Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 05:01

 

enfants algeriens 1945L’essai de Mathieu Rigouste, chercheur en sciences sociales, ne porte pas directement sur l’histoire de la répression des minorités en France, mais d’une manière plus générale, sur la domination policière des indésirables : pauvres, immigrés, insoumis. Toutefois, pour une très large part, son étude décrit un système policier enraciné dans les pratiques de surveillance et de répression mises au point dans les anciennes colonies françaises, formant un répertoire inédit qui valut à la France sa réputation, en particulier dans le traitement des minorités, sociales ou ethniques, les cadres des anciens d’Algérie ayant largement contribué à diffuser ce savoir sans pareil dans le monde contemporain.

Maintenir l’ordre est donc une spécialité française, comme l’affirmait à juste titre Michèle Alliot-Marie… A un point tel que les spécialistes ont pu pointer là une dérive et une faiblesse spécifiques à nos services de renseignement, par tradition tournés depuis des siècles vers la surveillance du peuple souverain.

Mais la domination des indésirables s’est vue changer de nature avec l’irruption sur la scène nationale des colonisés, ouvrant un champ de bataille contraignant la police à se réorganiser rationnellement pour produire une violence spécifique, tournée vers les immigrés. Contrôles au faciès, fouilles au corps, quartiers occupés, rafles (et celle du Vél’ d’Hiv’ emprunta beaucoup à une expérience solidement ancrée dans la tradition française), techniques d’immobilisation, sélection des corps devant lesquels user de violence arbitraire, etc., la violence policière, structurée dès le XIXème siècle pour faire face aux révoltes ouvrières, fit des quartiers populaires les nouvelles réserves de chasse de la République. Avec un répertoire empruntés à la France coloniale : c’est qu’il fallait désormais maintenir la ségrégation des damnés en métropole même, où l’on importait massivement une main d’œuvre fragile.

Dès 1930 fut créée en France une police officielle des colonisés, la BNA : Brigade Nord-Africaine, dont la vocation était de quadriller les quartiers "musulmans" de Paris pour y opérer des ralles périodiques, alimentant les fichiers de surveillance politique et sociale des immigrés.

Cette police puisa tout d’abord son répertoire d’actions dans les méthodes historiquement liées à la surveillance des mendiants, des sans-abri et des prostituées ! Mais très vite elle développa le répertoire issu des colonies, recrutant les fonctionnaires des colonies pour le mettre en place. Dissoute à la Libération sans bruit en raison de son caractère explicitement raciste, elle fut reformée peu après, dans le but explicite de fournir à l’industrie des travailleurs soumis et bon marché, issus de nos colonies. Durant les 30 glorieuses, les travaux les plus éprouvants furent ainsi confiés aux colonisés, créant un sous-prolétariat colonial de manière officielle, et contraire au Droit français !

Un sous-prolétariat sélectionné avec soin dans les colonies : on importait de préférence des individus non alphabétisés qui étaient transportés puis installés dans des garnis ou les fameux foyers de la Sonacotra, et quand furent remplies toutes ces possibilités "d’hébergement", on leur "offrit" des terrains vagues aux abords des grandes agglomérations, leur livrant des planches mal équarries et des bouts de cartons pour y bâtir leurs bidonvilles.

rigousteEn 1953, la Préfecture de Police créa une unité d’inspiration coloniale pour surveiller ces immigrés : la BAV, Brigade des Agressions et des Violences, calquée sur la BNA. Elle mit l’accent sur "criminalité" des colonisés pour en justifier l’existence, contournant avec l'aide des médias l’idée d’une police raciste, mais laissant largement se diffuser l’idée qu’il s’agissait de mettre un terme à une nouvelle criminalité surgie en France, "nord-africaine"…

Cette police, de fait, ne s’occupait exclusivement que des travailleurs arabes de Paris et de sa région. Deux sections d’enquêtes furent créées, et deux autres de voie publique. Leur mission était explicitement de traquer le FLN et la criminalité ethno-culturelle. On recruta les anciens des bataillons des colonies pour superviser le travail. Ceux-ci appliquèrent les techniques mises au point en Algérie : quadrillage des quartiers dits "criminels", exclusivement peuplés de travailleurs nord-africains, pour y faire du "flagrant délit". Les escadrons déployés intervenaient de nuit, occupaient le terrain, pénétraient le milieu nord-africain grâce à l’utilisation d’agents bilingues français - arabe. Par la suite, une mission plus politique leur fut confiée : ils devaient enquêter sur les agissements "révolutionnaires" des colonisés, la brigade se transformant, déjà, en brigade anti-terroriste, délaissant la délinquance de rue pour assumer pleinement sa fonction politique de police des colonisés. Des unités "endocoloniales" furent alors créées, dont les effectifs gonflèrent au fil de la Révolution algérienne. Les archives de la BAV, étudiées par Mathieu Rigouste, mettent en évidence les agissements de ces brigades, qui par exemple ouvraient systématiquement le feu contre les algériens qui leur semblaient menaçants, s’enfuyaient à leur approche ou refusaient l’interpellation… Un ancien policier de la BAV raconte même son histoire en terme de guerre systématique dans les rues de Paris, contre les algériens…

En 1958 la BAV fut coordonnée à la 8ème brigade territoriale, une unité de police judiciaire, et des unités spéciales. Dès 1959 on leur adjoignit des forces de police auxiliaires, les FPA, et l’on plaça le tout sous la direction du SCAA, le service de coordination des affaires algériennes, qui forma des générations de policiers entraînés à contrôler les arabes et les "misérables", sur le mode de la "pacification coloniale". Si la BAV se montra réticente à l’utilisation de la torture, sa logique étant formée au croisement des répertoires de la police coloniale, de la police politique et de la police des indésirables, il n’en ira pas de même avec les unités spéciales, qui ouvrirent rue de la Goutte d’or des caves de torture au plus fort de la Révolution algérienne.

  

 

 

La domination policière : une violence industrielle, Mathieu Rigouste, éd. La Fabrique, nov. 2012, 260 pages, 15 euros, ISBN-13: 978-2358720458.

Image : archives, enfants algériens raflés en mai 1945.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories