Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 06:10

aux-urnes-etc.jpgLa volonté du peuple, affirme-t-on, ne peut , dans les démocraties modernes, s’exprimer que sous une forme politique. Le suffrage universel en serait même l’ultime et seule expression acceptable. Or, l’histoire a (trop) largement démontré que le suffrage universel ne pouvait établir une identité entre la volonté des gouvernements et la volonté des gouvernés.

Mieux, ce que l’on ne cesse de nous asséner, cette forme exclusivement électoraliste de notre liberté politique, était défendue naguère par des théoriciens néo-fascistes tel que Carl Schmitt, affirmant par ailleurs que c’était pure folie que d’approuver la volonté du Peuple… Pour ce même Schmitt, c’était l’identification et non l’identité qui caractérisait le mieux cette relation entre gouvernant et gouvernés. Et pour mieux rejeter toute identité de vues entre gouvernants et gouvernés, Schmitt dessinait les contours d’un pouvoir qui se serait énoncé à la première personne du singulier pour exprimer une volonté à ses yeux plus réelle que celle du Peuple, heureusement introuvable, prétendait-il. Un pouvoir qui aurait su prendre des décisions personnelles et non publiques, pour incarner à travers cette décision privée la volonté populaire enfin révélée à elle-même… Pour se parer de la tyrannie de la majorité, affirmait encore Schmitt, il fallait subordonner l’idéal démocratique à des principes qui lui étaient transcendants, seuls capables de garantir les libertés individuelles, y compris contre l’assentiment du Peuple. Ainsi pour Schmitt, mieux que la décision Publique, la voix du Chef d’Etat seule comptait. Et surtout, espérait-il, qu’aucune astreinte démocratique n’impose de limites à l’exercice de son pouvoir, nécessairement placé au delà des juridictions civiques, car ce n’est qu’à ce compte qu’un Chef peut régner et son Parlement fonctionner…

Si l’on y tenait absolument, l’opinion publique pouvait à ses yeux représenter le lieu de la légitimité démocratique, plutôt que ces formes archaïsantes pour lui, trop complexes sinon chaotiques de l’expression populaire, qu'étaient une Constituante, ou la rue.

Or, faut-il le rappeler avec Guizot, pour plaire aux libéraux de tous poils (UMP, PS) : la souveraineté de droit n’appartient à personne. Le parlementarisme, lors même qu’il répond à sa vocation première, ce dont il est permis de douter aujourd'hui, ne peut conduire à aucune vérité : sa seule mission est le dialogue.

L’Europe, tout comme l'Etat français, sont aujourd’hui des systèmes qui ne respectent pas ou plus leurs propres principes et nous livrent aux outrages de décisions iniques, autoritaires, prises dans le secret d’officines détachées de toute légitimité publique. Des systèmes qui ne cessent pourtant de mettre en avant une prétendue morale mais qui ont oublié toute morale, qui ont surtout oublié que l’objet de l’intérêt moral, ainsi que l’affirmait Emmanuel Levinas, c'est l’Autre, "en tant qu’il figure non comme un élément à intégrer dans un système de savoir, mais comme un autre sujet ayant sa propre perspective et qu’il faut respecter". 

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 06:07

collabo-affiche-confiance-petain.jpgL’Etat français est une Dictature moderne, subordonnant le politique à l’économique, c’est-à-dire suspendant l’ordre politique pour l’assujettir à la décision privée (celle des banquiers).

Un régime à tout le moins autoritaire, mais dont l’autoritarisme est paré d’une façade démocratique symbolique.

Prenez l’équilibre des forces institutionnelles sous la Vème République : la séparation des pouvoirs semblent, sur le papier, garantie. Mais dans les faits, accentués par le calendrier électoral, l’Assemblée Nationale est vidée de sa substance, au point que le Parlement français apparaît comme l’un des Parlements les plus faibles du monde, à l’égal des républiques bananières, et qu’il rappelle fortement la chambre d’écho qu’il fut sous le Premier Empire.

Prenez encore le Conseil des Ministres, doublé par un comité d’experts décrétant en lieu et place de la décision publique. Vidé de ses prérogatives, il ne sait que cultiver les effets d’annonce, exhiber la façade d’un rituel bien huilé à la veille des élections, qui verra le fantoche locataire de Matignon ré-endosser ses habits de Premier Ministre pour détourner le mécontentement légitime à l’égard de l’hyper président. Prenez enfin les médias, qui depuis beau temps ont cessé d’incarner en France tout contre-pouvoir.

La France est une dictature moderne, en ce sens que ce qui la fonde est un régime d’allégeance plutôt que de consensus politique.

Une politique d’allégeance où se joue notre destin. D’allégeance, oui, c’est dire combien l’empreinte est féodale, organisant les relations entre dirigeants et dirigés non comme participation civique, mais adhésion coutumière : l’obéissance, en échange de bénéfices d’ordre privé. Hobbes plutôt que Rousseau.

Une allégeance déclinée tout au long des hiérarchies françaises, empilant les renoncements et les prébendes de sorte que la force de cet Etat repose sur la faiblesse du peuple français, vidé de sa substance politique.

Retour à la case absolutiste. La France est l’empire du pseudo : pseudo législatif, pseudo démocratie, et sous cette construction politique autoritaire, la violation de l’égalité des droits y est constante. L’expression d’une culture politique convertie au cynisme le plus éhonté.

La France est même le seul pays qui ose statuer sur l’idéal de la Vie Bonne que les français doivent épouser, un idéal de la vie bonne prôné par l’Etat souverain qui ne cesse de s’opposer à la norme d’égal respect des personnes qui, seule, fonde la légitimité d’une démocratie véritable.

L’Etat français est littéralement devenu une entreprise de déshumanisation de la société française. Une entreprise d’intérêts privés qui ne cesse de nous aider à mieux renoncer au culte du respect mutuel, à nous éloigner du processus de l’association politique.

Comment donc nous entendre avec ceux qui, au gouvernement même, rejettent cette norme de l’égal respect des personnes et placent leur idéal de Vie Bonne au dessus de cette norme ?

Comment nous entendre avec des dirigeants qui ne cherchent que les moyens de défaire l’association politique "France" ? –joël jégouzo--.

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 07:42

cant-evict-an-idea.jpgComment concevoir un monde juste ? Surtout à l’heure où les idéologies de la justice semblent avoir fait faillite…

Sans même évoquer ici les doctrines socialistes, marxistes, communistes, voire anarchistes, il existe dans la tradition libérale, dont John Rawls fut le père fondateur, idéologie massivement dominante aujourd’hui jusque dans les rangs des socialistes, une idée selon laquelle la justice entre les citoyens d’une même nation doit être pensée sous la forme du "Maximin soutenable des possibilités".

Qu’entendre par là ? Prenez la liberté de mouvement des capitaux. Le capital est libre de circuler partout ou presque dans le monde. On encourage même cette migration, dont on nous dit qu’elle est profitable au Sud, qui pourra ainsi s’enrichir et nous enrichir en retour. En d’autres termes, on nous dit que pour réaliser la justice mondiale à long terme et l’enrichissement de tous, il faut accepter cette libre circulation du capital. Au nom de l’efficience économique globale, on nous demande d’accepter les sacrifices ponctuels provoqués par ce déplacement du capital et de l’emploi vers les pays du Sud… Au nom de la justice sociale mondiale, on demande aux travailleurs "riches" de consentir au sacrifice momentané (quelques décennies) de leur emploi. Cette rigueur apparaît comme la politique la plus juste pour l’humanité, la seule qui lui permette de trouver un souffle nouveau.

En réalité, les choses sont plus compliquées : il faut tenir compte de la conjoncture à court et moyen terme. Car au nom d’un principe prétendument "juste" sur le long terme (et du seul point de vue libéral), celui de l’élévation du niveau de vie de tous (acceptons-en le mensonge provisoirement), sur le moyen terme, on risque fort d’ouvrir entre les nations un état de concurrence tel qu’il précipite dans la misère des centaines de millions d’individus. Les mouvements des capitaux financiers, par exemple, se traduisent d’abord par l’appauvrissement des travailleurs du Nord, non par l’enrichissement des travailleurs du Sud.

Il faudrait pouvoir corriger cela à la marge, affirment les néo-libéraux. Ajuster. Simplement ajuster… Encadrer les mouvements financiers par une législation qui les empêcherait -alors que leur logique intrinsèque est la quête de profits immédiats-, de porter atteinte à l’environnement économique et social des nations. Car ce que l’on vérifie d’abord, c’est que la seule vertu de la recherche du profit n’entraîne qu’une augmentation des inégalités.

Le Maximin que j’évoquais plus haut ne devrait donc pas être calculé comme Maximin soutenable des états —ce qui est le cas aujourd’hui—, mais Maximin soutenable des personnes. Car la mobilité du capital érode la capacité de chaque nation à assurer une répartition équitable à tous ses citoyens. Dans la guerre financière qui est livrée par les banques aux Etats, dont les conséquences sont par exemple la prétendue "nécessité" de baisser le niveau des prestations sociales au nom du principe selon lequel ce qui est prélevé sur le territoire national n’a vocation qu’à servir de force de frappe économique "nationale", on le voit, ce qui est privilégié n’est ni plus ni moins que le consentement à l’extermination des pauvres. L’expression paraîtra excessive, sinon scandaleuse, mais si l’on y réfléchit bien, il ne s’agit de rien d’autre : la privation d’activité économique, qui s’accompagne statistiquement par la mise en danger physiologique des populations concernées, n’est que l’expression d’une politique consciente d’exclusion radicale des populations les plus fragiles, une exclusion qui se traduit par une mort réelle, souvent prématurée, et non le simple effacement de ces populations de la statistique nationale, qui sait mieux qu’aucun autre outil politique les rendre invisibles… --joël jégouzo--.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 08:05

poor-hospital.jpgVoici une histoire dont il existe peu d’échos en France : comment la Révolution industrielle s’est débarrassée de ses exclus, en Angleterre. Au fond, un exemple pour nous qui sommes entrés dans une ère de stigmatisation des plus démunis… Mais l’intérêt de l’exemple tient aussi au fait que, idéologiquement, les marques du discours sont restées les mêmes : déjà, contre toute évidence, il s’agissait de dénoncer une prétendue paresse et de faire des pauvres les ennemis de la nation. L’idée est demeurée, que le système d’allocations accordés aux pauvres ne fait qu’encourager l’oisiveté et qu’il n’est de la sorte qu’une incitation au vice…

Le système de Speenhamland (1795), qui fut mis en place en Angleterre dès le XVIIIème siècle et perdura jusqu’au XIXème, synthétisa l’ensemble des lois sur le "soulagement des pauvres" qui avaient été inaugurées pour combattre le fléau récurrent de la grande misère, consacrant si l’on peut dire, cette œuvre d’une couronne d’épines particulièrement ajustée à la tête des pauvres que l’on fit mourir par millions… Il vit le jour en 1795, dans un village du Berkshire — Speenhamland—, proposé par les magistrats locaux après une réunion mémorable à l'auberge du Pelican, le 6 mai 1795. L’idée était de soulager plus efficacement la pauvreté extrême. Aux yeux de nos magistrats, les différentes lois mises en place sur le soulagement des pauvres n’avaient fait que rendre plus complexe la Loi de 1601, sans parvenir à éradiquer la pauvreté. Et bien évidemment, ce qui rendait cette ultime réforme nécessaire était la conjoncture agricole : des mauvaises moissons avaient mis le prix du pain hors de la portée des plus modestes. La situation avait été rendue plus mauvaise encore par l’accroissement démographique de la population et les guerres françaises. On redoutait alors que les classes inférieures ne se tournent vers les français pour les aider à fomenter des troubles dans toute l’Angleterre. Il y avait eu du reste une augmentation considérable du nombre d’émeutes au printemps 1795.

pauvrete-france-insee.jpgLe sentiment général était donc qu’il fallait apporter une réponse à la mesure de ce défi pour la société anglaise, menacée d’implosion. Le système prévoyait que les pauvres percevraient un revenu minimum à défaut d’un emploi qui n’existait pas, voire des allocations permettant de compléter leur salaire quand celui-ci était trop bas. La "quantité de soulagement" à prodiguer était calculée sur le prix d'un gallon de pain et le nombre d’enfants à charge du travailleur. Cette mesure conduisit Malthus à penser que l’indexation sur le nombre d’enfants, compte tenu que les pauvres constituaient généralement des familles nombreuses, était un mauvais calcul et qu’il fallait au contraire baisser les allocations proportionnellement à ce nombre, afin de ne pas les inciter à nourrir une famille trop importante… L'idée d'un revenu minimum d'insertion, offert en farine, pain ou argent, n’était certes pas nouvelle. Ce qui était nouveau, c’était qu’il s’agissait d’une mesure provisoire désormais : incitative. On connaît le propos : il faut inciter les chômeurs à reprendre une activité salariée –qui n’existe pas… Et qu’enfin, elle donnait la possibilité à chaque paroisse de peser plus décisivement que par le passé sur le taux d’indemnisation.  

rivals.jpgRécapitulons : les pauvres reçoivent une allocation à titre provisoire, qui leur est supprimée s’ils ne retrouvent pas un emploi (mais il n’y en a pas, ça tombe bien…). S’ils en trouvent, le système d’allocation est maintenu dans le cas où le salaire est inférieur au montant de l’allocation (!). L’effet pervers immédiat fut l’effondrement des salaires à la campagne. On passa du coup de l’existence d’une masse d’indigents à celle d’une classe de travailleurs pauvres (c’est le cas en France aujourd’hui). Les travailleurs en question, exploités sans vergogne, ne tardaient en outre jamais à épuiser leurs forces dans ce champ clos qu’était devenu l’emploi (presque) salarié et, usés avant l’âge, devenaient inemployables. La paroisse devait alors en supporter les conséquences. Bien évidemment, les propriétaires terriens les plus taxés par l’impôt sur le soulagement des pauvres se liguèrent pour n’avoir plus à le payer. On mit en place des procédures sophistiquées de votes dans les paroisses, destinés à calculer et recalculer de mois en mois le montant du taux d’indemnisation des pauvres. On distingua alors les pauvres méritants (vestries), des "undeserving" — les inemployables. Ce dernier groupe ne reçut bientôt plus de subsides. La Loi, après avoir cassé définitivement le marché du travail, avait jeté à la rue une masse considérable de salariés précaires, amplifiant en retour la spirale de la paupérisation. Ce, jusqu’en 1815, où le malaise, à la suite de la guerre contre les français, provoqua de vifs désordres civils. Une dépression industrielle l’amplifia. Dans le Sud rural, la bonne vieille charité individuelle fit de nouveau surface. On considéra qu’elle ne faisait qu’encourager l’oisiveté et le vice. On se mit alors à penser que ce système d’allocations n’était en fin de compte qu’une sorte d’encouragement, voire de crédit accordé à la paresse. Les enquêtes parlementaires de 1832 à 1834 s’en font largement l’écho. Leurs conclusions furent toutes d’affirmer qu’on devait mettre fin à ce système. Le nord industriel, lui, s’inquiéta beaucoup : malgré l’injonction faite aux pauvres de ne pas quitter leur paroisse, il en circulait beaucoup sur les routes. De grandes campagnes anti-pauvres y furent désormais menées : il fallait désormais se débarrasser des pauvres, coûte que coûte. --joël jégouzo--

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 07:53

cour-des-comptes.jpgEt si on rouvrait les camps français ?

Il faut sauver le modèle social français, nous dit-on. Le sauver des français, de ces français qui trichent, nous assure le Chef de l’Etat, de ces tricheurs qui se comportent comme des ennemis de la Nation… Et pourquoi pas la création d’une justice d’exception à l’encontre des malades imaginaires qui plombent le déficit français, tant qu’on y est ?

Et tout cela sans rire… Combattre la fraude sociale… Pas la fraude fiscale, non, vous avez bien lu : la fraude sociale. Pas la fraude fiscale, qui ampute bien davantage les finances de l’Etat, mais qui, soyons clairs, est l’apanage des classes nanties. Non : la fraude sociale ! Celle des pauvres, des démunis…

Alors soyons clairs : vous êtes en bonne santé ? 90 % des cadres sont en bonne santé. Tandis que les "inactifs" (qui ne cesse de s’activer pour chercher une solution à leur manque chronique d’argent), les chômeurs, les rmistes, les stagiaires, les précaires, etc., eux, accusent le coup. L’INSEE en témoigne, malgré ses statistiques biaisées. Il suffit de lire. Et ce n’est pas un hasard s’ils ne vont pas bien ceux-là. Et ce n’est pas qu’un sentiment du reste : les chômeurs, selon les études de la Sécu, ont une probabilité de beaucoup supérieure à celle des actifs de développer une maladie grave. A 35 ans, l’espérance de vie d’un ouvrier est inférieure de 7 ans à celle d’un cadre. Peut-être parce que, faute de moyens, les ouvriers recourent deux fois moins aux spécialistes qu’aux généralistes. Les bébés de moins d’un an, par exemple, ne fréquentent le pédiatre qu’une fois sur trois consultations nécessaires dans un ménage d’ouvriers, contre une fois sur deux chez les cadres.

Fraude sociale… Lorsque l’on se retrouve au chômage, statistiquement, on a trois fois plus de risques de décéder prématurément qu’un homme actif. Rassurons-nous : avant de mourir, les plus démunis passent d’abord, assidûment, par la case maladie et la case dépression. De sacrés cumulards ! Ainsi, à leurs faibles revenus s’ajoutent l’exclusion médicale, l’angoisse, la dépression, l’impossibilité de se payer un traitement médical correct. Des nantis, pour sûr. Des fraudeurs. Des tricheurs.

Selon une enquête du Credes (1996-1997), 25% des chômeurs sont victimes d’une dépression, contre 13 % des actifs. 1 employé sur 5 est en dépression selon cette même étude, déjà ancienne, les choses n’ayant fait qu’empirer, contre 1 sur 10 chez les cadres supérieurs…

sarko-fraude.jpgToujours selon cette même étude, les ingénieurs vont plus souvent chez le dentiste que les ouvriers. La proportion de cadres supérieurs qui sont allés chez le dentiste lors de cette enquête est même deux fois plus élevée que celle des ouvriers. C’est que chez les ouvriers, le suivi médical fait défaut. Faute de disposer d’une complémentaire. Toutes les études récentes montrent du reste qu’une grande partie des familles peu aisées renonceront l’an prochain à leur mutuelle…

La France, pour la première fois depuis un siècle, se dotait d’un cadre législatif définissant les grands principes de la santé publique. Mais le texte adopté in fine ne prenait pas la tournure d’un texte de Loi, nécessairement contraignant, mais celle d’un simple référentiel, délivrant le sens général de l’esprit français en matière de santé… Et les médias de le saluer. Et d’omettre dans le même temps que ce texte contournait savamment toute réflexion sur la question des inégalités devant la santé.

Mieux : parmi les "cent objectifs de santé publique" que se donnait l’État dans ce document, un seul concernait "la réduction des inégalités devant la maladie et la mort" ! A titre d’exemple, six autres portaient sur la réduction des "troubles musculo-squelettiques"… Pire : aucun indicateur d’évaluation n’était envisagé pour mesurer les disparités devant la santé… Et mieux que mieux : la directive recommandait de ne prendre en compte que "des résultats globaux"…

Tout est clair : la diminution des inégalités sociales devant la santé n’est pas une priorité du gouvernement. Elle ne l’a jamais été. La seule préoccupation de ce gouvernement n’est peut-être même pas tant la maîtrise des dépenses de santé que la stigmatisation forcenée des populations "à risque", que l’on a précipitées depuis des décennies dans la misère et dont on voudrait à présent délégitimer par avance toute velléité de révolte. Et la journaille d’exhiber la très bonne place obtenue par la France dans le classement de l’Organisation mondiale de la santé, du point de vue de sa performance globale, tout en taisant son mauvais rang au sein de l’Europe en termes d’inégalités sociales devant la santé… --joël jégouzo--.

 

Observatoire des inégalités : http://www.inegalites.fr/spip.php?article1365&var_recherche=sant%E9&id_mot=42 

"Un aveuglement face aux inégalités sociales de santé", entretien avec Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS :

http://www.inegalites.fr/spip.php?article777&var_recherche=fraude%20sociale&id_mot=42

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 06:18
eurodictature-strategie-lumps-L-O8xh_N.jpgOn le voit avec le contournement du référendum français, la confiscation du référendum en Grèce, l’arrivée au pouvoir des banquiers en Italie. On le voit à l’étude attentive des liens qui se tissent ici et là à la faveur de cette pseudo crise : Mario Draghi, le nouveau président de la Banque centrale européenne, proche de Mario Monti, le président désigné du Conseil Italien, proche de Lucas Papadémos, le nouveau Premier ministre grec, tous les trois appointant à la banque d’affaires américaine Goldman Sachs, qui ne cesse d’étendre en Europe son réseau d'influence.
Partout en Europe, ce que l’on peut observer, c’est la montée en puissance d’un ordre fondamentalement ennemi de toute démocratie, préparé de longue date par l’arrivée au pouvoir, dans les années 80, d’un Reagan ou d’une Thatcher, l’un pour faire de l’Europe l’auxiliaire de l’Empire américain, l’autre pour en faire la plus fabuleuse pompe à fric que le monde occidental ait créée.
Depuis, l’Europe est devenue cette communauté de fausses valeurs qui se berce d’illusions et nous endort dans l’autosatisfaction béate de ses élites, qui ont fini par atteindre un degré de vanité inégalé. Car au mieux, et aux yeux des américains toujours, qui s’y connaissent en supercherie, l’Europe ne représente qu’un tour de force administratif au terme duquel, à la faillite de son système économique, programmée par ses propres dirigeants pour mieux lui soustraire des dividendes hors norme, se sera ajoutée une faillite morale.
Il est temps de réécrire notre histoire européenne, pour avouer que le seul objectif de cette Europe là était d’accroître le rendement dans les Affaires et d’approfondir le capitalisme dans ce qu’il avait de plus vil. De sorte que l’Union Européenne n’incarne plus un système de valeurs universelles, mais un système politique qui repose essentiellement sur la faiblesse tactique de ses peuples, vidés de leur substance politique : c’est l’Europe des populations à genoux devant les banques. C’est l’Europe des experts au pouvoir qui suspendent allègrement la démocratie au prétexte d’une réflexion pseudo rationnelle, en oubliant une chose : c’est que la politique n’est pas une science, mais une sagesse.
Une sagesse, oui, celle-là même qui reconnaît que nous sommes limités dans nos décisions et que la prudence doit toujours prévaloir. Une sagesse au sens où nous devons, collectivement, décider de l’avenir de la cité, sans autorité extérieure nous surplombant pour imposer ses contraintes. Une sagesse en ce sens que la morale de la citoyenneté consiste à penser collectivement le cadre dans lequel nous voulons voir nos vies s’épanouir.
anti-democratique.jpgPenser collectivement : non comme savoir mais comme lucidité qui contraint à prendre soin des hommes autant que du monde. Car tout comme la philosophie, la politique est un exercice de lucidité, au terme duquel il ne s’agit pas de voir ce qui est mais ce qui institue le bon fonctionnement de la cité, dont l’être humain est la finalité, non les moyens. De ce point de vue, force est d’admettre que nous connaissons, en France, la forme la moins enviable du libéralisme. Un libéralisme qui ne cesse de nous faire le coup du discours moral toujours réactualisé sur la nécessité d’introduire un peu de morale dans la gestion du pouvoir, quand déjà le XVIème siècle posait cette même question de fixer des limites morales au pouvoir des gouvernements ! Quand depuis des siècles les libéraux ne prétendent cesser d’y songer, au nom du Bien Commun !
Des siècles plus tard, nous en sommes donc toujours là, à savoir, tous, que le Bien Commun ne peut venir d’une coercition, que l’Etat ne peut avoir le droit d’intervenir qu’en fonction d’une morale susceptible de faire l’objet d’un accord collectif raisonnable.
Quand nous savons tous que lorsque l’on essaie de faire respecter un principe politique en s’appuyant sur la menace, on ne fait que traiter les individus comme de simples moyens, de simples objets de coercition. C’est le cas en Grèce. Demain en Italie, après-demain en France, sinon déjà, avec ce gouvernement qui ne cesse de diviser pour produire la moins grande quantité possible de valeurs communes !
Quel type d’engagement moral faut-il donc rechercher comme fondement à l’idéal républicain ? Mais sur quoi fonder nos principes moraux sinon sur des motifs prudentiels ?
L’état ne peut quant à lui fonder sa légitimité que sur le principe de neutralité garanti par le dialogue rationnel et le respect égal des personnes. La norme du dialogue rationnel pour établir la distinction entre la preuve et la justification destinée à ceux qui ne partagent pas notre avis et dégager ce qu’il reste de commun à tous, le respect EGAL des personnes –et l’inscription de cette simple égalité donne à imaginer le vertige d’un Etat qui ne cesse de traiter inégalement ses citoyens !
Un égal respect des personnes qui, au fond, nous contraint à poursuivre toujours plus avant le débat public, inclinant l’Etat à fonder cet idéal procédural sans lequel il n’est qu’un aveu possible : c’est que nous ne vivons plus, en France, dans un Etat libéral. Pas même libéral devrais-je écrire. Et quant à l’Europe, elle n’est en effet plus que la caricature de ce que devrait être une union démocratique des peuples européens. –joël jégouzo--.
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 08:04

 

euro dictature2Il faut cesser de croire qu’il n’existe pas d’Europe politique. L’Union Européenne EST un régime politique. Et le pire qui soit, celui que les faucons américains nous envient, laboratoire du plus fabuleux rapt des valeurs démocratiques modernes qui soit, un régime néo-libéral autoritaire, articulé par le mépris des classes dirigeantes à l’égard des peuples européens. Derniers exemples en date : les grecs n’auront pas droit à leur référendum, tandis que les italiens verront s’accomplir le règne des experts, sans qu’aucun débat démocratique n’ait jamais permis d’en décider.

Mieux, si l’on peut dire : l’UE, dans ce que sa gouvernance révèle, n’est ni plus ni moins que la main mise d’une oligarchie au service du seul objectif qui lui importe : la promotion de la liberté des marchés financiers.

Elle est l’expression la plus tragique de la structure oligarchique du monde néo-libéral. Voyez la farce des consultations bafouées, comme en France, anticipée par la bouffonnerie de médias stipendiés –qui se rappelle Colombani fustigeant son lectorat parce qu’il désavouait une Constitution qui livrait l’endettement public aux marchés privés ?

Leur Europe devrait-on écrire, dans laquelle nous ne nous reconnaissons pas, est celle qui est venue à bout de la souveraineté politique des nations européennes par des pratiques économiques qui sont, il n’en faut pas douter, une manière redoutablement contemporaine de faire de la politique autrement, à savoir, sans l’embarras démocratique qui préside encore –si peu- au destin des nations qui la forment.

vieux nouveauObservez, avec Perry Anderson, l’historien le plus averti de cette Europe stipendiée, scrutant au scalpel les institutions de l’UE pour en dégager le sens profond, observez comment s’équilibrent les forces institutionnelles au sein de cette UE : une Commission Européenne, son exécutif, où siègent des fonctionnaires nommés par les Etats membres, sans aucun mandat démocratique donc. Un Conseil des Ministres transformé en instance législative délibérant secrètement, un Conseil européen des chefs de gouvernement convoquant les récalcitrants, les maladroits, pour leur dicter ses décisions…

L’UE est un pseudo exécutif nous dit à juste titre Perry Anderson. Un pseudo législatif, une pseudo démocratie, l’imitation historique de l’absolutisme prussien, où le processus de décision est télécommandé par des entrepreneurs ayant avalisé une construction politique autoritaire et volontairement parcellaire : le Parlement européen, seule instance "populaire" élue démocratiquement, ne dispose d’aucun pouvoir fiscal, d’aucun pouvoir budgétaire, d’aucun contrôle sur les nominations, d’aucun réel droit législatif, sinon celui d’amender à la marge ou d’opposer son veto. Il n’est, selon la belle expression de Perry Anderson, qu’une façade rituelle symbolique, un corps législatif d’un autre âge, car dans cette histoire, le pouvoir est confisqué en réalité par le Conseil des Ministres, coiffé par Le Coreper, comité des représentants permanents fixe, et le Conseil européen des chefs d’Etat, lui-même à la solde de l’Allemagne.

Une violation constante du principe de séparation des pouvoirs constitutionnels, un déficit démocratique sans précédent, auquel même les faucons américains n’ont jamais osé rêver.

L’UE est en outre l’affaiblissement volontaire du politique. Voyez la Grèce, voyez l’Italie, voyez la France. Voyez où se discutent l’essentiel de notre avenir et comment. Voyez qui prend les décisions et comment, et ce que ces décisions concernent : des questions qui étaient autrefois débattues au sein des parlements nationaux : nos emplois, notre couverture sociale, nos impôts, etc.

Or, à Bruxelles, ces questions sont débattues dans le secret, comme des négociations diplomatiques. On convoque le premier Ministre grec ! On lui ordonne de renoncer à son référendum ! Le traitement de ces questions, observe avec pertinence une fois encore Perry Anderson, est celui que l’on réserve d’ordinaire aux Affaires Etrangères ou militaires !

Et quand ces questions paraissent ne devoir être que l’apanage des experts, voyez ce qu’elles impliquent, voyez comment les taux d’intérêts organisent le déplacement de la politique macro-économique vers Bruxelles. Avec à la clef, encore une fois, nos vies et notre avenir : emplois, impôts, protection sociale…

L’Union Européenne, aujourd’hui, c’est enfin l’état minimal tel qu’aucun ultra-libéral ne saurait l’espérer : une fonction publique réduite à néant –20 000 fonctionnaire !- des dépenses étranglés, un contrôle impossible, bref : la démocratie vidée enfin de sa substance !--joël jégouzo--.



Le Nouveau Vieux Monde, sur le destin d’un auxiliaire de l’ordre américain, Perry Anderson, traduit d el’anglais par Cécile Arnaud, éd. Agone, coll. Contre-feux, octobre 2011, 738 pages, 30 euros, ean : 978-2-7489-0143-6.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 09:04

emprunt-14-18---copie.JPGIl faut cesser de nous faire croire qu’on pourrait moraliser les milieux financiers, mieux, qu’ils pourraient, par eux-mêmes, le vouloir un jour. Déjà, en 1914, la finance dévoilait son seul vrai visage, qui est celui du dividende à tout prix, du bénéfice à n’importe quel prix, celui de millions de morts, par exemple…

Et déjà, à l’époque, l’on évoquait une sorte de fatalité, sans employer le vocable de crise, blanchissant le "drame des finances françaises" tombé de nulle part… Un drame, la belle affaire : de drame, seuls les poilus en vécurent ! La finance, elle, insouciante des hommes, les envoya se faire tuer.

Car l’affreuse saignée de 14-18 fut très largement le fait d’investissements financiers plus que douteux, encouragés par un personnel politique corrompu et un état-major insouciant, n’hésitant pas, à l’exemple du Général Galliéni, à lever la classe 1917 –des adolescents dont certains n’avaient pas 18 ans- et remettant au soir de cette grande victoire de la conscription, le dossier qui le lui avait permis en commandant à ses collaborateur de le "serrer" contre leur poitrine, parce qu’il resservirait bientôt à lever la classe 1918 : les 16, 17 ans…

L’Etat français fit ainsi assumer au peuple français une charge confondante, obérant par sa politique de gabegie au profit des milieux financiers l’avenir même de la nation. Cela, quelques décennies à peine après le désastre de 1870 et la lourde rançon des 5 milliards du traité de Frankfort. La bourgeoisie, dont le règne domina la seconde moitié du XIXème siècle, savait compter sur le soutien inconditionnel de l’Etat pour assurer sa prospérité. Et que lui importait que Paris fut devenue une place financière de seconde zone (les dépôts bancaires y atteignent 5 milliards de francs-or en France à la veille de la guerre, tandis qu’ils atteignent 31 milliards pour l’Angleterre et 29 milliards pour l’Allemagne) : elle a placé tout son argent en valeurs étrangères, par crainte d’une situation intérieure peu sûre, entendez : la classe ouvrière s’y montrait trop rétive devant sa misère…

Alors qu’en réalité, c’était pour d’autres raisons bien sûr : le revenu des valeurs étrangères était de 4,28%, contre 3,21% pour les valeurs françaises… Et en 1914, de 5,74% pour les actions et 4,32% pour les obligations étrangères. Voilà qui explique tout…

Le Temps du 29 avril 1906 en témoigna en ces termes : pour lui, la règle d’or du bourgeois français était de "placer son argent en valeurs étrangères ", parce que cela équivalait à lui "faire franchir la frontière… assurance contre les risques intérieurs grandissants"… (encore une fois : les revendications jugées par trop irresponsables d’une classe ouvrière réduite à la misère…)

A la veille de la Grande Guerre, les capitaux français se mirent ainsi à couler vers l’étranger. Le Crédit Lyonnais avança plus de 300 millions de francs à la Deutsche Bank. La Société Générale, l'Union Parisienne, la Banque de Paris et des Pays-Bas en firent autant. La prospérité du port de Hambourg leur dut tout et, situation cocasse, la Nord-Deutsche Llyod et la Hambourg-Amerika purent ainsi concurrencer avec cet argent nos propres lignes.

Mieux : les capitaux français servir à financer directement l’effort de guerre allemand. Et cela, quand bien même l’Etat pouvait exercer son contrôle sur les emprunts étrangers.

Ainsi, au lendemain d’Agadir, un emprunt d’un milliard failli être émis, à partager entre l’Autriche et la Hongrie. Emprunt explicitement destiné aux armements austro-hongrois. Il ne fut évité que grâce à l’intervention d’un journaliste intègre, l’un des rares, André Cheradame, du Petit Journal, qui le paya de sa carrière.

emprunt-2---copie.JPGOu bien encore : à la veille de lancer son propre emprunt pour la défense nationale, le gouvernement français autorisa deux emprunts turcs – dont les Turcs feront le meilleur usage aux Dardanelles… Mieux, si l’on peut dire : une partie de cet emprunt servie à offrir une ristourne à l’Allemagne, débitrice de la Turquie, de sorte que la France se mit à rembourser littéralement les créances de son ennemi direct…

La même année, alors que l’effort de guerre s’annonçait terrible, l’Etat français consenti à lancer un emprunt bulgare, un emprunt grec et un emprunt chinois…

Les responsabilités politiques, on le voit, furent effarantes. Et tout au long de cette guerre, et ce jusqu’au dernier mois, les gouvernements français ne cessèrent de peser sur les banques françaises pour qu’elles mettent à la disposition des nations étrangères une partie de l’épargne nationale… C’est que le rendement était meilleur… Et tant pis si, on le sait aujourd’hui, ces décisions contribuèrent tragiquement, en 1918, à la prolongation de la guerre… L’or français faisait couler le sang français, ainsi que finit par le constater Le Temps qui, dans son éditorial du 5 août 1918, écrivait : "les Etats étrangers ont, à la veille de la guerre, pris à notre épargne l’argent qui a été refusé à la France pour sa défense"…

Et n’évoquons ici même pas le plus connu de tous ces emprunts, le fameux emprunt russe, si ruineux pour l’épargne française, mais largement encouragé par les banques françaises et la presse à leur solde. La manne française coula ainsi dans un pays pétri de corruption -15 milliards de francs-or pour renflouer les caisses de Nicolas (II)…

Au total, la France aura investi dans cette période (des années 1910 à 1918) plus de 50 milliards en titres étrangers. Dans le même temps, elle ne devait investir que 4 milliards de francs-or dans la totalité de ses colonies, qui lui en rapportait évidemment bien plus… Emigrés en Suisse et en Belgique, ces capitaux français refluèrent en masse vers l’Allemagne…

Qu’on ne nous dise alors pas qu’il serait possible d’introduire de la morale dans une histoire qui ne peut s’avouer qu’immorale. –joël jégouzo--.

 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 06:49

tirailleurs.jpg"Dans les tranchées, tout n’était qu’un immense chaos où l’être déversé ne parvenait pas à se saisir, où le flux héraclitéen des événements interdisait non seulement toute compréhension de la chose, mais toute connaissance de soi, voire toute sensation de ce moi charrié sans ménagement dans le désordre et la confusion de la matière nue. Ce n’est qu’après-coup, après la guerre, la mort, l’éventrement, ce n’est qu’après-coup, après les cérémonies organisées pour les français, les médailles données aux français, les drapeaux français déployés, ce n’est qu’après le deuil immense de la nation française, ce n’est que dans cet après-coup de la reconstruction du sacrifice des fils de la patrie éplorée mais victorieuse, que ce qui n’était dans l’instant où les soldats le vivaient qu’un non événement barbare, prit enfin son sens et son nom. Pour eux. Non pour nous, tenus à l’écart de toutes les cérémonies commémoratives. Mais jusque là, les bonshommes ne savaient rien : ils se tenaient seuls sans rien d’autre que cette solitude et leur peur pour faire face à l’immanence qui les encerclait, avec la boue pour seule essence, comme seul "être du poilu".

Plus tard, parmi les survivants, dans le bled, certains trouvèrent les mots. Ces mots ne disaient rien de l’abîme franchi, ils n’étaient pas même un pont jeté par dessus cet abîme, tout juste une rambarde de l’autre côté, où circonvenir la tentation d’un regard en arrière. A quel même rapporter la démesure ? Quels mots lorsque l’être se voit tout prêt de basculer dans le vide qui l’épouvante ? L’expérience des tranchées ne relevait ni de l’initiation mystique ni de l’intuition poétique. Elle n’était que la forme du contingent charnel, de la viande livrée à son enfermement corporel : la boue, toujours la boue, qui n’est pas la terre mystique dont Allah fit l’Homme, qui n’est pas l’argile d’une solidarité que les bonshommes des tranchées ne connaissaient pas, ou peu, qui n’est pas le signe d’une appartenance à son humanité mais la boue et seulement la boue qui bestialise le soldat et l’enferme dans l’inhumanité d’un corps souffrant.

Ainsi Mohamed apprit-il, à Verdun, les bras ballants et le regard vide, que dans les tranchées son humanité était plus vile encore que celle qu’on lui avait faite dans l’Algérie occupée. Il n’avait guère été qu’un corps frappé de stupeur et vivant l’effroi et la fascination de son supplice charnel." Kamel Laghouat

  

 

Kamel Laghouat a vingt ans. A paraître, novembre 2011, éditions Turn THEORIE, Un tombeau pour 1323 algériens morts pour la France en 14-18. (extraits)

photos : l'embarquement des troupes.

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 06:39

8-tirailleurs.jpg"Verdun, la pluie, la boue, le froid qui bestialise le corps, l’enfouit dans cette terre où l’on ne combat pas et ne fait que subir le vacarme meurtrier des marmitages. La pluie ou bien la neige, la grêle encore, le froid, la sauvagerie de la boue recouvrant toute chose et barbouillant toutes les silhouettes humaines en un identique bonhomme d’argile rappelant vaguement un Adam empêtré dans la glèbe d’un paradis en ruine. La nuit, la boue, la pluie tourmentent sans cesse l’escouade de Mohamed, tout entière occupée non pas à combattre mais à s’arracher à la succion visqueuse de la tranchée. Le dos rond sous le barda, pataugeant jour et nuit dans une eau pourrie, les mollets enfoncés dans la fange, l’escouade marche dans la confusion d’un grand troupeau de bêtes égarées.

Cris, gémissements, ordres incompréhensibles, fracas des bidons et des gamelles, jurons, râles, ils vont sans comprendre ni rien voir, la masse des "bonshommes" habillée de guenilles, comme autant de poupées de chiffons montées sur des ressorts distendus, en file indienne collée au dos d’un guide qui ne sait même pas lui-même où il va et n’avance que poussé par les ballots qui le suivent. Parfois, en de brusques mouvements de reflux, des colonnes se cognent sans que jamais personne ne tente de savoir si la colonne que l’on vient de heurter ou que l’on coupe est du même camp. Ils marchent et se fichent de savoir où ils vont, car tout autour d’eux l’horizon est identique. Ils marchent parce qu’il n’y a plus d’espace où aller mais seulement du temps à parcourir. Le corps meurtri, enfoui dans la glaise, recouvert de terre, de sang, de sueur, d’urine, il est presque impossible d’arracher les blessés à la vase qui les aspire. Il faut s’y mettre à trois, à quatre, les harnacher et les haler dans un effort invraisemblable. Tous ces êtres font désormais organiquement corps avec le sol où ils évoluent. Ils appartiennent à une géographie et non à une histoire, ce sont des "pays" et non des "patriotes", le paysage même, que l’histoire martyrise. S’ils veulent sauver leur peau, il leur faut sauver la terre qu’on ravage, en solidarité avec cet autre bonhomme qui fait front dans la tranchée ennemie. Et parce qu’il n’y a pas d’issue dans cette folie, rien d’autre n’est possible que de se ruer contre cet autre soi-même dans les effrois de la boue et du sang qui giclent de toute part." Kamel Laghouat

 

Kamel Laghouat a vingt ans. A paraître, novembre 2011, éditions Turn THEORIE, Un tombeau pour 1323 algériens morts pour la France en 14-18.  (extraits)

image : carte postale de 1914.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories