Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 05:56
 
bosco.jpgQuel Bosco que ce roman ! Tout y est du punch de l’auteur, de son sens de l’intrigue et de la narration et mieux encore, de la construction des personnages, peaufinant avec une rare pénétration celle du personnel secondaire qui enrichit le récit non pas d’une quelconque pause faite pour agrémenter le charitable du bouquiner, mais de la profondeur de ce poignant du fait divers où gisent nos sociétés désenchantées. Tout y est de ce que l’on peut attendre d’un bon roman moins ficelé qu’ouvragé pour dire la folie meurtrière des sociétés d’opprobres qui sont les nôtres. Moscou, Paris. Un airbus A340 bat de l’aile en plein ciel sous les assauts d’un russe aviné repoussant d’un geste fou les lois de l’apesanteur. Une sorte de riche ordure accrochée à son ego, précipitant dans sa chute égotiste le monde qui a osé lui résister. L’avion part en vrille pour s’écraser sur la toiture d’un centre pénitencier, libérant dans son apocalypse d’actualité télévisée ce Vigo que tout le monde redoute, ennemi public numéro 1, enfermé à vie au terme d’un subtil montage truqué par la Préfecture de Police de Paris elle-même. Et tout part en vrille pour le coup, l’homme rendu à l’air libre commanditant l’enlèvement des rejetons des acteurs de son enfermement. Celui du Préfet de Police mû par sa seule course au portefeuille ministériel, celui du commandant de police tenu par ses casseroles et contraint par le Préfet de faire tomber Vigo quitte à s’arranger avec les preuves, celui du faux-témoin mandaté par les autorités françaises pour condamner le meilleur des coupables possibles, celui du juge qui expédia le procès sans s’y attarder et de l’avocate enfin de Vigo, qui refusa d’instruire ses doutes quant à la culpabilité de son client. Tout part en vrille, nous précipitant dans la course folle d’un récit aspiré par le poids des culpabilités qui se font jour, celle des parents qui tirent désespérément sur la corde, dévidant les raisons, tiraillant, houspillant, précipitant le fil du roman en bascules incessantes pour faire de la Chute sa trame violente. Très vite la conspiration du Préfet pour faire taire tout ce monde bat de l’aile, tandis que dans les soutes d’un cargo nauséeux les otages échappent au contrôle de leurs ravisseurs pour sombrer eux-mêmes dans la chute d’une espérance insensée. Qu’est-ce qui déconne bon dieu, dans le sens de nos vies qui ne cesse de perturber l’espérance romanesque à l’épreuve ici ? Les groupes se délitent les uns après les autres, de celui des parents à celui des otages en passant par celui des malfrats, dans une valse forcenée qui ne cesse de s’accélérer jusqu’au dénouement final. Moins un page turner truffé de recettes faciles, que le syndrome de languir un monde meilleur qu’il ne le sera jamais. C’est captivant, limpide, filant dans l’abrupt d’une chute aspirée par la gravitation universelle de ce goût d’espérer qui fonde pourtant nos vies –et comme en passant, bourré d’une onomastique guillerette qui vient subtilement rompre la noirceur du récit pour nous adresser le clin d’œil d’un auteur qui sait de quoi retourne l’espérance romanesque !
 
 
Quand les anges tombent, Jacques-Olivier Bosco, Jigal Polar, septembre 2014, 321 pages, 19 euros, 9791092018277.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans en lisant - en relisant
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories