Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 05:44

 

devoileralgerie.jpgSujet on ne peut plus délicat dans la France d’aujourd’hui, à propos de l’héritage ambigu des mouvements féministes, dont sont soulignés ici les affinités avec le projet impérial et leur aveuglement volontaire face à l’oppression raciale dont furent victimes les Peuples de l’Empire Français…

Le voile, le hijab, la polygamie, l’excision, le sujet est en effet on ne peut plus délicat tant les arguments les plus vertueux s’énoncent dans un climat qui ne l’est vraiment pas, incitant Félix Boggio Ewanjé-Epée et Stella Magliani-Belkacem à reposer la question de l’instrumentalisation du féminisme contemporain à des fins racistes.

La thèse de l’ouvrage est bien évidemment historienne –c’est aussi sa faiblesse au fond, car il paraît difficile de rabattre purement et simplement les revendications féministes actuelles sur les pratiques du passé. Tout y est en tout cas, des conjonctions d’intérêts des féministes françaises de la première heure avec les politiques racistes de la France coloniale. C’est que l’agenda émancipateur des suffragettes par exemple, exploitait la logique impériale pour faire avancer leurs idées, sans jamais chercher à remettre en cause la structure coloniale. Mettant sur pied leurs œuvres féminines, elles pensaient, tout en accomplissant la mission "civilisatrice" de l’Empire, inculquer une "civilisation supérieure" sensible à la condition de la femme…

Déjà elles dénonçaient l’islam, l’homme arabe, coupable de tenir la femme musulmane en esclavage, déjà elles brandissaient le voile comme sujet de prédilection… Le plus piquant de cette perspective, c’est de mesurer à quel point ces féministes ont pu bénéficier du soutien de l’Administration coloniale qui sans rire, se mit elle aussi à prétendre sauver la femme algérienne par exemple, "cloîtrée", "humiliée", décrivant le comportement de l’homme algérien comme celui d’un barbare. Des cohortes d’assistantes sociales furent envoyées aux fins fonds des villages les plus reculés de l’Algérie française pour aider les féministes dans leur mission civilisatrice. Par la suite, plus piquant encore, durant cette sale Guerre d’Algérie dont la métropole refusait le nom, Mesdames Salan et Massu firent campagne pour la femme algérienne, aux côtés des féministes… Aidant à la constitution de mouvements de solidarité féminine ou d’associations de propagande enseignant la bonne tenue de sa maison aux algériennes, la juste éducation de leurs enfants… En attendant l’apothéose : l’année 1958 et ses cérémonies du "dévoilement"…

feministes-blanches.jpgLes meneurs du putsch d’Alger aidèrent alors massivement ces dames, transportées dans les hélicos de l’armée, à mettre en scène d’incroyable cérémonies dites du "dévoilement" : des groupes de femmes voilées devaient marcher en parade jusqu’à la place centrale de la ville ou du village élus, escortées par les fanfares de l’armée, tandis que sur l’estrade les militaires et les dignitaires attendaient de prononcer leurs discours enthousiastes. Puis ces femmes, dans un geste évidemment gracieux, se dévoilaient et jetaient leur voile à la foule sous les hourras… Sauf que… ces dévoilements se sont depuis avérés la plupart du temps forcés, une enquête minutieuse ayant fini par en établir la supercherie : réquisitionnées par l’armé française, les jeunes algériennes n’avaient guère d’autre choix que de se dévoiler en public. Les femmes des militants algériens torturés en particulier, jetées ainsi en pâture à la foule…

Certes, la stratégie des féministes pouvait se "comprendre" : l’Algérie se constituait comme le lieu où elles allaient pouvoir prendre en charge… leur incapacité à faire entendre leur voix, en métropole. Le cadre impérial permettait ainsi de promouvoir le Droit des femmes, pourquoi ne pas en abuser ? L’ennui, c’est que par la suite les mouvements féministes ne se sont jamais interrogés sur cette dimension de l’émancipation humaine. Et nos auteurs de donner pour preuve l’ostracisme dont furent victimes, dans les années 70, la Coordination des Femmes Noires, qui introduisait de sacrées nuances dans les discours féministes de l’époque. Tout comme, selon eux, ce nouveau racisme qui prolifère derrière la dénonciation féministe de l’obscurantisme musulman…

On le voit, sujet sensible, dans un livre portant des accusations injustes sur certains leaders des causes minoritaires, mais soulevant, en effet, le problème du recyclage des discours et des pratiques d’oppression sous le couvert du déploiement des rhétoriques volées aux mouvements d’émancipation.

 

 

 

Les féministes blanches et l'empire, Félix Boggio Ewanjé-Epée, Stella Magliani-Belkacem, éd. La Fabrique , oct. 2012, 110 pages, 12 euros, isbn 13 : 978-2358720434.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories