Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 07:32
Voici le temps des assassins, Gilles Verdet

Paris. Un homme met le feu à sa voiture, s’éloigne tranquillement en plein boulevard Saint-Germain pour en rejoindre un autre et tandis que la voiture en feu capte toute l’attention de la foule, avec son complice pénètre dans une joaillerie pour la dévaliser. Mais au moment d’en sortir, deux femmes voilées les braquent. Simon est touché. Paul s’en sort. Il lui faut comprendre maintenant, tandis que tout se joue déjà dans cette contraction du temps de l’agonie de Simon où l’éternité est comme suspendue à l’étirement d’un dernier soin. Paul retrouve sa femme, lui avoue le casse avec Simon, flic de son état. Les femmes voilées les attendaient. Peut-être pas des femmes du reste. Il ne sait pas. Il cherche. Découvre que Simon fréquentait un club : celui «des vilains bonshommes», réminiscence de celui que Rimbaud fréquenta quand il vint à Paris. La Rimbe à corps nu du coup, entrant dans l’histoire avec force, «merde, merde, merde», comme il devait se l’écrier un soir au cours d’un dîner des vilains bonshommes à l’écoute d’un poème idiot, se fâchant tout net avec l‘assemblée imbécile. Moins la Rimbe en définitive que Rimbaud, Gilles Verdet à ses basques, nous menant dans ce Paris de la semaine sanglante régler les mauvais comptes des années 70 tandis que le récit file ses morts suspectes. Car ce qu’il interroge, c’est ce désir de liberté qui a accouché de monstres. Les nôtres ? Pas sûr. Une sale histoire finalement, de paumés des temps utopiques, orphelins d’une rébellion qui n’a pu se muer en révolte et dont les enfants finissent today d'en achever leurs comptes à la kalachnikov. Ce qu’il reste de ces années communautariste ? Une romance en somme -il faut aimer-, bordée de loin par l’incandescence rimbaldienne et ces temps de revenants qui agitent des gestes de désespérés.

Voici le Temps des assassins, Gilles Verdet, Jigal polar, février 2015, 232 pages, 18,50 euros, ean : 979-1092-016321.

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans en lisant - en relisant
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories