Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 07:10

Quelle est la finalité de l’Education ? Eduquer ou Instruire ? Instruire, répond Luc Ferry : l’enseignement relève de la sphère publique, l’éducation de la sphère privée. L’élève d’un côté, l’enfant de l’autre. Mais certes, on ne peut instruire sans éducation préalable. Mieux : l’instruction est impossible sans ce préalable. Convaincant quand il nous dresse le tableau des discours en jeu au fil des siècles, Luc Ferry l’est moins quand il tente d’asseoir son raisonnement sur une philosophie du «travail», de l’effort si l’on préfère, qui aurait subi le contrecoup des pédagogies post-soixante-huitardes, privilégiant à l’excès le jeu au travail scolaire. Moins convaincant, parce que toutes les pédagogies expérimentées, voire désormais mises en œuvre par le ministère lui-même, comme la classe inversée, ne se résument pas à jouer en classe… Peu convaincant en outre, parce que le sacro-saint modèle du mérite républicain qu’il défend mordicus, ne peut aujourd’hui cacher l’hypocrisie et le vide sidéral qui en forment la matière et la réalité. Il manque ainsi à son propos une réflexion pédagogique plus pertinente sur ces modèles qu’il met en cause et qui nous éloigneraient du goût de l’effort, tout autant qu’il manque à son discours la réalité des chiffres, dans une France plus inégalitaire que jamais. Pour autant, le constat qu’il dresse des «difficultés» du système scolaire français reste en partie pertinent et inquiétant : 35% des élèves qui sortent du primaire sont en grandes difficultés de lecture ! La faute à notre laxisme face à l’enseignement de la grammaire par exemple, qui est à ses yeux un patrimoine (oubliant au passage qu’au XVIIème siècle, les réformes de la langue française et de sa grammaire avaient pour point commun de les rendre compliquées, afin d’écarter les gueux de leur maîtrise), un héritage qui commande un apprentissage rigoureux, loin des fadaises de l’auto-construction des savoirs. On veut bien… D’autant que Luc Ferry songe à des causes plus profondes, qu’il nous explicite enfin. La racine du mal se trouve à ses yeux dans un vrai changement épistémologique qui affecte l’humanité tout entière. Elle tient dans ce paradigme qui est devenu la puissance d’unification de l’Esprit, qui structure en profondeur notre relation au monde et à nous-même, celui de l’innovation permanente, ou pour reprendre la formulation de Schumpeter qu’il affecte tout particulièrement : celui de la destruction créatrice. Le nouveau balaie l’ancien, doit le balayer même dans nos sociétés néolibérales capitalistes fondées sur l’impératif de consommation de masse, qui commande le renouvellement incessant des usages que nous faisons du monde, de ses objets tout comme de nos vies.  L’homme contemporain ne peut y échapper, son salut, dans cet environnement indépassable qu’est le capitalisme global passe par son adhésion à cet impératif. Impératif qui du coup provoque une sorte de schizophrénie de l’électeur de Droite –Luc Ferry emploie le terme-, attaché aux valeurs de la tradition, mais contraint de faire tourner la machine capitaliste, qui a besoin d’un peuple de consommateurs, plutôt que d’un peuple réfléchi… Et qui donc impose la destruction des traditions, de toutes les traditions, à commencer par celles qui fondent la vie scolaire bonne… Quels remèdes dans ces conditions ? Et c’est là qu’on ne peut plus suivre du tout Luc Ferry : il y aurait d’un côté la bonne destruction créatrice, de l’autre, la mauvaise destruction créatrice… Si bien que l’on pourrait choisir et que cette liberté qui nous est offerte in fine ruine son argumentation : la destruction créatrice n’est donc pas un paradigme structurant notre épistémê. Bien… Voilà qui laisse de l’espoir à la critique des discours néolibéraux : le monde peut tourner autrement. Attelons-nous à le transformer !

Politique et Philosophie de l’Education, Luc Ferry, Frémeaux & Associés, livre audio, Direction artistique : Lola Caul-Futy Frémeaux, durée totale d’écoute : 2h33 minutes, 5 novembre 2015, 2 CD MP3, ASIN: B01CUWT79U.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories