais situé exactement à mi distance du rustre et de l’aristocrate. Un sarmate !

Le sarmatisme est alors l’idéologie politique de la Pologne du XVIIème siècle, liant l’idée de Patrie à celle de maisonnée. Or cette idéologie est celle du liberum veto, qui donne le droit à n’importe quel délégué de faire échouer la Diète (le Parlement), car seule l’unanimité fait force de Loi dans cette étrange assemblée des nobles polonais de l’époque. Une anarchie institutionnalisée, où l’unanimité nobiliaire se délite dans la tolérance envers l’excès individuel…
Une ligue de hobereaux campagnards se révoltant contre la hauteur d’esprit !
La szlachta (noblesse) polonaise, qui avait à la fois l’arrogance de l’aristocratie et la bassesse de la populace, ne vivait alors que dans la méfiance vis-à-vis du pouvoir central, plus jalouse de sa liberté que de celle de l’état polonais. Or pas moins de10% de la population était noble… A côté des magnats fleurissait ainsi une aristocratie pauvre, de «sillons», laquelle, suivant une plaisanterie répandue à l’époque, lorsque ses chiens se couchaient sur ses terres, voyait leurs queues empiéter sur celles du hobereau voisin…
Faisant grand cas de sa loutre apprivoisée qui refuse de toucher à la viande le vendredi, Pasek ramène exactement sur le même plan ses affaires privées et celles de l’Etat. Il fait ainsi périodiquement inscrire aux délibérations de la Diète ses soucis domestiques. Médiocre, égoïste, cupide, vaniteux, premier orateur de son canton, ce presque «parfait crétin» avec son érudition de collège, ne s’embarrasse pas de l’Histoire.
Son instinct de rapine le porte du reste, au niveau de son œuvre littéraire, à faire pareillement main basse sur tout ce que la langue autorise. Et dans une totale liberté, il mêle les genres et les littératures. Peu lui importe les lourdeurs, les surcharges. Réflexions, vindictes, interrompent constamment le fil de son récit, qui prend du coup l’allure d’une satire, voire, littéralement, d’une authentique farcissure textuelle. C’est que Pasek joue à écrire. Et sa langue se fait protéenne, changeant sans cesse de sens et d’opinion, caracolant sur des chemins douteux dans l’oubli de ses propres intentions.
Ce n’est pas en vain que ses mémoires furent le livre de chevet de Gombrowicz ! Elles mettent en œuvre tout ce que ce dernier revendiquait. Littérature sowizrzalska (baroque si l’on veut), adaptée des Eulenspiegel allemands importés en Pologne dès le début du XVIème siècle, Gombrowicz la mania comme une arme contre la littérature romantique polonaise, qui entendait subordonner l’écriture à l’énoncé d’une vérité supérieure. Contre Mickiewicz, le Grand Homme des Lettres Polonaises, qui assimilait le métier d’écrivain à un apostolat, Gombrowicz brandit soudain Pasek, la gratuité de sa forme, une écriture du présent consommée hic et nunc dans la jouissance du seul instant d’écrire. Pasek donna naissance à un genre : la Gawęda, sorte de roman autobiographicisant, marqué par la présence insistante du lecteur dans l’ombre de chaque phrase, conçu comme interlocuteur retors que le narrateur doit confondre. Gombrowicz en comprit l’intérêt, pour nous offrir des siècles plus tard, ses très joviales leçon de littérature.


   

Mémoires, Jan Chryzostom Pasek, traduit du polonais et commenté par Paul Cazin, Les éditions Noir sur Blanc, mars 2000, 300p, ISBN : 9782882500915

 

Repost 0
Published by texte critique - dans LITTERATURE
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 05:24

sivan.jpgFrançois Hollande a donc lui aussi rallié la cause mille fois entendue de deux états pour la Palestine… La cause de la partition, donc, celle dont on nous rebat les oreilles depuis des siècles (c’est une métaphore aujourd’hui, bientôt une réalité) et qui, sous couvert de négociations en cours, justifie le maintien d’une situation littéralement invivable. Eric Hazan et Eyal Sivan militent, eux, pour un état commun. Pour le partage plutôt que la partition. A première vue, il y a de quoi surprendre. L’idée de partition est tellement ancienne, tellement ancrée dans les esprits, pensez : elle remonte à l’année 1937 et au rapport de la commission Peel. Après les révoltes arabes, on pensait que les deux peuples ne pourraient d’aucune façon s’entendre jamais. Mais ces deux états promis dès 1937 n’existent toujours pas. Pourquoi ? Parce que, expliquent Hazan et Sivan, il ne s’agit que d’un «discours de guerre drapé dans une rhétorique de paix». Personne n’en veut. A commencer par les Occidentaux. Qui veulent au contraire perpétrer ce provisoire qui laisse les coudées franches à Israël. Et Hazan et Sivan d’énumérer les raisons de cette volonté, à commencer, en effet et quoiqu’en dise François Hollande, par celle qui consiste à rendre l’annexion des territoires acceptable, à l’usure, tout en gardant l’image d’une nation, Israël, contrainte de se défendre contre une bande de terroristes que le balai diplomatique ne parviendrait pas à soumettre. Ce qui légitime le caractère militaire de l’état d’Israël et les discriminations qui, à l’intérieur de cet état, affectent ses populations arabes. Les litiges quant à eux, qui autorisent des négociations sans fin, ne font qu’entretenir la machine bien huilée du balai diplomatique et couvrent l’état de guerre sans fin qui s’est installé en Palestine. Côté palestinien, Hazan et Sivan observent que cette situation d’un provisoire éternel a généré une bourgeoisie d’affaire corrompue qui ne tient guère à voire ses prérogatives dénoncées, et un statut de VIP internationaux pour les officiels de l’Autorité, qui a fini par suspendre toute démocratie en Palestine. Enfin, la persistance des négociations sauve les apparences pour le reste du monde. On est dans le temps de la négociation. Qu’importe si on y est depuis 70 ans… Israël poursuit sa colonisation, créant de nouveaux litiges qui nécessitent de nouveaux rounds de négociation. L’histoire est sans fin.

Un vrai état palestinien n’est donc plus possible. 1/3 seulement des palestiniens l’habiteraient : les autres sont en exil. En outre les colonies ont littéralement disloquées le territoire palestinien, peuplés de 500 000 colons désormais. Enfin, la circulation des populations et des marchandises dépend exclusivement du bon vouloir israélien. Mais un état juif n’est pas possible non plus, affirment Hazan et Sivan. D’abord parce que du point de vue du droit international, il pose de sérieux problèmes : quid des nationalités non juives au sein de cet état ? Qu’est-ce qu’un état laïc qui distingue nationalité et appartenance religieuse en donnant la priorité à cette appartenance ? 20% de la population israélienne est arabe, mais relève de 4 statuts différents… Dont nombre d’entre eux excluent les arabes, citoyens hébreux, de l’Administration Publique… Quid du renforcement du caractère juif de l’état israélien ? Interdisant par exemple que les populations arabes commémorent leurs propres tragédies. A bien y réfléchir, nos auteurs finissent par conclure qu’au fond, l’état de guerre permanent est le vrai garant de la cohésion nationale. Et qu’une sortie de cet état serait en fin de compte périlleuse pour la société juive d’Israël. Reste la solution d’un état commun. Ni juif, ni musulman. Un vrai laboratoire pour la démocratie mondiale ! Qui balaierait l’argument ethnographique trop souvent déployé, la fin de la souveraineté étatique juive ne signifiant pas la fin de la présence juive dans cette région. Un état commun est possible, nous disent Hazan et Sivan, d’autant que la partition reste source de violence. Mais cela demande de la part de la diplomatie mondiale une maturité politique qu’elle n’a pas.

 

 

Un état commun entre le Jourdain et la mer, Eric Hazan, Eyal Sivan, La Fabrique éditions, coll. La Fabrique, 24 mars 2012, 67 pages, 14 euros, ISBN-13: 978-2358720335.

 

 

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 05:56

cif.jpgL’étude d’Abdellali Haijat et Marwan Mohammed est particulièrement intéressante sur ce sujet. On pense généralement que la montée en puissance de l’islamophobie est liée aux attentats perpétrés par Al Qaïda et/ou l’émergence d’une religiosité musulmane dans les populations immigrées, mais il n’en est rien. A creuser les archives racistes françaises, nos deux chercheurs ont découvert  qu’à l’origine de ce grand mouvement de fond il y avait l’Administration Française. Plus spécifiquemernt : les rangs de la Haute Fonction Publique au sein du Ministère du Travail, qui abritait alors nombre de rapatriés d’Algérie, pleins de ressentiment devant la perte de leur colonie. Dès les années 60, ces fonctionnaires produisirent de nombreux rapports sur la maîtrise des flux migratoires. Leur cible : les populations algériennes. A leurs yeux, les musulmans représentaient un danger pour la norme de l’homogénéité nationale. Le glissement s’opéra ensuite naturellement, du thème de l’immigration au «problème» musulman. Et là, tenez-vous bien, ce n’est pas l’année 89 qui en popularisa l’expression, autour de la première affaire du voile ou des versets sataniques, mais bien avant, l’année 82, dans le contexte des grèves ouvrières dans les usines Citroën. C’est là que prit corps la formule du «problème» musulman. 1982… Les socialistes étaient alors au pouvoir… PSA se chargea de diffuser largement auprès de la presse ces images d’ouvriers «étrangers» faisant leurs prières dans les usines occupées, interprétant le conflit comme une manipulation des musulmans. Selon PSA toujours, dont nos chercheurs ont compulsé les archives, les notes internes de la direction en particulier, il existait désormais en France un «problème» musulman, légitimant l’intervention des  forces de l’ordre et des reconduites aux frontières. Le Ministère du travail, dans le même temps, produisait des notes similaires adressées aux politiques de l’époque. Gaston Deferre vint à la rescousse des patrons de PSA pour dénoncer ces «guerres saintes» dans les usines françaises, et Pierre Mauroy insista sur l’action de musulmans séditieux que la République ne pouvait accepter... Les médias pouvaient dès lors diffuser àl'envi leurs images de musulmans en prière dans les usines occupées : la lutte des classes bradées, la France entrait dans l’ère islamophobe. Dans la foulée, de pseudos savants rallièrent la cause raciste. Bruno Etienne, de Sciences Po, affirma ainsi que les musulmans n’étaient pas intégrables (discours repris aujourd’hui au plus haut sommet de l’Etat à propos des rroms). Voire même, selon ses dires, qu’ils constituaient une menace pour la laïcité. islamophobieLa logique nationale de la stigmatisation des musulmans pouvait se développer à plein. Un genre littéraire apparut : celui du "problème" musulman. Nos chercheurs ont recensé un nombre tout simplement ahurissant de titres en relevant… Enfin l’Islam devint une variable électorale à forte rentabilité, l’islamophobie créée par les élites, largement diffusée par les médias ayant fini par prendre corps dans la société française, révélant aux yeux de tous cette effarante convergence idéologique de nos élites, au point que le "problème" musulman en est devenu l’un des vecteurs d’unification. Jusqu’à peser de tout son poids sur le Droit français, l’orientant peu à peu vers un régime d’exception. Puisque les musulmans devaient faire l’objet d’une discipline particulière, on légiféra en soumettant de plus en plus de situations sociales aux exigences de la nouvelle norme laïque : école, services publics, espaces publics, transports, entreprises privées (premières cibles : les crèches de droit privé)… Le privilège du droit national finit par s’imposer désormais dans le droit français.

 

 

Islamophobie : Comment les élites françaises fabriquent le « problème » musulman, Abdellali Haijat, Marwan Mohammed, Editions La Découverte, coll. Cahiers libres, 26 septembre 2013, 302 pages, 21 euros, ISBN-13: 978-2707176806.

 

 

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories