Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 04:33

persecution-des-roms-1-.jpgQu'on ne s'y trompe pas : l'avenir des rroms est le nôtre. Et le traitement que l'Europe leur inflige augure du nôtre. Ici et là des voix s'élèvent, trop peu nombreuses encore, pour empêcher que leur sort ne soit scellé et par là-même, scelle le nôtre pour le plomber d'angoisse et de haine. Catherine Raffait est l'une de ces voix.

 

 

jJ : Vous animez sur Facebook la page Rrom memory, pour la reconnaissance du génocide des rroms et sinti (SAMUDARIPEN et PORAJMOS), et CONTACTS ROM, qui a vocation à créer une véritable solidarité à l'échelle européenne, et qui œuvre à la rédaction du Livre noir des persécutions des rroms et sinti, aujourd'hui. Je vous demanderais volontiers moins pour quelles raisons personnelles vous vous êtes ainsi engagée, qu'au nom de quelles nécessités ?

 

Catherine Raffait : Contacts Roms et Rrom Memory, indissociables même s'ils ne répondent pas aux mêmes critères ont le même objectif : en reliant l'Histoire et l'actualité, il s'agit de permettre une prise de conscience par le biais du net, de la discrimination faite aux Rroms qui perdure et en même temps de rendre visible leur résistance qui s'installe et de donner enfin la première place à leur propre voix.
L' idée de créer ces deux espaces de parole et d'information sur le net sont le résultat d'un long apprentissage et d'une démarche délibérément autodidacte, pour ne pas appliquer une analyse préformatée de ce que j'ai pu apprendre en matière de xénophobie. 
L'idée de créer ces groupes est née spontanément avec le désir de donner la parole aux Rroms eux-mêmes, suite au choc médiatique du début des expulsions inaugurées par Sarkozy et du discours de Grenoble qui suivit en 2010.
Une série de rencontre en Belgique de Rroms et GDV m'a permis de rencontrer des familles, partager leur quotidien, leurs difficultés, et surtout de les écouter. Certains étaient naturalisés et actifs dans des associations, d'autres nouveaux migrants venus de plusieurs pays de l'Est. 
J'ai pu assister aux réunions qui avaient lieu dans le cadre de l'Europe avec les diverses ONG et associations venant de tous les pays européens, de rencontrer des leaders Rroms et d'établir de véritables dialogues avec eux dans une confiance qui s'est établie peu à peu.
Cette approche m'a permis de comprendre de l'intérieur ce qu'ils désiraient et de créer un véritable réseau de solidarité et de partenariat à travers les contacts qui se sont créés. J ai été saisie par le manque de connaissance et donc de compréhension réciproques entre les divers acteurs, gadje (non -roms) et Rroms et même entre certains Rroms des différents pays et j' ai pensé que l' on pouvait tenter d' y remédier.

 

 

 

persecution-des-roms-4-.jpgjJ : Quelle est cette situation faite aux rroms aujourd'hui, en France et en Europe ? La France se distingue-t-elle des autres pays européens dans son traitement de la construction du "problème" rrom ? 

 

Catherine Raffait : Les persécutions, contrairement au discours officiel, qui tend à en faire une spécificité locale, ont lieu dans toute l'Europe et même dans d'autres pays extra-européens comme le Kosovo ou la Suisse limitrophe, ou encore hors du continent comme le Canada. La liste est longue des informations qui parviennent, de plus en plus précises. Nous en établissons l'inventaire dans le Livre noir des persécutions, qui devrait aboutir à un dossier juridique. Parmi les plus marquantes :
Le fichage des tsiganes en Suède qui date de 1919 et vient d' être reconnu.
Les murs d'apartheid en Slovaquie qui séparent les Roms du reste de la population comme à Kosice.
Les marches des néonazis en République Tchèque qui se multiplient malgré une résistance de plus en plus marquée de la part des Roms.
La montée des partis d' extrême droite en Hongrie qui rend possible les propos et les actes romaphobes, les enfants Rroms hongrois auxquels on ne donne accès qu'à des écoles pour handicapés, permettant ainsi un ethnocide qui ne suscite que peu de réactions au niveau international. 
Ou encore les Mahala ou villages réservés aux Rroms en Roumanie, où ils vivent dans des conditions d' hygiène déplorables. Les déchetteries dans lesquelles ont les parque au Kosovo comme en Italie...
persecution-des-roms-8-.jpgLa liste est longue de ces persécutions qui font l'objet de rapports de plus en plus nombreux d' Amnesty international ou de la LDH qui mettent l'accent sur l'éducation, le logement, la santé, entre autres manquements au respect des droits de l'homme les plus élémentaires, rapports qui curieusement sont peu relayés ou même évoqués dans les médias.
De même les rappels à l'ordre de l'Europe se multiplient mais sont peu médiatisés, ainsi que le programme d'intégration qu'elle a lancé en 2010.
Ces semonces européennes restent surtout des prises de position morales, puisque elle n'a pas les moyens de contraindre dans l'état actuel des Traités, les pays signataires de ce programme européen pour l'intégration des Rroms qui s'étend juqu'à 2020, qui resteraient récalcitrants.
Ceci malgré les millions d'euros alloués, qui ne sont pas toujours utilisés en faveur de leurs destinataires.
 

     

 

 

persecution-des-roms-5-.jpgjJ : Le philosophe Michel Henry expliquait que le «fascisme (n’était) rien d’autre qu’une doctrine qui procède à l’abaissement de l’individu de façon que sa suppression apparaisse légitime». Je suis frappé de voir combien ce thème de la dignité a été présent dans la stratégie d'exclusion des rroms que Manuel Valls a mis en place, très tôt dans l'Essonne dont il était une figure majeure, puis au niveau de l'Intérieur, dans son traitement de la supposée question rrom, les pourchassant littéralement de camps de réfugiés en camps de réfugiés, au prétexte de conditions de vie "indignes", rendues telles en fait par la volonté de l'Administration elle-même. Êtes-vous inquiète de son arrivée au poste de 1er Ministre ?

 

persecution-des-roms-6-.jpgCatherine Raffait : Pour savoir s'il y a une spécificité Française en matière de discrimination, il faudrait distinguer les Rroms qui ont migré pour fuir leur pays pour des raisons de survie économique, ou fuir des persécutions ethniques, et qui cherchent refuge et asile dans les pays de l'Europe de l'Ouest, des Rroms qui vivent dans leur pays d'origine, dont ils ont la nationalité et où ils sont pour la plupart sédentaires. L'Etat relayé par les médias ne faisant pas sciemment cette distinction importante.
La discrimination en France ne s' affiche pas comme telle. Elle prend des chemins beaucoup plus subtils. Les élus font en sorte qu' elle paraisse légale, justifiée par la crise économique et son corollaire la sécurité. Ne pouvant s'afficher ouvertement contre tous les immigrés qui dépendent d'autres législations que celles de la libre circulation des citoyens européens, elle se focalise sur les Roms.
Elle apparaît comme un bras de fer entre le dernier bastion de la vieille Europe qui refuse une Europe souveraine et forte, qui mettrait en danger leur souveraineté nationale. On l'a vu avec l' échec de la tentative de rappel à l'ordre de Madame Reding à la France à propos des Rroms.
En 2005, la France en refusant par référendum le traité constitutionnel européen, a marqué son refus de soumission à la souveraineté européenne, mais pour faire face aux difficultés économique, Sarkozy a réveillé la question identitaire en proposant aux français de "choisir" les étrangers habilités à vivre en France allant à l'encontre des lois de libre circulation en ce qui concerne les Roms migrants européens. Valls a poursuivi et accentué cette politique.
Le processus est sournois, il ne s'affiche pas comme un rejet ethnique, mais persuade les exécutants élus qu'ils servent la République en excluant ces européens présentés comme indignes, et discordants dans le paysage français, ne voulant pas s'insérer mais profiter de nos acquis sociaux. La France de Vichy a ainsi pu se réveiller en toute légitimité en s'appuyant sur le discours venu d'en haut qui justifie les actes comme les propos romaphobes.
Le gouvernement se sert des médias, outil classique de la propagande, pour faire passer le discours de l'insécurité et ne jamais rappeler les lois existantes que les élus connaissent mais transgressent sans les nommer, en les occultant et en jouant sur l'émotionnel pour paralyser le raisonnement.
Cette indignité savamment organisée n'est pas sans rappeler le processus cité par Hannah Arendt, qui a permis le génocide :

1- On les soustrait aux lois :
-lois de la libre circulation des citoyens européens,
-circulaire de 2012, qui n'est pas respectée lors des expulsions.

2- On rend poreuse la frontière entre victime et bourreau :
Ainsi on met le focus sur la délinquance sans citer les chiffres qui montreraient qu'elle est minime en ce qui les concerne.
Sournoisement le discours orchestré par les médias montre ces faits de délinquance en évitant maintenant de citer l'origine, mais en parlant de la nationalité (exemple : l'article du Progrés du 25 avril).

persecution-des-roms-10-.jpg3 On en fait des specimen humains :
On crée les conditions de l'indignité qu'on leur reproche ensuite. 
On ne les expulse plus hors des frontières, les français ont compris que celà coûte cher, ce qui pourrait être reproché au gouvernement, mais on les met dans des situations d'expulsion en expulsion à travers le territoire, en errance, entretenant ainsi aux yeux des français cette image d'éternels nomades qui ne respectent pas la propriété d'autrui. 
Ou bien on réalise quelques tentatives de solution en les parquant dans des villages, dits d'insertions, avec barbelés et gardiens, comme à St Denis, qui ne sont pas sans rappeler les camps d'internement sur le sol français comme celui de Montreuil-Bellay.
On les prive d'eau, ce qui au delà de la nécessité vitale, et de l'infraction des droits fondamentaux de l'homme, crée cette perte de repère indispensable à casser leur identité.
Exemple : ils ont des lois internes liées à l'eau, la toilette et la propreté sont importantes. En les empêchant de respecter ces lois qui font parties de leur mode de vie, on les met dans des situations d'indignité qu'on leur reproche après. On persuade ainsi la population que dans les bidonvilles s'ils sont sales, c'est que c'est leur manière d'être.
On sépare les membres d'une même famille, alors que c'est en clan qu'ils survivent, de manière à briser la cellule familiale et à les désintégrer.
On englobe les Rroms migrants européens et ceux qui pourraient bénéficier du droit d'asile dans un amalgame qui les présente en profiteurs du système et tricheurs.
Les leaders Rroms de plus nombreux et actifs ne sont pas considérés comme des interlocuteurs valables, même ceux qui sont français et qui ne sont pas invités sur les plateaux des médias ou quand ils le sont, n'ont que peu de temps de parole.

Or s'il y a une solution pour éviter le pire qui se profile pour les Rroms, comme pour l'avenir d'une Europe démocratique, elle serait de leur donner la place qu' on leur refuse. 
Elle ne pourra passer que par leur mobilisation, leur auto-détermination, leur accès aux instances décisionnelles nationales et internationales.
Pour celà les élections européennes qui auront lieu en mai restent un excellent tremplin.

 

 

liens :

CONTACT ROM : https://www.facebook.com/groups/699476486735480/

Rom Memory : https://www.facebook.com/groups/294245927299190/

Le livre noir des persécutions des rroms : http://livrenoirdespersecutions.blogspot.fr/2013/08/persecutions-faites-aux-roms-aout-2013.html

 

images : 1) camp isolé près d'une autoroute, France

2) Villeurbanne, janvier 2012.

3) En Roumanie à Ponorata les Mahala, l'un des villages "réservés" aux Rroms.

4) Expulsion d'un camp en France, en 2013.

5) Val de Marne, France, 2013.

6) Le mur de l'apartheid à Kosice en 2013, Slovaquie.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans entretiens-portraits
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories