Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 04:53

 

macron.jpgIl faut sauver l'emploi des chômeurs qui le plombe, semble nous dire ce cher monsieur Macron, tout comme il faut sauver le modèle social français, nous dit-on. Le sauver des français, de ces français qui trichent sans doute, et se comportent comme des ennemis de la Nation… Et pourquoi pas la création d’une justice d’exception à l’encontre des malades imaginaires qui plombent le déficit de la Sécurité Sociale, tant qu’on y est ?  

Et tout cela sans rire… Pas la fraude fiscale, qui ampute les finances de l’Etat mais qui, soyons clairs, est l’apanage des classes nanties. Non : la fraude sociale ! Celle des pauvres, des démunis…

Alors soyons plus clairs encore : vous êtes en bonne santé ? 90 % des cadres sont en bonne santé. Tandis que les "inactifs" (qui ne cesse de s’activer pour trouver une solution à leur manque chronique d’argent), les chômeurs, les titulaires du RSA, les stagiaires, les précaires, etc., eux, accusent le coup. L’INSEE en témoigne, malgré ses statistiques biaisées. Il suffit de lire, quand on sait lire monsieur Macron. Et ce n’est pas un hasard s’ils ne vont pas bien ceux-là. Les chômeurs, selon les études de la Sécu, ont une probabilité de beaucoup supérieure à celle des actifs de développer une maladie grave. Lorsque l’on se retrouve au chômage, statistiquement, on a trois fois plus de risques de décéder prématurément qu’un homme actif. Rassurons-nous : avant de mourir, les plus démunis passent d’abord par la case maladie et la case dépression. De sacrés cumulards ! Ainsi, à leurs faibles revenus s’ajoutent l’exclusion médicale, l’angoisse, la dépression, l’impossibilité de se payer un traitement médical correct. Des nantis, pour sûr. 

Selon une enquête du Credes, 25% des chômeurs sont victimes d’une dépression, contre 13 % des actifs. 1 employé sur 5 est en dépression selon cette même étude, contre 1 sur 10 chez les cadres supérieurs…

Toujours selon cette même étude, les ingénieurs vont plus souvent chez le dentiste que les ouvriers. La proportion de cadres supérieurs qui sont allés chez le dentiste lors de cette enquête est même deux fois plus élevée que celle des ouvriers. C’est que chez les ouvriers, le suivi médical fait défaut. Faute de disposer d’une complémentaire. Toutes les études récentes montrent du reste qu’une grande partie des familles peu aisées renoncent à leur mutuelle…Sacrés "sans-dents" ! 

La France, pour la première fois depuis un siècle, s'était pourtant dotée d’un cadre législatif définissant les grands principes de la santé publique. Mais le texte adopté in fine ne prenait pas la tournure d’un texte de Loi, nécessairement contraignant, mais celle d’un simple référentiel, délivrant le sens général de l’esprit français en matière de santé… Contournant savamment toute réflexion sur la question des inégalités devant la santé.

Mieux : parmi les "cent objectifs de santé publique" que se donnait l’État dans ce document, un seul concernait "la réduction des inégalités devant la maladie et la mort" ! Pire : aucun indicateur d’évaluation n’était envisagé pour mesurer les disparités devant la santé… Et mieux que mieux : la directive recommandait de ne prendre en compte que "des résultats globaux"…

Tout est clair : la diminution des inégalités sociales devant la santé n’est pas une priorité de l'Etat français. Elle ne l’a jamais été. La seule préoccupation de la République n’est peut-être même pas tant la maîtrise des dépenses de santé que la stigmatisation forcenée des populations "à risque", que l’on a précipitées depuis des décennies dans la misère et dont on voudrait à présent délégitimer par avance toute velléité de révolte. Et la journaille d’exhiber la très bonne place obtenue par la France dans le classement de l’Organisation mondiale de la santé, du point de vue de sa performance globale, tout en taisant son mauvais rang au sein de l’Europe en termes d’inégalités sociales devant la santé… Comme d'oublier, en passant, cette bien curieuse comptabilité des chômeurs : 2,8 millions, quand toute catégories confondues l'Insee en dénombre 5 millions, auxquels ajouter les 1,760 millions de "foyers français" percevant le RSA "socle", non celui du complément de salaire pour atteindre le SMIC... Une comptabilité bien obscure là encore, dénombrant 2 à 3 personnes par foyer, réduites au RSA puisque fort éloignées du smic... Sans oublier les 2 millions de salariés pauvres qui en France perçoivent moins de 800 euros par mois, les 3,6 millions de mal logés, les 3,5 millions de français qui reçoivent une aide alimentaire, les 50 000 salariés français SDF, les 6 millions de français percevant les minima sociaux, les 9 millions de français pauvres percevant moins de 900 euros par mois, et Monsieur Bernard Arnault, PDG de LVMH, dont la fortune se compte en 1,9 millions d'années smic... Il suffit de lire, mais certes, l'INSEE ne fournit pas les lunettes.

 

Observatoire des inégalités : http://www.inegalites.fr/

"Un aveuglement face aux inégalités sociales de santé", entretien avec Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS :

http://www.inegalites.fr/spip.php?article777&var_recherche=fraude%20sociale&id_mot=42

 

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories