Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 12:42
Lemaire, Macron, NuitDebout, la recomposition du paysage politique

Pour imaginer cette recomposition, il faut avoir en tête le périmètre électoral «utile» de cette Vème République à l’agonie : au plus large 50% des électeurs inscrits votent lors de la présidentielle, au plus étroit moins de 30%, en tenant compte des non-inscrits, des abstentions et des bulletins blancs ou nuls… Un nombre pitoyable de bulletins en somme, que se partagent trois partis, si bien que le vainqueur ne représente guère que 12% des électeurs français, soit une infime minorité. Mais la Vème République n’est pas très regardante sur sa légitimité et cela lui convient d’autant mieux qu’à la vérité, ceux qui ne participent pas à sa farce électorale en sont les adversaires lucides.

C’est dans ce pourtour très étriqué que les places se disputent, que les éléments de langage, plutôt que les discours (lesquels sont d’une indigence crasse), opèrent. Or ceux qui votent, c’est-à-dire qui croient encore aux institutions de cette république bananière, sont de fait et nécessairement, de jour en jour plus conservateurs –les seuls à avoir quelque intérêt à maintenir l’illusion de vivre dans un régime démocratique.

A l’intérieur de cet espace donc, une clientèle de plus en plus conservatrice. Mitterrand l’avait bien compris, qui avait déjà opéré au glissement à droite du PS, dont la base électorale allait en s’étrécissant. Nicolas Sarkozy également, qui a fait riper son parti vers l’extrême droite, tout en tentant de récupérer ce que la Gauche comptait de néolibéraux. Ce glissement à l’extrême droite de l’UMP, puis des Républicains, a ainsi libéré sur, disons, son centre droit et ses matières obscures, un vide politique que Bruno Lemaire tente de combler. Lui qui, chrétien, vient du libéralisme philosophique, sensible à la question de l’homme pris comme fin et non variable d’ajustement comme c’est le cas dans le discours néolibéral, s’est ainsi mis à espérer qu’il pouvait tenir sa place dans la vie politique française en tentant de la recomposer sur des clivages plus républicains (version Vème, à savoir donc très peu républicains) –mais lui aussi contraint de distiller dans son discours des éléments de langage propre à satisfaire un électorat proche de l’extrême droite. Ce qui évidemment est sans compter sur le pouvoir de nuisance de Sarkozy, lequel s’est empressé d’envoyer ses idiots utiles disperser la clientèle électorale de Bruno Lemaire...

Lemaire, Macron, NuitDebout, la recomposition du paysage politique

La translation du bloc de Droite vers l’extrême Droite a eu pour conséquence d’entraîner dans son sillage peu glorieux le PS : l’effet Valls… Valls s’affirmant un rival sérieux, Hollande a dû dégoupiller Macron pour lui ravir sa superbe. Macron, en bon idiot utile, a donc lancé son mouvement, carrément en marche sur les terres des Républicains, contraignant Valls à se bannir à l’extrême droite. Ce faisant, Hollande libérait une place, infime mais bien réelle, à sa gauche. Une place que n’est pas parvenu à combler le Front de gauche. C’est là que campe le Mouvement NuitDebout, ouvrant un large espoir qui pourrait lui permettre non seulement de reconquérir l’électorat disponible à la gauche du PS, mais encore une frange de cet électorat évaporé des déçus de la Vème, qui voudraient bien croire encore qu’un changement est possible, au moindre coût : c’est-à-dire en faisant l’économie d’une insurrection.

Lemaire, Macron, NuitDebout, la recomposition du paysage politique

NuitDebout est un mouvement réformiste. Ses origines sociologiques s’actualisent par exemple dans cette place accordée à la «parole légitime» : celle des universitaires qui tentent d’en structurer la pensée. En témoigne également ses lieux d’occupation : des Places, symboliques, mais gentrifiées. En témoigne aussi ses réticences à ouvrir un vrai débat sur le statut de la violence, qui est le lieu même de fracture entre les classes moyennes et les classes pauvres, isolant ces dernières dans le cercle pourri de la violence d’état –qui n’est pas que policière, mais aussi politique, économique, sociale, sanitaire, etc. En témoigne enfin le statut accordé à la prise de parole en AG, conçue comme espace d’échange au sein d’une agora qui renvoie au fond à son étymologie latine : celle du forum comme «marché». Un marché au sein duquel tout énoncé non académique se voit démonétisé, privé littéralement de toute valeur d’échange. La régulation optimale des échanges verbaux s’y conçoit ainsi dans l’horizon de discours construits (de préférence sur le modèle universitaire), sinon experts, maîtrisés à tout le moins, ou de harangues sublimes, celles d’un Lordon. Un type de production qui ouvre droit à la reproduction et la circulation au sein de cette agora, rêvée sur un modèle où transparaît l’idéalisation de la justesse du propos (tant) attendu. Un modèle qui entretient une relation très ambivalente du coup avec le processus du rapport marchand, au sens où le champ (libéral) du politique définit l’économie comme une rationalité de l’espace public, conçu comme espace d’échange entre des acteurs légitimes.

On ne peut cependant réduire l’expérience NuitDebout à cette seule perspective réformiste. Les volontés qui s’y manifestent sont plus éparses et au demeurant, si la finalité espérée du mouvement est de se convertir rapidement en termes politiques, électoralistes pour tout dire, il doit élargir au maximum son discours pour construire son potentiel électoral. L’élargir à Gauche évidemment, au-delà du discours du «vrai changement cette fois»… Raison pour laquelle l’espérance qui court tout au long de ces nuits s’aventure aux portes du désir de Révolution. Un désir qu’on ne peut mépriser, car il est au fond le lieu le plus authentique du fait politique. Nuit Debout, à vrai dire, est un monde politique indécidable encore. Les jours qui viennent nous diront décisivement ce que ces nuits excluent pour demeurer. Jusque-là, le flou, l’équivoque, l’ambiguïté resteront la règle. Quelques jours. Où tout peut basculer.

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Alain L. 20/05/2016 15:23

je partage assez votre analyse. Ferons-nous l'économie d'une insurrection? Ceci dit, votre portrait de la recomposition du paysage politique a un trou béant: celui que viendra occuper le FN... mais peut-être en parlez-vous dans un autre billet...

marie Joinville 17/04/2016 14:46

intéressant

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories