Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2016 5 27 /05 /mai /2016 09:58
Du 49.3 de 1982 à celui de 2016, la domestication socialiste du Peuple

En 1982, François Mitterrand concocta un projet de Loi d’amnistie des anciens de l’OAS comprenant la réintégration de huit généraux putchistes d’avril 1961. Pierre Mauroy, qui présenta cette loi, rencontra une vive résistance à l’Assemblée Nationale et décida d’utiliser pour la première fois de ce septennat socialiste l’article 49.3 pour l'imposer au peuple français, sous couvert d'une réconciliation nationale dont il pensait que ce peuple n'était pas capable, faute d'une maturité politique suffisante. Un peuple ignorant en somme, préjugé familier aux élites qui nous gouvernent. Ignorant ? Vraiment ? Mais de quoi s'agissait-il avec cette Loi ? Moins d'amnistier que de réhabiliter des hommes porteurs d'un discours fascisant... Dès novembre 1982, les généraux putchistes antirépublicains redevenaient membres de l’armée française… On leva dès lors toute sanction possible à l'encontre des anciens tortionnaires de l'Algérie française, tout comme à l'encontre de tous ceux qui avaient accompli des atrocités dans le cadre d'une Guerre qui taisait encore son nom en 1982 ! De fait l’Etat français excluait toute idée de juger un jour nos criminels de guerre. C'était faire bien peu cas des valeurs de la République. C'était même les brader en effaçant publiquement dans l'Histoire les repères entre ce qui était républicain et ce qui ne l’était pas. Le tout par calcul politique...

Avant d'en comprendre le sens et ses conséquences, il est bon d'en découvrir les effets. C'est benjamin Stora qui les a le mieux cernés dans son essai : Transfert d’une mémoire. Les anciens de l'OAS, nous explique-t-il, qui avaient massivement rejoints les rangs du Front National, se virent du coup confortés dans leurs idées. Leurs valeurs antirépublicaines pouvaient réintégrer la vie politique (!), avec armes et bagages. Tout était pardonné, de la torture aux discriminations raciales qui fondaient leur vision des peuples de part et d'autre de la Méditerranée. Réhabilités, leurs discours pouvaient envahir la scène publique pour y diffuser leurs idéaux coloniaux : la domestication du Peuple, ainsi que le laissa entendre fin mai 2016 l’incroyable lapsus d’un Premier Ministre d’une fin de République qui tait férocement sa débâcle…

Dans une large mesure, cette réhabilitation leur ouvrait en grand les portes d’une révision de l’Histoire. L'heure de la revanche avait sonné, ainsi que le décrit magistralement Benjamin Stora dans son essai, et ce, grâce à Mitterrand qui venait de miner durablement le champ politique français -lourde responsabilité jamais dénoncée dans les rangs socialistes. Le FN était donc lancé, sa poussée encouragée, sa trajectoire calculée.

L’afflux des partisans de l’Algérie française dans ses rangs et leur légitimation de fait ouvrit en grand les vannes de l’imaginaire colonial qui n’avait jamais cessé d’irriguer l’imaginaire national. De fait, tout le discours du FN se réarticula autour de cet imaginaire, faisant des immigrés son centre de gravité, non sans l’aide d’un Gaston Deferre, parlant en janvier 1983, à propos de la grève des OS de Renault Flins «d’intégristes, de chiites», relayé par le Premier Ministre Pierre Moroy évoquant, ignoblement, un «complot musulman» à propos de ces mêmes grévistes ! Toute la classe politique devait s’engouffrer dans ce calcul soutenu par l’idée nauséabonde qu’il fallait prendre une revanche nationale sur ses algériens qui nous avaient dépossédés de nos richesses coloniales. Désormais, les immigrés ne devaient plus avoir aucun droit en France.

Les zélateurs de cette mémoire coloniale entreprirent dans la foulée de réévaluer positivement les temps bénis de la coloniale. Nombre d’intellectuels s’engagèrent dans ces rangs nauséeux. La colonisation, c’était la civilisation, civilisation menacée désormais, comme l’explique Benjamin Stora, par ces immigrés proprement inassimilables. Ce thème sera repris par Sarkozy, puis par Valls à propos des Roms d’abord, puis des « musulmans ». Un thème promu par les élites françaises, qui gagnait chaque jour en manque de nuances et dont ces élites faisaient tout pour qu’il traverse le corps social de la Nation. Dès 1990 on vit s'opérer le glissement sémantique de l'immigré à l'arabe, puis de l’arabe au musulman. Dans le même temps, les meurtres de jeunes français issus de l’immigration algérienne explosaient. Le MRAP n'en dénombra pas moins de 250 à la fin de l’année 1991, la plupart impunis : il était redevenu normal en France, comme au bon vieux temps de la Guerre d’Algérie, de tuer « les bougnoules ». En 1995, le FN conquit les villes de Toulon, Orange, Marignane. La suite, nous la connaissons : il fut promu au tout premier rang de la vie politique française.

Le coup de force de François Mitterrand avec cette Loi imposée contre l'avis du Peuple français, portait enfin ses fruits : non la Réconciliation nationale, mais la division, la dissension. Pour le maintien au pouvoir d’une République de plus en plus illégitime, d’une oligarchie au périmètre strictement contraint : l’UMP, le PS et le FN. Grâce au front républicain, en brandissant l’épouvantail du FN, cette oligarchie s’offrait une belle carrière. Le calcul de Mitterrand était rien moins que celui du sauvetage d’une classe politique stipendiée, prenant ses ordres de la grande finance internationale. Le calcul de Mitterrand était odieux mais efficace –il a fonctionné jusqu’à aujourd’hui- : protéger contre la démocratie les privilèges d'une classe de nantis. Mettre la République à l’abri de la Démocratie. Faire du gouvernement de la France un instrument de domestication du peuple français, un instrument de domination, avec la complicité des médias mainstream.

Le 49.3 de 2016 est à l’image exacte de celui de 82, une déclaration de guerre contre le Peuple Souverain pour le sauvetage d'une poignée de nantis, avouant explicitement le caractère d'autorité du régime politique français fondamentalement porté par des calculs politiciens animés par une oligarchie qui n’a de cesse de vider de sa substance la Démocratie pour mieux domestiquer les français –un lapsus qui sonne comme un aveu en effet.

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories