Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 09:14

voir-la-terre.jpgLe paysage pose-t-il une question à l’homme, et si oui, laquelle ?

Philosophe, Jean-Marc Besse travaille en épistémologie de la géographie.

La question du paysage est depuis longtemps au centre de ses préoccupations. Inutile de dire que les six essais réunis ici s’adressent plutôt à l’érudit. Pourtant chacun devrait pouvoir y trouver matière à de vigoureuses méditations personnelles. D’autant que la question posée dans cet ouvrage n’est pas tant adressée au paysage, qu’ouverte à partir de lui, suscitée par l’expérience que l’on peut en faire au hasard de ses promenades. Il s’agit donc d’une rencontre avec lui, mettant à l’épreuve nos catégories de pensée, et en jeu, les représentations que nous nous en forgeons.

Très pertinemment, cette série d’essais s’ouvre sur la célèbre Lettre de Pétrarque, relatant son ascension du Mont Ventoux. Un texte que l’on dit volontiers fondateur de notre relation au paysage, comme contemplation désintéressée. Mais est-ce si sûr ? Besse en doute et dans une argumentation serrée, nous montre combien nous nous sommes égarés à son propos. S’il faut chercher un fondement au regard moderne du paysage, c’est dans Rousseau, plutôt que Pétrarque, qu’il nous encourage à le chercher. Mieux : dans Simmel, qui avait parfaitement compris le sens du sentiment d’arrachement au Tout, accompagnant l’individuation des formes de vie dans la modernité occidentale. Ailleurs absolu ou altérité intérieure, le paysage ouvre un clair-obscur dans la conscience humaine, sur lequel il n’est pas vain de se pencher.joël jégouzo--.

 

Voir la terre, six essais sur le paysage et la géographie, Jean-Marc Besse, Actes Sud – ENSP / Centre du paysage, mai 2000, 162p., ISBN-13: 978-2742728282.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Olivier Jehasse 12/06/2010 12:49


quelques précisions...
J'ai bien reçu votre remerciement et j'en profite ainsi pour vous éclairer davantage sur moi-même. Je suis universitaire spécialiste de géographie antique, romaine surtout, mais pas uniquement. Le
paysage est un concept très fort car il renvoie (je vous l'ai dit) à notre culture méditerranéenne, mais aussi il est un témoignage au sens juridique et spirituel du mot, qui permet à l'observateur
et au chercheur de découvrir non pas des éléments de mémoire éteinte, mais plutôt une dynamique toujours là des temps d'avant, comme j'aime à appeler le passé. Je ne sais pas si vous connaissez
Kenneth White et sa géopoétique. Je me reconnais assez dans ce goût des mots et des éléments physiques,car je le ressens comme une survivance de pensées antiques.
à très bientôt j'espère, et bonnes explorations.
cordialement


olivier jehasse 07/06/2010 11:43


Un paysage c'est un texte fait d'hommes et de potentialités naturelles. C'est un terroir historicisé qui montre la mémoire des actions des groupes et des individus qui le vivent par leur travail et
leurs parcours. En Corse nous appelons cela le paese, qui ne peut être réduit à l'ensemble bâti que l'on appelle le village. Il faut lire le paysage, le déchiffrer, plonger à l'intérieur de sa
logique tant naturelle qu'humaine pour le saisir et le décrypter.


texte critique 07/06/2010 11:59



Merci pour ce commentaire si pertinent, qui ouvre à une belle et forte interrogation !


jJ



Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories