Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 19:13

Condamné en 1926 par un tribunal fasciste à vingt ans de prison, Gramsci mourra le 27 avril 1937, après onze ans d’enfermement.

Onze années d’un véritable assassinat.

Onze années au cours desquelles il ne cessa d’écrire. Dont deux cent lettres -peu finalement-, qui occupèrent l’espace de «liberté» cruellement octroyé par ses bourreaux. Deux cent lettres qui néanmoins reflètent le parcours d’un homme jamais vaincu, même s’il se brise et nous donne à voir sans pudeur cette déchirure qui l’emporte. Une agonie, douloureuse, une agonie au sens où l’âgon des grecs l’entendait, celui d’un combat –ici livré contre les ténèbres de l’Histoire.

Une agonie sans concession, au cours de laquelle Gramsci ne renonce jamais, attentif, observant avec cette curiosité du savant l’univers carcéral dans lequel il est plongé, mettant son esprit au service de la plus pitoyable des communautés. Homme lucide qui se sait emporté vers le pire, il s’observe dans les conditions effroyables de sa détention. Ne renonçant pas, ne renonçant jamais à cette ultime et déchirante lucidité sur lui-même. Jusqu’au bout il maintient intacte sa faculté d’analyse. Jusqu’au bout du plus tragique, cette rupture qui peu à peu libère l’être cher, Tatiana dont les hauts murs le privent. Ni l’un ni l’autre ne pourront plus s’atteindre. Il le sait. Il le comprend et nous le donne à comprendre. A peine l’imperceptible signe d’une main appuyée sur le rebord de la table pour retenir encore le souffle du présent. D’infimes jeux du regard. C’est toute la grandeur du personnage.—joël jégouzo--.

 

http://classiques.uqac.ca/classiques/gramsci_antonio/lettres_de_prison/lettres_de_prison.html

http://www.ibe.unesco.org/publications/ThinkersPdf/gramscif.pdf

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 13:00
Dans quelle société vivons-nous ? (10/10)

Quelle est la place du politique dans notre société?
On s’en rappelle : le projet de Constitution européenne avait ouvert une crise aux puissantes répercussions sur ce questionnement.
Quoi des frontières, des Etats, des Peuples ?
Souveraineté politique et identité politique semblent ne plus coïncider avec souveraineté nationale et identité nationale. Aux enjeux transnationaux qui devraient, nous dit-on, s’imposer à nous, paraissent répondre des communautés ouvertes, au sein desquelles le territoire perd de plus en plus sa fonction discriminante.
Comment, dans ces conditions, clarifier l’écart qui s’est ouvert avec nos représentations classiques de la souveraineté et du politique ?
Si les processus délibératifs doivent s’élargir au-delà du cadre national, et on l’imagine volontiers face aux enjeux écologiques par exemple, comment de nouvelles communautés politiques pourront-elles prendre forme ?
La constellation post-nationale dans laquelle nous nous trouverions, ouvre des enjeux décisifs pour l’avenir du politique. En son temps, l’initiative des Temps Modernes ouvrit une belle promesse de débat. Même si l’on pouvait y regretter l’absence de penseurs tels que Michaël Zürn, ou ceux de l’école allemande regroupée autour d’Ulrich Beck (élève de Niklas Luhmann), qui auraient apporter une contradiction plus profitable, en particulier sur la question européenne.
Et justement, où en sommes-nous aujourd’hui de l’identité politique européenne ?
Le Traité de Lisbonne vient d’être récemment ratifié, permettant à l’UE de surmonter un débat institutionnel qui l’immobilisait depuis de nombreuses années. Un Président vient d’être nommé, pour lui assurer la stabilité et l’efficience politique dont elle ne disposait pas. En fait davantage une sorte de Secrétaire Général qu’une figure de Président, accouchant d’une souris ainsi que le commentait très justement François Hollande sur facebook. Et dans des circonstances en outre que la presse a peu relayée, avec la grogne ‘petits états’ -Pologne en tête-, montrant désormais assez que les intérêts nationaux des états européens ne s’harmonisent qu’avec difficulté, voire que les divergences se creusent. Quoi, dans ces conditions, de sa puissance et de son fonctionnement ?

Deux arrêtés récents laissent perplexe : celui de la Cour allemande et celui de la Chambre des Lords anglais.
Celui de la Cour allemande (30 juin 2009), est sans doute celui qui dit le mieux cette crise larvée que l’Europe pourrait de nouveau connaître. Il nous importe pour ce qu’il pointe, en particulier de «déficit structurel de démocratie» en Europe.
Dévoilant les ambiguïtés du Traité, il ouvre en fait à une vraie contestation politique, en exigeant nommément que les peuples européens, à travers leurs Parlements nationaux, «restent maîtres des traités». Rappelant que la source de la légitimité du Parlement de Strasbourg, faute d’un Peuple européen, est très rhétorique, il en tire pour conclusion, quant à la primauté du Droit européen, qu’il ne peut prévaloir. En conséquence de quoi la Cour constitutionnelle allemande se réserve le droit de bloquer une loi européenne pour préserver sa souveraineté ou son identité constitutionnelle.
«Il n’est pas de démocratie en dehors de la nation, l’échelon supranational n’étant que le produit d’une traité entre nations», conclue-t-il, refusant, comme c’est bien souvent le cas aujourd’hui, que les Parlements nationaux soient mis devant le fait accompli au terme de décisions prises souvent dans des conditions hâtives, sans vraies délibérations, ou réduites à leur minimum.
joël jégouzo--.


LAW AND GOVERNANCE IN POSTNATIONAL EUROPE, by Michael Zürn and Christian Joerges (eds.). Cambridge University Press, Cambridge, 2005. 312pp.,, £45.00. ISBN: 0521841356.

La Souveraineté, Horizons et Figures de la Politique Les Temps Modernes, n°610, nov. 2000, 450p, 84F, ISSN : 00403075

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 15:10

Dans quelle société vivons-nous ? (9/10)


Auteur d’une nouvelle approche sociologique au sein de la théorie des systèmes, le sociologue Niklas Luhmann a, depuis les années 60, bouleversé le champ des théories de la société, formant avec ses élèves l’école de Bielefeld (Allemagne).

La théorie des systèmes, dont il fut le plus éminent représentant, est d’origine anglo-saxonne et biologique plutôt que sociologique ou philosophique : la biologie neuronale a fait naître en effet, à travers les travaux de Humberto Maturana et Francisco Varela, une nouvelle épistémologie, qui a pénétré tous les domaines de la réflexion scientifique, sous le nom de constructivisme radical.

Le concept de système social, d’abord théorisé par le sociologue américain Talcott Parsons, est l’une de ces constructions radicales : la question ontologique de son existence ne se pose pas, un tel système existe parce que nous le supposons. Il est un moyen de description pour analyser la société contemporaine. Une société structurée non pas sur un modèle de stratifications hiérarchiques, mais à différenciation fonctionnelle, au sein de laquelle de nombreux sous-systèmes ont émergé : la politique, l’économie, le droit, les sciences, la religion, l’art, l’éducation, l’amour, la psyché, etc.
L’individu, en tant qu’entité et unité, n’a pas de place dans ce mode de description : il adhère forcément à de multiples systèmes et se trouve ainsi dispersé – ce qui ne l’empêche pas de se définir comme individu dans la vie quotidienne : la théorie des systèmes se veut uniquement un mode de description pour une théorie de la société.

Chaque système de cet ensemble dynamique légitime son existence au sein de la société à travers une fonction spécifique qu’il remplit et que lui seul remplit, et dans laquelle il est donc irremplaçable. Cette fonction autopoïétique est formulée dans les opérations du système grâce à un code binaire, qui lui permet de construire sa réalité et de la structurer (une clôture autoréférentielle). De la même façon ce code lui permet d’exclure un environnement ne faisant pas partie de son système. Et bien évidemment, son code ne reconnaît pas de sens.

Si l’on veut penser un objet comme un système autonome, la seule question à se poser est celle de savoir sur quelle base théorique le construire.

Par ailleurs, le lien, dans ce type de société à différenciation fonctionnelle relève d’un couplage structural entre les systèmes. Tous les systèmes augmentent de la même manière leur complexité, de façon à améliorer, coder et "comprendre" leur réalité. Seules ces "ressemblances" structurales permettent qu’il y ait "irritations" et "compréhensions" mutuelles. Pour le dire autrement, de la sorte, chaque système délimite les degrés de liberté des autres systèmes. Dans la théorie des systèmes un concept se définit ainsi à travers une différence : il doit non seulement définir ce qu’il désigne, mais aussi ce qu’il exclut.joël jégouzo--.

Niklas Luhmann, Une Introduction, de Estelle Ferrarese, éd. Pockett, coll. Agora, oct. 2007, EAN : 9782266130738

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 10:20
Dans quelle société vivons-nous ? (8/10)

Alors que la Constitution de 1958 digère tout juste la révision du 23 juillet 2008, une crise de défiance se fait jour à son égard. Il n’est pas jusqu’aux libéraux qui ne trouvent désormais cette constitution embarrassante, à l’heure où le libéralisme économique exhibe ses faiblesses. Jean-Philippe Feldman, avocat à la cour de Paris et professeur à l'université de Bretagne-Sud, ouvre ainsi la voie en recommandant par exemple "l’utopie réaliste" d’une constitution libérale. Son ouvrage, De la Ve République à la Constitution de la Liberté, interroge les constitutionnalistes et les politiques, mais également les citoyens sur ce que doit être une constitution. Sans partager ses conclusions, reconnaissons l’intérêt d’une telle question.
Mais comment répondre à cette question en tant que citoyen ?
D’où partir pour réfléchir une nouvelle Constitution ?
A l’évidence, l’urgence en face de laquelle nous place l’état sarkozien intime de s’en remettre d’abord à l’exigence de souveraineté de l’individu, l’explicite de 89, impliquant le droit pour chacun de s’opposer aux abus de pouvoirs de l’État. Rappeler en quelque sorte que l’état de droit est un État dans lequel les Droits de l’homme sont garantis contre l’arbitraire, ce qui revient à convoquer l’article 3 de notre Constitution : «la souveraineté nationale appartient au peuple».

Au fond, la question fondamentale qu’il faudrait poser est celle de savoir ce qu’est l’essence d’une Constitution. Réponse : c’est la conception du pouvoir qu’elle met en œuvre.

Or, si jusque là le trait essentiel de la Constitution de la Ve République était d’affirmer le rôle de l’état comme force animatrice de la vie politique, sans doute faut-il aujourd’hui insister sur le fait que l’état est certes un pouvoir, mais qu’il n’est pas tout le pouvoir disponible dans une société. Il y a même un vrai danger à le penser comme l’essence de la nation, de son énergie, et le laisser capter tout le pouvoir disponible.
De sorte que la Constitution de la Ve République est sans doute devenu un outil obsolète qui entrave la venue d’une société nouvelle.
Car cette Constitution, pour quoi (et pour qui) était-elle faite ?
L’objectif du Général de Gaulle, rappelons-le, était de renforcer le pouvoir présidentiel, en maintenant le régime parlementaire sous surveillance. Le régime politique gaullien offrait ainsi cette particularité d’asseoir au sommet de l’Etat républicain un Président-Monarque. On le sait, cette Constitution portait en elle les risques d’une sérieuse dérive autoritaire. Avec ‘l’hyper-président’ actuel, nul besoin de pousser l’analyse : la dérive est la norme. Et elle inquiète, même si, comme l’affirme l’historien Serge Berstein, la culture politique française, solidement républicaine, constitue un garde-fou contre toute émergence d’un fascisme français. Il n’empêche : le résultat, aujourd’hui, c’est un chef d’état-et-de-gouvernement agacé par un Parlement, pourtant déjà fort diminué et contrôlé. Et si le Général de Gaulle n’était pas l’homme des intérêts partisans, l’actuel président, lui, si. La dimension transcendante que revêtait en outre l’Etat dans l’allure gaullienne, le rendait propre à dépasser toute rixe partisane – dans l’actuel situation, la rixe partisane est la règle sous des faux airs d'ouverture.
Cela dit, plus qu’un refus de la dyarchie à la tête de l’Etat, qui est l’analyse habituelle que font les consitutionnalistes de notre étrange situation, ce qui caractérise l’Etat français aujourd’hui, c’est son refus d’un sommet contingent labile, marque des grandes démocraties avancées. Sans sommet contingent labile, l’Etat français s’avère incapable de libérer les énergies créatrices.  Car la vérité d’un état démocratique contemporain réside là : dans le concert d’un sommet contingent, labile. Dans cette déstabilisation fondatrice de la puissance suprême, qui inclut dans le pouvoir politique la particularité de valeurs nécessairement opposées.
joël jégouzo--.

De la Vème République à la Constitution de la Liberté, de Jean-Philippe Feldman, éditions Institut Charles Coquelin, novembre 2008, ISBN : 2-915909-19-7
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 08:15
Dans quelle société vivons-nous ? (7/10)

La complexité des sociétés contemporaines est irréductible.
Leur dynamique s’opère sur fond de différenciation fonctionnelle.
Or, l’on voit toujours se dessiner en arrière-plan des débats politiques, en France, cette représentation de la société comme d’un théâtre en appelant sans cesse au retour de la scène primitive de l’Agora, fondatrice de notre imaginaire démocratique.
Si la communication, dans son sens général, relève assurément d’une opération à caractère social, le moins que l’on puisse dire, c’est que communiquer sur un pareil thème (L'Agora) contre vents et marées, trahit des intentions quelque peu étonnantes de la part des élites françaises. Car comment ne pas réaliser que dans nos sociétés de communication, des langages "spécialisés" se sont formés (Vérité, Pouvoir, Amour, etc. …) qui sont autant de codes établissant leurs propres règles selon lesquelles communiquer chaque fois sur un thème précis ?
Dans nos sociétés polycontextuelles, hétérarchiques et dont la complexité est irréductible, comment ne pas réaliser qu’est exclue, de fait, toute idée d’une position d’observation unique ?
On y chercherait en vain un centre surplombant ces sociétés et les représentant. Quoi donc dans ces conditions du politique et de l’organisation Consitutionnelle desdites sociétés ?
Politiciens et politologues veulent nous faire croire  à l’idée d’une suprématie du politique dans la société. Mais situer l’Etat au-dessus, ou au-delà de la Société, en invoquant l’argument de la souveraineté pour mieux justifier cette position, n’a pas grande valeur heuristique, surtout quand cette souveraineté se voit rognée de fait par celle de l’économie, de la finance, du Droit, de la science, etc., qui sont à leur tour exclusivement responsables, au niveau de la société, pour l’accomplissement d’une fonction qui ne peut être remplie par le politique.
C’est en réalité la valeur sémantique de l’Etat à l’intérieur du système de communication politique qui incite les politologues et les politiciens à exagérer la fonction du politique dans une société polycentrique, voire à la dramatiser.
Rappelons donc une nouvelle fois que depuis 1789, l’Etat n’est plus identique à la société. Placé en face d’une société civile politisée ‘autrement’ (dépolitisée, pourrions-nous dire dans le jargon des Lumières, leur "victoire" et leur héritage, en fait) il ne peut être qu’un état "situé", dont le périmètre devrait être circonscrit avec plus de soin.
C’est donc affirmer que la société dans laquelle nous vivons a perdu son centre naturel.
Non sans être avant cela tombée dans mille embarras de pensée : Marx par exemple, aura tout tenté pour remettre en cause cette différenciation fonctionnelle et réintroduire une conception politique de la société – tout comme les royalistes au fond. Peut-être est-il enfin temps de rompre avec ce mode de pensée. Mais bien sûr, il faudrait encore pouvoir collectivement définir ce qu'est un Etat situé, et en tracer le périmètre...
--joël jégouzo--.

Autopoietic Organization Theory : Drawing on Niklas Luhmann's Social System Perspective, by Tor Hernes (Author), Tore Bakken (Editor), Publisher: Copenhagen Business School Press (26 Feb 2003), 299p., £25.00, EAN: 978-8763001038
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 09:07
Dans quelle société vivons-nous ? (5/10)

Dans la distribution contemporaine des pouvoirs, toujours selon Niklas Luhmann, le code central n’est plus celui de gouvernant/gouverné, mais celui de gouvernement/opposition.
C’est assez répéter que la fonction essentielle, dans une démocratie, son gage et ses vertus, est celle d’opposition.
De sorte qu’envisager les comportements politiques sous l’angle d’une perte de légitimité, d’une aliénation, etc. ne fait ainsi plus sens, ce genre d’approche relevant d’un mode antérieur d’organisation sociale. Mais le code gouvernement / opposition crée une polarité renforcée par les médias. Et tout comme les médias, dépendants à l’excès des thèmes qui renseignent, alimentent, justifient leur existence, la dynamique qui se met en place au niveau politique s’organise, sous la pression de cette polarité, selon le modèle progressiste / conservateur, qui oriente et informe l’idée du changement politique.
De sorte que la clientèle des élites politiques ne peut être stable : car c’est l’intérêt qui désormais la façonne, c’est l’intérêt qui dicte ainsi de fait sa loi aux valeurs réputées organiser les Partis de la République. Les intérêts collationnent d’une certaine manière ces Partis.
Le pour ou le contre dès lors a tendance à se simplifier et se désidéologisé pour se répartir sur un axe dont la flèche est l’idée de progrès – et peu importe ici que ce progrès soit fondé ou non. On met en avant telle politique en son nom, on combat telle autre en son nom toujours. Le contenu importe du coup relativement moins : c’est la capacité du discours à faire passer pour progressiste un thème quelconque qui l’emporte. Encore une fois, la dynamique d’un tel système ne s’occupe guère des clivages idéologiques : elle l’oriente vers le changement. Le pouvoir contemporain s’exerce ainsi moins dans une forme de coercition que de prise de décisions réalisées par des processus langagiers tournant autour d’un ensemble d’attentes et de revendications. Et bien évidemment, ce jeu de pouvoir entre gouvernement et opposition dépend de la capacité à mobiliser l’opinion publique, leur seul arbitre. Là, les médias sont effectivement d’un grand secours.
joël jégouzo--.
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 10:00
Dans quelle société vivons-nous ? (4/10)

Le pouvoir politique contemporain est un média symbolique de troc.
Il s’exerce par des processus langagiers tournant autour d’attentes et de revendications.
Les partis intègrent les demandes des groupes sociaux et/ou moraux qui fondent les thèmes éligibles au débat public, pour les intégrer dans leur programme.
Ces demandes, bien évidemment, n’accèdent au statut de programme qu’à la condition d’êtres formulées et pouvoir êtres rétribuées en argent ou en droits.
Le droit et l’argent sont ainsi les deux médiums symboliques du fonctionnement social des démocraties contemporaines.
Par parenthèse, dès lors qu’un système est vicié (une hyper-présidence par exemple, vidant de sa substance le travail parlementaire), il perd de « l’énergie », et l’argent devient l’ultime moteur des choix politiques.
Par ailleurs, plus les systèmes qui structurent nos démocraties se différencient, plus s’élargit la demande d’intervention politique : sa base s'accroît, tout comme s’élargissent les modalités de son intervention dans le champ politique. En sorte q’un nombre toujours plus grand de personnes ou de groupes interviennent dans le champ politique (Nicolas Hulot en est une caractéristique, pas David Douillet), déjouant le pessimisme selon lequel le politique serait tombé en désaffection au prétexte de l’effritement électoral lors de certaines consultations politiques – l’abstention est aussi une forme contemporaine de l’engagement politique.
Enfin, la tendance du système politique à se surcharger politiquement et organisationnellement menace son énergie, si bien qu’un Etat qui souhaiterait occuper tout le centre de la vie sociale et politique d’une Nation (ainsi que ce fut le cas en URSS) nuirait gravement à la vitalité fonctionnelle dudit système.
joël jégouzo--.
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 18:25

Dans quelle société vivons-nous ? (3/10)


L’opinion publique s’organise selon deux types de distinctions.

La première est temporelle et se caractérise par des événements qui ont été distingués sur des critères de nouveauté et de discontinuité par rapport à la routine quotidienne. L’opinion publique trouve alors à s’énoncer selon des événements répondant à un cahier des charges spasmodique. La deuxième distinction est subordonnée à un impératif de quantité – non nécessairement objectif-, et requiert la consolation statistique pour identifier les thèmes candidats à l’appréciation médiatique. Cette appréciation décerne en retour une sorte de certificat politico-social aux thèmes retenus. On peut imaginer, évidemment, toutes les formes possibles de manipulation à ce niveau. Dont celle de faire main basse sur une énonciation indéterminée hantant l’espace public, pour la renforcer et la reformuler afin qu’une communication puisse se faire et qu’une décision politique puisse être instruite. Mais si les médias peuvent manipuler cette construction, ils ne peuvent, au sens strict, nous dire comment il faut penser ou agir. Ils ne font qu’instruire des informations, promouvoir des formes verbales pour que la communication s’effectue et que les événements soient sélectionnés. La vraie fonction des médias, encore une fois, est de structurer les thèmes qui pénètrent l’opinion publique, pour «aider» la société à «choisir» les événements susceptibles de devenir un débat politique. Là est leur responsabilité.joël jégouzo--.

Lorenzetti Ambrogio, Allégorie du Bon gouvernement (1337-40), Palazzo Pubblico, Sienne

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 11:41
Dans quelle société vivons-nous ? (2/10)

L’opinion publique, n’est que la forme prise en France par la nécessité de sauver les thèmes d’une opposition politique capable de garantir la démocratie.

Rappelons que ce qui est fondamental, dans les démocraties "modernes", c’est la fonction d’opposition. Or en France, cette fonction n’a pas été assumée par la gauche socialiste et en outre, l’ouverture sarkozyste s’affirme comme la volonté de mettre fin à cette vertu d’opposition sans laquelle aucune démocratie digne de ce nom ne peut survivre.

Reste la maturité politique d'une opinion publique moins sotte qu'on ne l'imagine. Même si cette opinion publique masque les mouvements sociaux -au sens large qu’ils peuvent prendre dans nos démocraties avancées, des revendications des homos à celles des sans-papiers-, Mouvements sociaux qui sont les minorités morales qui instruisent ces thèmes.
Ce qui a pour conséquence que les médias exercent un effet de filtre sur ces thèmes, les laissant s’épanouir ou les étouffant pour renforcer la puissance publique aux dépens de la société, ce qui est bien souvent le cas en France.
Car les grands médias français ne comprennent qu’une dimension du politique, celle selon laquelle c’est dans l’Etat qu’il se concentre.
Or s’il est vrai que la politique est orientée vers l’Etat, elle ne peut s’y dissoudre.
En outre, le thème qui décline cette conception de la politique, celui de la légitimité, si souvent repris par les politiciens et leurs commentateurs, est non seulement mauvais mais dangereux, car il réduit de fait la complexité du débat politique.
L’opinion publique est l’expression instrumentalisée d’un tel débat, en réalité porté dans son intégrité et son intégralité par les minorités morales évoquées plus haut. Elle se constitue ainsi en médium où infusent les idées, les impressions, les désirs auxquels les media vont donner forme.
Car les médias ne transmettent rien : ils structurent les thématiques immergées dans l’opinion publique, "pour" la population – une invention politique pour le coup, que se partagent les médias et les institutions politiques.
Pour rappel, cette idée de population est celle qui, comme l’a clairement explicité Michel Foucault, a pris lieu et place de l’idée de Peuple. Il n’y a plus de Peuple français, catégorie relevant du politique, il y a en France des populations, à savoir des catégories biologiques ou biologisées (jeunes, vieux, ados, femmes, immigrés, homosexuels, etc.), enfermées dans des dispositifs sécuritaires. Car ces populations sont devenues les sujets et l'objet des mécanismes sécuritaires
.--joël jégouzo--.
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 12:06
Dans quelle société vivons-nous ? (1/10)

La gauche est à reconstruire. Est-ce si certain ?
Ou pour le dire crûment, de quoi avons-nous réellement besoin ?
D’une Gauche ou d’une vraie Opposition ?
Quoi qu’il en soit, il nous faudra d’abord trouver de nouvelles narrations politiques pour y parvenir, au sein desquelles la question du pouvoir sera la question la plus urgente à poser. Or si partout l’on peine à repenser cette question, peut-être est-ce parce que l’on ne dispose pas de moyens adéquats pour décrire la société dans laquelle nous vivons.
Comment la décrire ? Avec quels outils théoriques ?
Le problème serait-il toujours celui d’une régulation des rapports entre France d’en haut et France d’en bas ?
Mais depuis 1789, l’Etat n’est plus identique à la société et ne peut en conséquence la représenter. Et parce qu’il ne lui est plus identique, tout le problème depuis aura été celui de la limitation de son pouvoir. Or c’est en divisant ce pouvoir entre gouvernement et opposition qu’on a fini par le limiter convenablement. La vérité d’un état démocratique réside là : dans la nécessité d’un sommet contingent, labile.
Cette déstabilisation fondatrice de la puissance suprême est l’essence même du caractère démocratique de nos sociétés
, qui inclut dans le pouvoir politique la particularité de valeurs nécessairement opposées.
De sorte que ce qui est fondamental, en politique, c’est la fonction d’opposition.
Or en France, cette fonction n’a pas été assumée par la gauche socialiste. On peut en outre interpréter l’ouverture sarkozyste comme la volonté de mettre fin à cette vertu d’opposition sans laquelle aucune démocratie digne de ce nom ne peut survivre.
C’est pourquoi l’électorat a dû récupérer et devra récupérer demain pour son propre compte ce principe d’opposition.
En attendant, faut-il reconstruire une Gauche capable d’opposition ? Quand la social-démocratie que la Gauche de pouvoir nous a accommodée n’aura été qu’un social-libéralisme en trompe-l’œil ? Que faire de cette Gauche qui s’était convaincue depuis longtemps qu’elle ne pouvait changer la vie ? Que faire de cette gauche qui avait tenté de battre la droite sur son propre terrain : plus de richesse, moins de protection sociale. Que faire d'une gauche qui avait cru que la classe moyenne avait définitivement triomphé non pas de la misère, mais des pauvres ? Qui affirmait presque que nous allions enfin pouvoir, entre nous, redistribuer les parts du gâteau ? Déjà elle rêvait de conduire une politique soustraite du fardeau des pauvres. Un vrai Speenhamland dont l’idéal se mesurait à l’aune de la poussée de la précarité en France et de son acceptation : la dissolution du peuple de gauche. Dissolution aidée, accentuée par les médias (à coups de sondages d’opinion), lesquels, pareillement, n’ont plus voulu assumer leur fonction d’opposition pour goûter à leur tour aux ors du pouvoir...

Bande à part, de Jean-Luc Godard, 1964.
Deux jeunes marlous se hasardent dans un hold-up minable en compagnie d'une jeune fille candide – à voir comme un hommage aux séries B hollywoodiennes, plutôt qu’une allusion aux tentatives d’escroquerie minables sur la vie politique française contemporaine.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories