Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 05:01
 
pour-les-palestiniens.jpgRony Brauman était israélien. Il n’a pas voulu le rester. Il lui reste la nationalité française. Et israélienne pour un temps, de force : l’état hébreu fait durer la procédure qui lui aurait permis, déchu de sa nationalité, d’entrer dans Gaza et dans les Territoires occupés pour témoigner de ce qu’il y aurait vu. L’état hébreu fait traîner la procédure car il ne veut pas le voir entrer dans ces Territoires occupés. Aussi témoigne-t-il avec force de ce qu’il sait, de ce que tout le monde peut observer, à commencer par l’infamie de ce faux processus de paix qui «n’est plus, depuis longtemps, que le code d’une politique du mensonge et de la violence». Il faut, nous dit Rony Brauman, rayer absolument de notre vocabulaire, de nos discours, cette idée de négociation qui met en péril le Peuple palestinien : il n’y a pas de négociations. Il n’y a qu’un long travail de sape de l’état hébreu orchestrant la longue agonie du Peuple palestinien. Sa nationalité française, Rony Brauman pourrait bien y renoncer un jour, lui qui ne cesse de dénoncer l’hypocrisie des autorités françaises, Droite/Gauche confondues, face à cette situation d’apartheid organisée en Israël. Tout le monde sait où conduit la politique ethnocratique du gouvernement israélien : vers un état unique frappé du sceau de l’apartheid. Apartheid décidé de longue date. Et Rony Brauman de décrire alors cette guerre coloniale que mène l’état hébreu, avec la bénédiction des puissances occidentales, qui continuent de voir dans le colon le «vrai indigène» du pays, quand l’immense majorité des juifs ne vit pas en Israël, ni n’espère un prétendu retour. A quoi ressemble le nationalisme israélien ?, nous interroge Rony Brauman… Qui aura l’audace de le regarder en face ? Certainement pas François Hollande, qui adressa en 2013 un véritable «chant d’amour» au gouvernement israélien, alors composé de militants d’extrême-droite… Un gouvernement d’apartheid. Apartheid… Le mot est lâché, que Rony Brauman nourrit non pas d’observations personnelles, mais de faits, entrés dans la Loi israélienne et que n’importe quel juriste ou sociologue pourrait relever, comme cette discrimination quant aux salaires par exemple, ou l’interdiction faite à un israélien d’épouser un(e) palestinien(ne) des Territoires occupés ! Voire cette absence de Constitution de l’état hébreu, bien en peine d’en rédiger une qui ne serait pas ouvertement raciste… Rony Brauman rappelle très à propos la définition donnée par l’ONU en 1973 de l’apartheid : «Le crime d’apartheid désigne les actes inhumains commis en vue d’instituer ou d’entretenir la discrimination d’un groupe racial d’êtres humains et d’opprimer systématiquement celui-ci»… D9-IsraeliBulldozers.jpgOn y est : routes réservées ou fermées aux palestiniens, des heures d’attente aux checkpoints selon le bon vouloir des soldats en poste. On y est avec le «mur de séparation». On y est avec la saisie des terres, des maisons, des biens, la destruction de quartiers entier au bulldozer D9. On y est. Et demain Israël pratiquera purement et simplement l’annexion de la Palestine, travaillant dès à présent au corps la société juive pour qu’elle l’accepte et qu’elle accepte cet apartheid qui sera alors son fait. Entendez les discours de l’extrême-droite israélienne, à travers la bouche du Ministre des Affaires Etrangères qui déclarait il y a peu qu’il fallait «traiter Gaza comme les Etats-Unis le firent du japon en 1945, avec des bombes nucléaires»… Cela, sans lever la moindre protestation dans les chancelleries des démocraties occidentales…
 
 
Pour les Palestiniens, sous la direction de Rony Brauman, illustrations de Guy Delistre, Autrement éditions, coll. Manifeste, 8 octobre 2014, 144 pages, 19 euros, ISBN-13: 978-2746736122
image : les D9 entrant dans Rafah…
 
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 05:59
 
expulsions-occupations.jpgUn guide pour rappeler les droits à occuper des terrains vacants, ainsi que pour préciser les lois en vigueur en matière d’expulsion et d’évacuation de ces mêmes terrains, dans un contexte particulièrement tendu en France aujourd’hui. Un ouvrage qui s‘adresse aux militants engagés dans ces luttes qui fondent la dignité d’une nation, rédigés par des juristes professionnels, pour protéger ces populations qui n’ont d’autre choix que d’occuper «par défaut» et «sans titre» des espaces abandonnés, par les pouvoirs publics ou des particuliers. Un guide rappelant en outre que la France dispose de fonds spécifiques alloués par l’Union Européenne pour régler ces situations dramatiques, fonds passablement détournés de leur affectation d’origine. Un guide pour rappeler donc ce qui a lieu en France, aujourd’hui, expulsion après expulsion : la persécution pure et simple d’une population particulièrement fragile –les rroms bien évidemment. Des populations plongées, expulsion après expulsion, dans une précarité et une pauvreté chaque jour plus dramatiques. Une précarité qui ruine bien souvent tous leurs efforts entrepris en matière de scolarisation de leurs enfants tout spécialement. Des populations victimes d’une politique arbitraire, raciste, que l’Union Européenne a condamnée à de multiples reprises. Un guide détaillé, articles de lois à l’appui, pour défendre ces populations des bidonvilles que l’on avait éradiqués dans les années 70 et qui ont ressurgi avec une brutalité inouïe. Des bidonvilles rasés au bulldozer, qui détruisent sans état d’âme les maigres biens sauvées d’un exode inacceptable. Un guide pour détailler ces procédures d’expulsion bafouées la plupart du temps par l’état lui-même. Un guide pour rappeler que presque toujours, aucune solution d’hébergement n’est envisagée après le passage des bulldozers. Un guide convoquant la Loi française, les Lois européennes et le Droit International, ratifié par la France, dessinant au final un arsenal juridique impressionnant mis à la disposition des associations qui viennent en aide à ces populations stigmatisées. Une véritable boîte à outils facilement exploitable pour concourir à refuser pareil indignité.
 
 
Défendre les droits des occupants de terrain, collectif, association JURISLOGEMENT, éd. La Découverte, 23 octobre 2014, coll. Guides, 214 pages, 14 euros, isbn 13 : 978-2707183675.
 
 
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 06:35

editee-en-1914.jpgDe 1830 à 39-45, 1.000.000 d’africains sont morts pour la France.

La mention "Mort pour la France" fut accordée en vertu des articles L488 à L492bis du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre, instituée par la loi du 2 juillet 1915 et modifiée par la loi du 22 février 1922 au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Les textes qui ont étendu ultérieurement ce droit sont codifiés dans l'article L.488 du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de la guerre qui stipule que "doit, sur avis favorable de l'autorité ministérielle, porter la mention "mort pour la France", tout acte de décès d'un militaire ou civil tué à l'ennemi ou mort dans des circonstances se rapportant à la guerre".

Avec cette réserve que la preuve devait être apportée que la cause du décès était bien la conséquence directe d'un fait de guerre.

Par ailleurs, la nationalité française était exigée pour les victimes civiles de la guerre, y compris les déportés et internés politiques.

Aujourd’hui, le Ministère des armées se refusent à donner la liste exhaustive de tous les algériens morts pour la France, au prétexte qu’un tel fichier n’existerait pas, ce qui est évidemment faux, puisque ces algériens ont été recensés ne serait-ce que pour l’attribution de la pension à laquelle la nature de leur mort ouvrait droit.

Sur son site, 1323 mentions seulement ont été retenues, offrant noms prénoms et date de naissance, très rarement le département de naissance de ces morts, mais jamais la date exacte de la mort, ni son lieu.

L’ensemble est regroupé sous la catégorie "Afrique"… 162 310 morts nord-africains pour la France sont officiellement recensés pour la guerre de 14-18. L’immense majorité de ces hommes était algérienne. Sur un décompte de 300 000 morts de l’Armée d’Afrique. 

 

image : une carte postale éditée en 1914...

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 07:45
 
frederique-guetat-liviani.jpgUne révolte contre un projet de Loi, un licenciement et tout bascule. Nul ne voit le drame. Les choses passent, arrivent les gens. Les faits s’estompent. Sur quoi réfléchir ?  Que rien ne s’arrête jamais ? Que rien ne fasse jamais événement ? Depuis ce présent fini, le passé s’organise en mémoire venant clore un premier poème d’une liste qui désormais s’ouvre au souvenir.  En toile de fonds, une guerre. Non l’objet du poème, mais son écho au sortir des jeux de l’enfance. De poème en poème pourtant cette guerre se fait pressante. En rappelant d’autres et leurs conséquences, ce poids d’exode, d’exil, de déplacements sinon de déportations qui les ponctue sauvagement. Impressions premier arrondissement, au temps où les imprimeurs de quartier existaient encore. Derniers témoins d’un monde révolu, ultimes voyants peut-être. On croise dans les vers de l’auteure quelques russes égarés, un chauffeur arménien, un vieux rabbin. Aller-retour passé, présent. Elle voyage : Le Printemps des poètes. Chose fragile plutôt que mondaine. Et convoque les rafles que l’enfant dut subir. La guerre, toujours, cette fois celle d’Algérie. Les terres confisquées par les français : "Je dis les français comme je dirais les allemands", fouillant aux côtés des algériens brutalisés la mémoire juive de brutalités identiques. Elle dit alors ces "déplacements" qui affectent les petites gens. Et leur révolte. «Je dis le Peuple Algérien», car un «pays qui se soulève forme un peuple». De Beyrouth à Bagdad, cette cruauté d’un monde résolu à organiser sa violence contre les pauvres, éternelles victimes.
 
 
Le premier arrondissement, de Frédérique Guétat-Liviani, éditions Sitaudis, septembre 2013, 122 pages, 13 euros, ISBN-13: 978-1291522938
 
 
Partager cet article
Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 05:19
 
kamel-daoud.jpgL’étranger. Une histoire qui a fait le tour du monde. Délestée partout du second mort du récit : « l’arabe ». Celui auquel Camus n’a pas donné de nom. Algérien. Anonyme. Le frère du narrateur… L’assassin, lui, est universellement connu : Meursault. Dépeint dans une langue propre, ciselée. Assassin parce qu’il ne savait pas quoi faire de sa journée. Il a tué, puis vite oublié l’arabe pour parler de sa mère. Du soleil. De son amante. De l’église que Dieu avait désertée. Mais plus un mot de l’arabe assassiné. Créant une immense sympathie pour l’assassin. Un Robinson qui aurait tué Vendredi par ennui. Un crime nonchalant. Et pendant soixante-dix ans, tout le monde s’y est entendu pour faire disparaître le corps de l’arabe tué. Qui est devenu comme le corps perdu de la littérature coloniale française. Moussa. Le frère du narrateur. Qui était-il donc ? Son frère en restitue l’épaisseur. Dans sa langue à lui, française. Ciselée elle aussi. Tendue. Qui raconte Moussa, capable d’ouvrir la mer en deux. Et cette guerre, gagnée d’avance dès lors que les français tuaient par insolation. Un frère qui ne cesse de raconter. Ce crime prétendument philosophique. Mais un vrai meurtre dans cette disparition symbolique d’un corps étranger à la littérature française : signe du refus d’avoir à dire le meurtre des arabes pendant cette sale guerre d’Algérie. Peut-être les algériens sont-ils tous les fils de Moussa, s’interroge le narrateur, dans ce silence qu’on leur a imposé, dans le non-lieu de cette mort refusée… La jeunesse algérienne devenue la trace du mort enfoui, nié, gommé par les lettres françaises. Pour ne connaître ensuite qu’une vie de revenants, le peuple algérien condamné symboliquement à l’errance. Reprenons. Eté 42,  un français tue un arabe allongé sur une plage. Allongé sur une plage ! C’est-à-dire prenant symboliquement la place du corps colonial, nonchalant, paresseux. Il est 14h. Le français sera condamné à mort pour avoir mal enterré sa mère, non pour avoir tué l’arabe. L’arabe qui par son audace, rappelons-le, faisait une sieste toute coloniale sur cette plage algérienne. Car voilà : on était Moussa dans les quartiers arabes, et puis à quelques mètres de là, on n’était plus rien. Voilà ce que dit le récit de Camus. Il suffisait d’un seul regard français pour tout perdre et n’être plus rien. Moussa, le crime parfait de la littérature française. Ou presque. L’étranger de Camus ouvre aussi à l’insensé de ce meurtre, à son scandale. Mais certes, il y a cette histoire de prostituée que le narrateur ne pardonne pas à Camus. A l’auteur cette fois, non le personnage. Relisez-le. Ce personnel de l’œuvre en effet si insultant à l’égard du peuple musulman. «Le monde entier assiste éternellement au même meurtre», et personne n’en dit rien. C’est un peu vrai. Alors le frère de Moussa avoue qu’il a lui aussi tué un français. Anonyme. Mais il n’y a pas de délivrance dans cet aveu romanesque. Car il faut désormais raconter le monde autrement. Ne plus jamais cesser de tourner autour de cette mort pour en comprendre le poids.
 
Meursault contre-enquête, Kamel Daoud, éd. Actes Sud, mai 2014, 160 pages, 19 euros, isbn : 9782330033729.
Partager cet article
Repost0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 04:05

Lenine-Linhart.jpg"Toute cette bourgeoisie qui se goberge, (...) c’est ignoble, ça me fait vomir." Robert Linhart…

 

L’avant-propos à cette réédition de l'essai de 1976 s’ouvre sur la photo de Lénine grabataire, les yeux exorbités, quelques mois avant sa mort. Sa jeune sœur est penchée sur lui. Un médecin les accompagne. "A quoi pense-t-il, au bord du néant ?", s’interroge Robert Linhart. A cette nouvelle de Jack London qu’il affectionnait tant (L’Amour de la vie) ? Et dont Linhart nous apprend qu’il se la fera relire deux jours avant sa mort, en janvier 1924. Ou bien à la brutalité de Staline, qu’il voudrait écarter du poste de Secrétaire Général ?

En 1976, Robert Linhart publiait cet ouvrage comme une réponse aux démissions des nouveaux philosophes, Glucksmann en tête, qui s’apprêtaient à liquider la contestation sociale en attendant de rallier le sarkozysme, couronnement de cette démission insalubre, en attendant le temps des grandes trahisons façon François Hollande. Mais en 76, personne ne voulait entendre Linhart. Personne ne lut l’ouvrage. Deux ans plus tard, on fut contraint de saluer du même L’établi. Un chef d’œuvre, tout court, de la littérature française. Une vision, un style, une émotion du monde et de ce qu’est écrire, proprement immenses.

Dans l’avant-propos à cette réédition, on retrouvait –enfin pourrait-on dire-, un Linhart accrocheur. Qu’en était-il de la question de la résistance à l’exploitation ? Pertinente, quand de nouveau aucune réponse ne se fait entendre à Gauche. L’URSS s’est effondrée et avec elle, les idéologies de la révolte. Mais le Tiers-monde ? Que plus personne n’appelle comme cela du reste, que Linhart est le dernier à appeler comme cela. Qu’en faisons-nous ? Les pays "impérialistes", que Linhart est le dernier à appeler par leur nom dans cette formulation lapidaire, qu’en dénonçons-nous aujourd’hui ? Quid encore de la "classe ouvrière", que Linhart est le dernier à appeler de son nom et dont il veut retenir, lui, qu’elle se bat toujours, "pied à pied pour défendre ses emplois" menacés par la mondialisation (son seul vocabulaire neuf, dirait-on). Une globalisation obnubilée par sa "course au profit capitaliste" qui non seulement ne s’est pas démentie depuis 1976, mais n’a cessé de s’amplifier sans que nos élites intellectuelles ne s’en soucient. Et pour cause : ces élites trahissaient en masse leurs engagements de jeunesse pour s’enrichir sans vergogne et se claquemurer dans leurs identités résidentielles…

On retrouve dans cet avant-propos pourtant si bref, ce Linhart qui percutait tant dans les années 60. Qu’on daigne le lire, tout simplement : "La misère, dans nos pays, frappe avant tout les immigrés, les sans-papiers, les sans-droits, pendant que les riches affichent avec insolence leurs gains mirifiques". L’air de rien, ce que Linhart décrit dans ce constat édifiant, c’est rien moins qu’une stratégie de liquidation de toute contestation politique de gauche dans ce pays, qui n’est pas sans rappeler celle mise au point dans les années 30 par les nazis -toute proportion gardée-, nazis qui n’avaient alors qu’une certitude en tête : pour gagner, il faut d’abord, dans l’ordre, se débarrasser de l’opposition morale (chez nous, la compromission des intellectuels de gauche), puis asséner la violence sur les catégories les plus fragiles de la population (chez nous les rroms, les immigrés, les sans-papiers, les sans-droits), avant, enfin, de réprimer en grand et ouvertement toute cette fameuse classe moyenne dont l'intitulé tait la misère… Débarrassée de son menu peuple, la Nation, saignée à blanc et contrainte de vivre ce poids de culpabilité, ne saurait s’en relever. Alors de grandes ambitions répressives pourront se faire jour.

Lisez Linhart parler de "l’affreuse nuit coloniale". Relisez-le nous exhorter à convoquer "les centaines de millions d’esclaves d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine". Voyez-le rappeler cette Europe de 14 qui s’enfonça dans la barbarie. Ecoutez-le raconter, déjà, la trahison des sociaux-démocrates et lui trouver un écho dans ce moment de décomposition du gauchisme en France, qui vit s’affirmer dans nos élites une véritable haine du Peuple. La misère d’aujourd’hui en est l’héritière.

     

Lénine, les Paysans, Taylor, de Robert Linhart, éd. Du Seuil, mai 2010, 218 pages, EAN13 : 9782021027938.

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 04:53

 

macron.jpgIl faut sauver l'emploi des chômeurs qui le plombe, semble nous dire ce cher monsieur Macron, tout comme il faut sauver le modèle social français, nous dit-on. Le sauver des français, de ces français qui trichent sans doute, et se comportent comme des ennemis de la Nation… Et pourquoi pas la création d’une justice d’exception à l’encontre des malades imaginaires qui plombent le déficit de la Sécurité Sociale, tant qu’on y est ?  

Et tout cela sans rire… Pas la fraude fiscale, qui ampute les finances de l’Etat mais qui, soyons clairs, est l’apanage des classes nanties. Non : la fraude sociale ! Celle des pauvres, des démunis…

Alors soyons plus clairs encore : vous êtes en bonne santé ? 90 % des cadres sont en bonne santé. Tandis que les "inactifs" (qui ne cesse de s’activer pour trouver une solution à leur manque chronique d’argent), les chômeurs, les titulaires du RSA, les stagiaires, les précaires, etc., eux, accusent le coup. L’INSEE en témoigne, malgré ses statistiques biaisées. Il suffit de lire, quand on sait lire monsieur Macron. Et ce n’est pas un hasard s’ils ne vont pas bien ceux-là. Les chômeurs, selon les études de la Sécu, ont une probabilité de beaucoup supérieure à celle des actifs de développer une maladie grave. Lorsque l’on se retrouve au chômage, statistiquement, on a trois fois plus de risques de décéder prématurément qu’un homme actif. Rassurons-nous : avant de mourir, les plus démunis passent d’abord par la case maladie et la case dépression. De sacrés cumulards ! Ainsi, à leurs faibles revenus s’ajoutent l’exclusion médicale, l’angoisse, la dépression, l’impossibilité de se payer un traitement médical correct. Des nantis, pour sûr. 

Selon une enquête du Credes, 25% des chômeurs sont victimes d’une dépression, contre 13 % des actifs. 1 employé sur 5 est en dépression selon cette même étude, contre 1 sur 10 chez les cadres supérieurs…

Toujours selon cette même étude, les ingénieurs vont plus souvent chez le dentiste que les ouvriers. La proportion de cadres supérieurs qui sont allés chez le dentiste lors de cette enquête est même deux fois plus élevée que celle des ouvriers. C’est que chez les ouvriers, le suivi médical fait défaut. Faute de disposer d’une complémentaire. Toutes les études récentes montrent du reste qu’une grande partie des familles peu aisées renoncent à leur mutuelle…Sacrés "sans-dents" ! 

La France, pour la première fois depuis un siècle, s'était pourtant dotée d’un cadre législatif définissant les grands principes de la santé publique. Mais le texte adopté in fine ne prenait pas la tournure d’un texte de Loi, nécessairement contraignant, mais celle d’un simple référentiel, délivrant le sens général de l’esprit français en matière de santé… Contournant savamment toute réflexion sur la question des inégalités devant la santé.

Mieux : parmi les "cent objectifs de santé publique" que se donnait l’État dans ce document, un seul concernait "la réduction des inégalités devant la maladie et la mort" ! Pire : aucun indicateur d’évaluation n’était envisagé pour mesurer les disparités devant la santé… Et mieux que mieux : la directive recommandait de ne prendre en compte que "des résultats globaux"…

Tout est clair : la diminution des inégalités sociales devant la santé n’est pas une priorité de l'Etat français. Elle ne l’a jamais été. La seule préoccupation de la République n’est peut-être même pas tant la maîtrise des dépenses de santé que la stigmatisation forcenée des populations "à risque", que l’on a précipitées depuis des décennies dans la misère et dont on voudrait à présent délégitimer par avance toute velléité de révolte. Et la journaille d’exhiber la très bonne place obtenue par la France dans le classement de l’Organisation mondiale de la santé, du point de vue de sa performance globale, tout en taisant son mauvais rang au sein de l’Europe en termes d’inégalités sociales devant la santé… Comme d'oublier, en passant, cette bien curieuse comptabilité des chômeurs : 2,8 millions, quand toute catégories confondues l'Insee en dénombre 5 millions, auxquels ajouter les 1,760 millions de "foyers français" percevant le RSA "socle", non celui du complément de salaire pour atteindre le SMIC... Une comptabilité bien obscure là encore, dénombrant 2 à 3 personnes par foyer, réduites au RSA puisque fort éloignées du smic... Sans oublier les 2 millions de salariés pauvres qui en France perçoivent moins de 800 euros par mois, les 3,6 millions de mal logés, les 3,5 millions de français qui reçoivent une aide alimentaire, les 50 000 salariés français SDF, les 6 millions de français percevant les minima sociaux, les 9 millions de français pauvres percevant moins de 900 euros par mois, et Monsieur Bernard Arnault, PDG de LVMH, dont la fortune se compte en 1,9 millions d'années smic... Il suffit de lire, mais certes, l'INSEE ne fournit pas les lunettes.

 

Observatoire des inégalités : http://www.inegalites.fr/

"Un aveuglement face aux inégalités sociales de santé", entretien avec Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS :

http://www.inegalites.fr/spip.php?article777&var_recherche=fraude%20sociale&id_mot=42

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 05:56

octobreMardi 17 octobre 1961, Paris. Trente mille Algériens manifestent en famille contre le couvre-feu raciste qui leur est imposé par le préfet de police : Maurice Papon. Une répression d'une férocité barbare va s’abattre sur eux. La police a reçu l’ordre de tirer sur la foule. 15 000 manifestants sont raflés, parqués dans des stades, encagés dans des sous-sols d’immeubles, affamés, battus, torturés, assassinés. Nombre d’entre eux seront jetés dans la Seine par des miliciens sortis du plus glauque de l’histoire française, sous le regard complaisant de la police. Jusqu’à aujourd’hui, on ignore le nombre exact des victimes. Officiellement : 300 morts. L'État colonial sait mener sa vile guerre ! Et dès le lendemain, silence radio. Le 17 octobre n’a jamais existé. Il faudra attendre les années 90 pour que, sous l’impulsion de quelques associations et d’une poignée d’intellectuels, le silence soit rompu. Les signataires de cet opus témoignent, pensent, livrent une réflexion que l’on a attendu longtemps. Trop longtemps pour que l’on n’attende pas toujours plus d’explications. Quand donc l’Etat français reconnaîtra-t-il toute l’étendue de son crime ?

Le 17 octobre 1961, une aube de fin d’humanité s’était levée. Des hordes barbares avaient lancé leurs hurlements. Tout Paris fut témoin que le jour s’aventurait en longs cris de douleur. Dans les sous-sols des immeubles, on enfouissait déjà les membres épars des manifestants. Au soir de cette journée, il ne devait rien rester du monde des hommes : ici désormais, au cœur même de l’une des villes les plus célébrées pour sa culture, venait d’être installé le territoire des chiens. A l’assaut d’enfants, de femmes, d’hommes, des hordes barbares avaient assassiné, avaient massacré. Une violence ahurissante venait de s’épanouir en plein Paris, sans qu’aucune belle âme n’y vit rien à redire. Vertige : la France livrée à ses débauches meurtrières. Dans un halètement sauvage, la vie a reflué. On a jeté des hommes vivants à la Seine, pêle-mêle, les cadavres s’amoncelaient, observateurs pétrifiés de la bestialité d’un temps abject. Où sommes-nous donc morts ce jour-là ? 

 

 

Le 17 octobre 1961 : UN crime d’Etat à Paris, collectif, sous la direction de Olivier Le Cour Grandmaison, éditions La Dispute, coll. Essais, août 2001, 282 pages, 19 euros, EAN : 978-2-843030475.

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 04:36

 

Russel-l-oisivete.jpgAvec ce livre écrit en 1930, l’éditeur poursuit son propre éloge de la paresse, pour installer une véritable collection. Et dans ce livre comme dans les autres, c’est «la morale du travail de l’Etat esclavagiste» qui est stigmatisée, l’oisiveté cultivée étant supposée nous en libérer. Mais ce que ne voyait pas Russel, c’était que travail et loisir formaient un système. Le temps social d’avant la fabrique, par exemple, était un temps poreux, ouvert à l’interruption fortuite ou récréative. Le temps du manœuvre, discontinu et souvent inscrit dans une logique domestique, ne connaissait ainsi ni le travail, ni le loisir. Avec la Révolution industrielle est apparu un nouvel usage social du temps, dont le travail devint le référent absolu. Le temps libre, hors fabrique, s’est ainsi organisé sur son modèle. De fait, la mouvance socialiste, tout comme la bourgeoisie réactionnaire, ont défendu une même conception du loisir ouvrier, comme temps disponible à l’éducation. Il faudra attendre les années 1950 pour que s’affirme une conception ludique des loisirs, toujours suspecte d’être débilitante. La notice du traducteur de Russel renvoie à la même problématique. S’inquiétant de l’inexactitude du terme de loisir, auquel il préfère la notion antique d’otium, il ne fait que réactualiser la suspicion du XIXe siècle à l’égard du divertissement non cultivé. Russel ne fait pas exception. S’il combat la morale du travail, c’est au nom d’une morale aristocratique qui vante les valeurs de la distinction, source de l’épanouissement de soi.

 

Eloge de l'oisiveté, Bertrand Russel, éditions Allia, 26 janvier 2002, 38 pages, 6,20 euros, ISBN-13: 978-284485083.


Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 06:13

petite-gare.jpgLa Russie aux lendemains de la mort de Staline, immergée dans son immensité continentale.

Une toile d’araignée flamboie d’un éclat irisé. Un monde minuscule, façonné des gestes simples qui viennent se perdre dans l’étendue du paysage russe, sa seule conscience. Le paysan, l’ouvrier moscovite, ne cessent d’éprouver dans leur chair la viduité d’un monde où le temps s’étale comme un espace. Et les gestes qui remplissent leur vie s’effilochent dans le règne de l’ici. Au point que toute notation historique a disparu : la Russie des années cinquante n’est qu’une clause de notre style à nous. Tout est exactement comme toujours, tout respire le repos, ou plutôt l’absence de mouvement dans cette immensité que l’Histoire n’atteint pas. Tout est toujours comme par le passé, mais ce passé n’est pas. S’il existe une littérature du terroir, assurément, celle-ci en est un bel exemple, avec son monde enchanté de récits s’élargissant en vagues concentriques comme les ronds dans l’eau. Une pie se détache de la cime d’un arbre. Une matinée tranquille. Volodia se noie en pêchant. Dans la fraîcheur un peu amère de la prairie, quelque chose d’étrange ébranle soudain la nouvelle, bouleverse son fil et déferle sous les mots, charriant leur poids d’images. Un événement sourd, afflue. Tout a basculé déjà, enfanté par le pur talent de l’imagination souveraine : le récit se déploie enfin dans sa propre immensité. Il se fait pèlerin. La vie ne prend fin nulle part, ni l’écriture, qui inscrit dans son rythme sa propre élévation infinie.

 

 

La petite gare et autres nouvelles, Iouri Kazakov, traduit du russe par Robert Philippon, L’imaginaire Gallimard, février 2000, 270p., 8,56 euros – titre original : Na Poloustanki, 1ère édition française, éditions Gallimard, 1962.

Partager cet article
Repost0