Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 08:46

économieCrises et dettes en Europe, les fausses évidences enfin pointées du doigt par des économistes, conseillers à divers titres du Parlement européen !

Des économistes qui ont solennellement pris acte de ce que, malgré la crise de 2007 / 2008, les pouvoirs en place, particulièrement en France et au FMI, n’ont pas compris ses vrais enjeux, le Pouvoir de la Finance et sa capacité de nuisance étant restés intacts. En Europe même, les Etats ont mis en place des mesures déjà éprouvées dans le passé, sans aucune inspiration, et dont les seules conséquences ont été d’accroître l’instabilité et les inégalités…

Atterrés par ce constat, 630 économistes occupant en Europe des fonctions d’expertise ont tout d’abord signé un manifeste déposé entre les mains des pouvoirs publics européens. Rencontrant le plus parfait mépris de la part de responsables politiques supposés tout de même tendre un tant soit peu l’oreille, ils furent rejoints par une centaine d’autres spécialistes et rendirent public ce manifeste. Leur conclusion : il est plus qu’urgent d’engager un vrai débat public sur ces questions. La crise exigeait une refonte de la pensée économique, au lieu de quoi nous avons eu droit à des pantomimes et de jolis discours hypocrites, suivis d’aucune décision conséquente.

Le document publié par les éditions LLL récapitule les termes de ce manifeste, qui très pédagogiquement engage tout à chacun à mieux comprendre les mécanismes par lesquelles des évidences douteuses nous sont servies en vérités absolues. Parmi ces évidences, celle selon laquelle les marchés financiers seraient efficients.

On a ainsi voulu nous faire croire par exemple que les marchés financiers conditionnaient la régulation d’ensemble du capitalisme. Les Finances devaient même constituer le mécanisme d’allocation d’un capital plus efficace. Depuis trente ans, les politiques menées sont conformes à cette hypothèse, construisant un marché financier global où échanger toutes les catégories de titres.

Les difficultés venant, les partisans de cette hypothèse douteuse, Sarkozy et DSK en tête, ont puérilement interprété la crise comme l’effet de l’irresponsabilité ou de la malhonnêteté de quelques acteurs financiers qu’il suffisait d’encadrer et de remettre au pas… Mais qu’a-t-elle montré en réalité ? Le prix qui se forme sur un marché serait une bonne estimation de la vraie valeur d’un titre… En s’orientant en outre vers les produits les plus rentables, les marchés orienteraient positivement la production des Biens, procédant avec pertinence à la sacro sainte et bénéfique destruction positive nécessaire au bon fonctionnement du capitalisme de type fordien…

Mais en réalité, la concurrence financière ne produit pas de prix justes : elle conduit à des évolutions artificielles et la constitution de bulles financières, dont le seul but est de permettre d’empocher au passage des plus-values colossales, juste avant que la bulle n’éclate, voire dans l’espoir qu’elle éclate bientôt…

L’erreur, ici, évidemment volontaire, est de transposer aux marchés financiers la théorie des marchés de biens ordinaires, à savoir : la rustique loi de l’offre et la demande.

Car sur les marchés financiers, quand un prix augmente, on assiste non pas à une baisse, mais à une hausse de la demande… La hausse attire de nouveaux acheteurs qui viennent renforcer la hausse initiale. La promesse de bonus pousse en outre les traders à amplifier le mouvement, jusqu’à l’incident.

De sorte que la fonction essentielle des marchés financiers est de fabriquer des prix inadéquats. Il n’y a aucune efficacité à attendre des marchés financiers vers le reste de l’économie, bien au contraire ! Ils sont nécessairement source d’instabilité. La liste des bulles qui ont éclaté depuis vingt le confirme avec force - Japon, Asie du Sud/Est, Internet, marchés émergents, immobilier, titrisation…

L’instabilité financière qui accompagne nécessairement le fonctionnement des marchés financiers se traduit, inéluctablement, par de fortes fluctuations des taux de change, de la bourse, etc., loin des fondamentaux de l’économie dite réelle mais la contaminant en retour très rapidement.joël jégouzo--.

Manifeste d’économistes atterrés, éd. Les liens qui Libèrent, nov. 2010, 70 pages, 5,50 euros, ean : 978-2-918597-26-1.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

commentaires

cécile pottiez 06/02/2012 10:32

Continuation du commentaire précédent:
Nous découvrons aujourd'hui que la Chine attend une chute de sa croissance de 4 POINTS DUE 0 LA FAIBLESSE DE LA DEMANDE EUROPEENNE; cECI EST BIEN LA PREUVE QUE C EST ESSENTIELLEMENT L EUROPE QUI
FAIT LA RICHESSE DE LA CHINE.
LA RESIDE LE CONTRE POUVOIR DES EUROPEEN DES LORS QUE LE PARLEMENT EN FAIT L'ANALYSE!

texte critique 06/02/2012 11:04



je ne partage pas votre point de vue. Le ralentissement de la croissance (très relatif, car excusez du peu, même en période de ralentissement, la croissance de la Chine est de 4 points supérieure
à ce qu'était la croissance européenne tout au long des 30 glorieuses...), bref, est liée à la conjoncture mondiale et non exclusivement européenne. ce n'ets pas essenriellement l'Europe qui fait
la rcihesse de la Chine, car la stratégie de croissance de la Chine s'est diversifiée est entre aujourd'hui dans une pahse déterminante liée à sa croissance intérieure. Il faudrait pouvoir
l'analyser plus longuement. cela dit, vous continuez d epenser que le Parlement européen est démocratique, alors que le fonctionnement des institutions européennes a inauguré d'un mode de
gouvernance radicalement non démocratique, que les faucons américains nous envient même... je vous renvoie à ce sujet à d'uatres analyses que j'ai publiées sur cette question. Il faudrait changer
la gouvernance européenne pour arriver à établir ce contre-pouvoir que vous imagniez. l'europe n'est pas partie pour...



cécile pottiez 06/02/2012 09:36

Vous vous insurgez contre la méconnaissance des marchés financiers au sein du Parlement Européen. Il y a pire avec le pouvoir que l'Europe a laissé à la Chine GRACE A DES IMPORTATIONS NON LIMITEES.
En effet, celle-ci s'est enrichie des exportations réalisées avec l'EUROPE et seulement avec l'europe, CAR les Etats-Unis avec l'ALENA ont bloqué les importations. Nos emplois, notre savoir-faire,
nos entreprises ont été transférées à la Chine qui se permet maintenant de faire blocus à nos idées politiques (refus de sanctions contre l'Iran, refus de coopération pour la préservation de
l'environnement, volonté de la Chinede faire disparaitre notre Etat Providence). Et le retour de notre industrie sera bientot rendu impossible dès lors que le port du Pirée et une partie de la
dette Grecque appartiendront aux Chinois. Alors dictature chinoise en Europe ou action du Parlement Européen.
Si cette action n'intervient pas rapidement, l'Europe devra t elle disparaitre?
Cécile Pottiez

texte critique 06/02/2012 09:48



l'Europe, telle que les marchés financiers l'ont conçue, et telle que les élites politiques l'ont fabriquées, avait justement pour vocation d'être cédée à la Chine, du moins à l'énorme machine
économique et financière que la Chine a mise en place. Vous l'affirmez vous-même au passage. Cela dit, je ne m'insurge pas contre la méconnaissance des marchés financiers au sein du Parlement
européen, mais contre le fait que ces marchés aient pareillement pu livrer l'Europe, avec la bénédiction des instances de décision européennes (ce pauvre Parlement est fantoche, voyez les
mécanismes de la décision en Europe), aux marchés, et donc, à ceux que la chine peut aujourd'hui conquérir.



Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories