Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 05:55

pendus-epitaphe-villon.jpgPresque tous les jours on nous redit

 

Que le Temps passe à côté de nous,

Que les arbres s’inclinent par pur accident

Et que jamais

Ils ne veulent nous saluer.

Ce dilemme existe et c’est une autre

La révolte des marées et la plénitude

Des champs qui sourient aux caresses de la pluie.

 

 

 

Il faut bien se protéger des idées malsaines,

Des propos suicidaires des tribuns,

Crocodiles cherchant les rivages,

Surtout au Printemps où la grêle

Nous surprend en plein délit de récolte.

Il faut protéger les livres et les fleurs

Et l’huile d’olive de Crête et d’autres îles,

Sans dire merci aux tempêtes soudaines

Car un soleil rit toujours très loin et très haut.

 

Frères humains ! Criait François Villon

En escaladant les murs de La Sorbonne.

Le bruit des racines reste peu audible

On entend mieux la criée à Lisbonne.

 

pendusLa plage tournée n’est pas une page close

Il n’y a pas de cloisons pour la mer

Qui déferle.

Que vive la vie, juments et étalons

Et tous les près où ils courent

Et ils s’aiment.

Un café bien tassé est une ancre qui descend

Jusqu’aux sables des antipodes

Un flambeau qui voyage

Par les nuits d’été.

Les fleurs du mal surplombent les parterres,

Fidèle héritage du dandy Baudelaire,

C‘est ainsi que la rime nous revient aux lèvres

Et la lune nous rappelle un baiser ancien.

On voit encore, malgré les ouragans,

Le lilas qui fleurit après le rude hiver,

Et de nos voix peut-être une chanson

Dira aux quatre vents notre joie éphémère.

 

Fleurs_du_mal_fr01.jpgMais le brouillard déjà nous envahie, le chemin devient obscure.

Rentrons chez nous, dans notre dernière demeure,

Où des mains connues, depuis si longtemps éloignées,

Des voix si proches de la nôtre, depuis si longtemps effacées,

Nous attendent, peut-être...

 

Mario Freire De Meneses

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories