Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 10:09

L’économie est devenue la parole publique par excellence. Le tenant et l’aboutissant de toutes nos réflexions sociales, politiques, idéologiques, la pensée indépassable des sociétés néolibérales. Mais l’économie n’est qu’une croyance qu’Eloi Laurent s’emploie à démonter avec intelligence. Une mythologie. Une rhétorique d’obligations et de contraintes que les médias relaient largement pour mieux nous en persuader, recousant jour après jour ce vieux tissu élimé dont la crédibilité esquive la légitimité. Depuis les années 1980, oui, depuis l’avènement des socialistes au pouvoir, lorsque ceux-ci décidèrent de libéraliser les marchés financiers, le discours économiste s’est cristallisé dans la culture néolibérale pour devenir une sorte de fondamentalisme du marché. Mais sur quoi repose décisivement l’économie de marché ?  Sur la liberté des marchés ? Erreur : les marchés n’existent que parce qu’ils sont régulés. La Silicon Valley est un pur produit du capitalisme public, qui aura bénéficié d’investissements publics massifs pour surgir. Qui assure en outre les risques pris par ces marchés ?  La crise financière de 2008 nous le rappelle jour après jour : nous, à travers la puissance publique. Tout comme le cadeau socialiste de 40 milliards fait aux entreprises, sans aucune contrepartie, nous rappelle que les exonérations d’impôts ne sont rien d’autre que des subventions publiques. Quant aux beaux jours Uber (alles ?) qu’on nous laisse miroiter, ils ne sont que l’extension de la sphère marchande à la sphère privée, la cannibalisation de la première par la seconde, la paupérisation des deux in fine. Ne revenons pas sur le mythe du ruissellement. Qui produit la richesse ? Les patrons ? Ils ont bénéficié de toutes les infrastructures publiques pour produire cette richesse… L’écosystème de la création de valeur est en réalité financé par la collectivité. Le patron ne fait que privatiser le patrimoine commun, sans contribuer à son entretien (cf. les autoroutes de Vinci) ou son renouvellement. Comment gérer l’état dans ces conditions ? Comme une entreprise ? Vraiment ? L’inégalité est inefficace, qui substitue l’économie de la rente à celle de l’innovation. Si bien que réduire la dépense publique est une aberration quand il n’y a plus de rentrées d’argent, car l’austérité publique, conjuguée à l’austérité privée conduit droit au désastre.  En fait, sous la houlette d’hommes politiques irresponsables, l’état français est entré dans une stratégie de pays pauvre, où la régression sociale produit la richesse des 1%.

 

Nos mythologies économiques, Eloi Laurent, éd. LLL, février 2016, 106 pages, 12 euros, ean : 9791020903235.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories