Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 05:30
lelivre.jpgPlaisant pays que cette France où les deux principaux groupes du monde de la presse et de l’édition, Dassault et Lagardère, sont en réalité des marchands de canons qui savent, au détour d’un article ou d’un opuscule par trop critique, faire usage de leur force pour châtier cette liberté de penser que l’on croyait tant prisée dans nos campagnes… Plaisant pays, jadis de culture, où la littérature est tombée entre les mains de vendeurs de charme, selon la délicieuse expression de Pierre Senges.
Le livre, nous dit-on, ne se porte pas vraiment bien. La déploration est tactique, qui ne sait différencier les ouvrages de valeur de l’écume inconsistante des produits marketing qui ne cesse, jour après jour, d’envahir les tables des libraires. (Hallucinant chantage, par parenthèse, que celui des offices qui permet à un gros éditeur d’asphyxier littéralement les petites librairies indépendantes qui par ce biais en outre, lui avancent sa trésorerie retorse).
Le livre se porte mal donc, entendons-nous dire à longueur de journée. Mais quel livre ? Le livre industriel, lui, marchandisé à l’envi, se porte on ne peut mieux. Les auteurs du Goncourt aussi, merci. Les grandes maisons d’édition itou, installées dans le confort de leur renoncement culturel, qui ne redoutent au demeurant guère la concurrence promise du livre numérique, lequel a déjà emboîté le pas claudiquant du best-seller et du livre utilitaire pour se tailler ses pitoyables parts de marché. Bref, les marchands de vent vont bien et cultivent avec zèle la médiocrité ambiante, de même que les distributeurs et autres diffuseurs qui tractent par millions les palettes d’un produit dont on n’ose même plus dire le nom, emballé comme la vulgaire aubaine d’une fête sans joie. De même que ces librairies sans libraires de la grande farce numérique, qui donnent à croire qu’on peut gagner du temps à les fréquenter et n’offrent en guise d’assistance que la commodité d’hésiter entre le Même et l’Identique pour tout choix de lecture.
Le livre va mal, mais la Direction très officielle du Livre qui s’est (presque) portée à son chevet ne cesse en vérité de lui administrer ses remèdes anémiants, de vraies saignées mortifères à soutenir la bonne santé des mauvais livres avec la même ardeur qu’elle terrasse les productions intellectuelles un tant soit peu exigeantes –il n’est que de s’intéresser aux aides desservies par le CNL et dont l’opacité à elle seule en dit long sur sa politique de cache-misère et de vrai reniement. Restent des auteurs, des éditeurs, des libraires, une poignée à vrai dire, qui n’ont pas renoncé et tentent d’inventer, ici et là, une résistance dont on voit bien la vulnérabilité à lire les témoignages qui nous sont offerts dans cet opuscule. Des librairies aux semaines de plus de 70h d’efforts continus pour des salaires de misère (quand ils parviennent à se rémunérer), des éditeurs bénévoles entourés d’équipes invraisemblablement enthousiastes, des auteurs acculés à vivre dans les conditions de l’homme de trop du XIXème siècle nihiliste (Bazarov). C’est ça le paysage du livre aujourd’hui, où l’on invente malgré tout la résistance culturelle sans laquelle l’idée de nation ne sera bientôt que la vile moulinette des peuples promis à l’exécrable. SCOOP, coopératives, associations bénévoles, ONG, une poignée de lecteurs fiévreux inventent aujourd’hui les conditions de possibilité de la Culture à venir, pointant les vrais problèmes du livre et de la lecture, à commencer par ceux de l’école à la française, qui est une formidable machine à produire des non-lecteurs avec ses manuels qui ne sont que des non-livres distillant jour après jour leur prêt-à-penser imbécile, contournant soigneusement le privilège de la formation intellectuelle que la fréquentation et l’usage du livre autorisait jadis.
Des acteurs qui défrichent de nouvelles formes de journalisme, de nouvelles formes d’édition, de nouvelles formes de diffusion du livre, dans l’accablement d’institutions qui se refusent à prendre la mesure du drame qui se joue là, à commencer par le tissu des bibliothèques françaises sommées de frapper aux portes des grossistes pour remplir leurs étals… Alors que ce réseau quasi militant du livre et de la lecture remplit, seul, de vraies missions de service public, à savoir : l’approfondissement de la liberté, l’affermissement de la démocratie culturelle.
 
 
Le livre : que faire ?, collectif, La fabrique éditions, février 2008, Roland Alberto, Francis Combes, Eric Hazan, Joël Faucilhon, 28 février 2008, 95 pages, 12,20 euros, ISBN-13: 978-2913372733.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories