Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 05:25
islamophobie.jpgSuperbe analyse de Nacira Guenif dans le numéro d’été de la revue Ravages, qui étudie la généalogie et les déplacements d’usage du terme "beur", vieux de quarante ans déjà, sans que personne ne se soit vraiment interrogé sur la validité de ce qu’il fondait. Un terme promu dans les années Mitterrand, euphémisant la charge ethnique, édulcorant la charge coloniale pour amortir l’origine immigrée de ceux qu’il englobait, des jeunes gens que l’on voulait alors avenants, malléables. Un terme destiné à supplanter dans l’imaginaire national celui de bougnoule, ou de raton, bien que leur usage n’ait pas vraiment cessé dans cette France tout en rose qui offrait à l’arabe de prendre place dans le périmètre national sous un nouveau vocable lénifiant. Une place qu’on lui offrait, certes, mais non sans condition. Beur, c’est-à-dire qu’il lui restait à devenir français -alors qu’il l’était depuis deux générations déjà… Beur, c’est-à-dire qu’il avait à se soumettre, gentiment, à la domestication qu’on lui avait réservée, rien que pour lui, en vue de son assimilation définitive. Une période probatoire en somme, s’ouvrait devant lui, toujours inachevée vers la fin des années 90, et dont on pouvait soupçonner à la longue qu’elle avait essentiellement été conçue pour n’être pas achevée, en ce sens que peu désiraient la voir prendre fin sinon par sa disparition pure et simple, tant le vernis de la double culture que l’on avait un temps encensé (le rap, le slam, le langage des tecis) ne paraissait acceptable que dissout dans la culture française dite de souche, récupérant in extremis ces excroissances désordonnées pour les passer à la moulinette de ses prétendues normes : le tag entrait dans les musées, mais au terme d’un sérieux nettoyage esthétique rejetant loin du musée ses surcharges ethniques.
ravagesL’emploi du mot, analyse encore Nacira Guenif, traduisait aussi un embarras en fin de compte, témoignant de la nécessité de revoir la fable coloniale pour construire un récit post-colonial que l’on sentait partout en gestation, mais que l’on ne s’empressait pas d’accompagner. Car bien que censé incarner les jeunes issus de l’immigration maghrébine, le terme de beur en faisait des êtres sans filiation, sans passé ni avenir –voire sans âge, d’une jeunesse éternellement prescrite, où les enfermer commodément. Être beur, c’était au fond "abolir la part de soi jugée incompatible avec l’entrée en citoyenneté républicaine", à savoir : la part maghrébine.
Que dire ensuite du féminin infantilisant qui émergea avec le succès que l’on sait. "Beurette"… Sinon qu’il sentait à plein nez son relent colonial… Séduisante, fragile, disponible, menacée… Car dans les années 2000, les beurs n’étaient plus ce qu’ils auraient dû être. Ils n’étaient plus gentils, ils n’étaient plus malléables. Ils étaient au contraire devenus menaçants, incontrôlables. L’arabe hexagonal, rétif à toute intégration. Les émeutes de 2005 le manifestèrent spectaculairement, et la beurette vint à point nommé incarner la figure stéréotypée de la femme opprimée. Avec cet avantage immense qu’elle désignait enfin le coupable : le garçon arabe, recyclé désormais dans le thème sécuritaire. La civilisation pouvait voler en toute tranquillité au secours de la charmante beurette, victime désignée du sexisme endémique des banlieues. Le beur était devenu entre-temps le garçon arabe, hétéro violent, machiste, inculte, réactionnaire. Et l’aspiration à l’égalité, à la liberté, des jeunes français issus de l’immigration maghrébine, pouvait rester lettre morte. En mettant au ban des accusés le garçon arabe on en faisait l’économie, disculpant du même coup tous ceux qui aboyaient avec les louves, dénonciateurs de tous bords du sexisme des banlieues, qui s’étaient assurés au passage que tout le monde avait bien oublié que la jeune fille arabe était elle aussi victime de discriminations raciales… Du coup, si l’emploi du mot Beur avait permis de différer l’accès des jeunes issus de l’immigration maghrébine aux droits nationaux, en construisant avec le garçon arabe la figure de l’ennemi intérieur, on pouvait exclure cette fois carrément l’arabe hexagonal du champ des droits nationaux…
Par ailleurs, si l'on évoque volontiers au singulier la figure de la beurette, c'est sous un nombre pluriel que les beurs sont convoqués. Ce point de grammaire qui n'est pas étudié dans l'article en question n'est pas anodin, j'y reviendrai dans une prochaine chronique.
Enfin, ce que n'évalue pas la réflexion de  Nacira Guenif, c'est que l'espace à l'intérieur duquel se sont définis les termes de beur et beurette était laïc, une laïcité qui prétendait organiser leur soumission à des principes pour le moins suspects. Or, aujourd'hui, le chemin parcouru par les "beurs" eux-mêmes a conduit cette même République laïque à recycler leur assignation exclusivement à l'intérieur d'une perception religieuse. L'espace à l'intérieur duquel est stigmatisé l'arabe est religieux. Il y a là beaucoup à réfléchir, qui fera également l'objet d'une prochaine chronique--joël jégouzo--.
 
Ravages, Sale race, été 2011, éditions JB2 & Cie, 160 pages, 13,50 euros, ean : 978-2-755607079.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

commentaires

salima beurette 06/03/2015 23:17

Beurette a une connotation négative maintenant (genre la fille arabe avec peu de vertu), mais je désapprouve, à la base c'est la "marche des beurettes" et c'est ce à quoi je m'identifie

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories