Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 05:33

rocard.jpgMoins un regard sur le XXème siècle au demeurant que le bilan d’un social-démocrate converti de bonne heure au libéralisme social. Son regard sur le XXème siècle se borne à quelques considérations il est vrai pertinentes, sur un siècle de «méchanceté» où la volonté de tuer aura surtout été le fait d’une intelligentsia cultivant avec un rare zèle l’art d’exterminer en masse, de Auschwitz à Hiroshima. Ou bien ces remarques d’un homme né en 1930, qui aura connu l’ère de la traction animale et vu s‘éteindre six mille ans d’histoire, que symbolisait alors le laboureur armant toujours dans les campagnes françaises sa charrue d’un soc romain.

 

Pour le reste, c’est de ce grand virage à droite dont nous parle Michel Rocard. Un grand virage dont il aura été l’artisan résolu, et ce dès la création du PSU et malgré les malentendus qui entourèrent cette création : classé à l’extrême gauche de l’échiquier politique français parce qu’il s’opposait à la Guerre d’Algérie, le PSU n’était en fait qu’un parti de scission, qui tentait d’actualiser les thèses socialistes des années 46 pour convertir les socialistes aux lois du Marché. La confusion, certes, lui permit de grossir très vite ses rangs en recrutant principalement des chrétiens de gauche dont les exigences sociales poussaient constamment les cadres du Parti plus à gauche qu’ils ne le souhaitaient. Car en réalité ces cadres étaient plutôt, à l’instar de Rocard lui-même, proches d’un idéologue américain comme James Burnham, lui-même artisan de la conspiration mise en place par les américains au sortir de la guerre de 39-45 pour convertir l’Europe au libéralisme. Reste qu’à décrypter pareille confusion, Rocard passionne de si bien dessiner le paysage politique français depuis une bonne cinquantaine d’années, à travers par exemple les relations qu’il entretint avec François Mitterrand, si méfiant à son égard, converti bientôt lui aussi aux pseudos contraintes du Marché. On retiendra du portrait de Mitterrand qu’il nous dresse la juste compréhension de son jacobinisme : cette volonté de tout ramener au politique et à la décision parlementaire et gouvernementale, sans jamais croire au dialogue social. Nous en sommes toujours là avec Hollande, malgré les travestissements qu’il déploie. Aux yeux de Mitterrand nous dit Rocard, le dialogue social n’avait pas de sens. Seul le champ parlementaire comptait. Calculs, tactiques politiciennes, on connaît ces dérives qui nous ont tant coûté, provoquant aujourd’hui le déficit démocratique que l’on sait. Dans ce passage à droite, Rocard aura tenté, affirme-t-il, de maintenir quelque chose de cette longue tradition chrétienne de gauche échouée désormais, soucieuse du dialogue social, de légalité républicaine et des institutions de la République, les meilleurs outils de gouvernance à son sens, qui ont fait de Matignon un vrai centre de pouvoir et d’organisation de la vie nationale, et dont il loue les vertus malgré les dérives que ces mêmes institutions autorisent. On découvre du reste un Rocard peu critique de la présidence Sarkozy, et in fine très attaché à cette Vème défaillante, crispée, arrogante et autoritaire qu’il ne songe pas à réformer. De son regard sur le monde d’aujourd’hui, une idée forte transparaît, celle de l’issue «verte» pour seule dynamique mondiale. Notre monde, Rocard le voit engagé dans une course contre la montre tant les menaces, principalement écologiques, se sont accumulées, imprévisibles, irréversibles, fomentant partout leur effet de seuil. Aucune nation ne pouvant par essence apporter de réponse, la vraie idée forte de cet entretien c’est au fond le sentiment que seule une gouvernance mondiale pourrait nous sauver et qu’il nous faut en conséquence dépasser le cadre des souverainetés nationales. Loin des identités chétives, ouvrir en grand un débat neuf sur le sens du devenir humain. Et c’est très intelligemment qu’il propose qu’au fond ce soit le levier sécuritaire qu’il nous faille travailler pour y parvenir, celui-là même qui partout dans le monde est en train de refermer son orbe funeste. Sécurité climatique, financière, alimentaire, identitaire, nous avons besoin de construire en effet les instruments qui permettront aux hommes de vivre demain, sous peine de voir s’éteindre, tout simplement, toute vie sur la planète.

MICHEL ROCARD, Une Histoire du XXème sicèle, entretiens avec claude imbert, FREMEAUX & ASSOCIES, PRODUCTION : CLAUDE COLOMBINI FRÉMEAUX , ÉDITORIALISATION : LOLA CAUL-FUTY , Nombre de CD : 4, isbn : 3448960543125.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories