Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 12:25

etre-sur-terre.jpgFrancis et Baptiste commémorent un anniversaire. Ils sont heureux : il y a prescription, désormais ils sont libres. Flash back : dix ans auparavant ils ont pris l’avion, sont descendus dans le sultanat d’Oman accompagnés d’un camarade d’école qu’ils ont assassiné. Ils venaient d’avoir leur bac et voulaient vivre quelque chose de fort. Oser tuer, pour congédier l’ennui. Un meurtre pas même dirigé contre leur victime, mais une sorte de geste rituel perpétré contre le monde profane consumériste dans lequel ils ne voulaient pas vivre. L’affirmation d’une distinction radicale : Francis ne revendique-t-il pas sa névrose comme ce qui le différencie vraiment de tout autre ? Inquiétés un temps par la police, ils finiront par avouer ce crime à leurs proches. L’un dans la désinvolture de la confidence d’une faute de jeunesse, l’autre dans la jouissance d’un hymne à la perversité.

Roman, correspondance, journal intime, récit de cure analytique, écriture théâtrale incluant des didascalies, puis un poème, puis l’apostrophe d’une enquête auprès du lecteur… Littérature New Age de la quête effrénée d’absolu que l’on ne sait plus où chercher, récit usant de toutes les formes littéraires, osant même des ruptures typographiques ou suscitant la rotation de l’instance narratrice. L’auteur joue comme personne de ces cassures sans jamais perdre de vue le plaisir du lecteur. Explorateurs de leur ego, l’épopée de Francis et Baptiste est une affaire entre eux-mêmes et leur moi idéal, un dialogue dont l’autre est exclu. L’expression achevée de l’égotisme libertaire dont notre société est le terreau. --joël jégouzo--.

 

Etre sur terre et ce que j’en retiens, de Alexandre Lacroix, Pocket, coll. Nouvelles Voix, juillet 2004, 283 pages, 7 euros, ean : 9782266125079.

Etre sur terre et ce que j’en retiens, de Alexandre Lacroix, Calman-Lévy, août 2001, 282p., ISBN : 2702132383.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans en lisant - en relisant
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories