Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 04:10

 

homme-tomber.jpgLe titre semble paraphraser celui d’un film de Jacques Audiard : Regarde les hommes tomber. Moins la distance, Arthur Frayer s’étant efforcé de marcher au plus près de ceux qui tombaient. Ouvriers, employés, patrons pauvres. La crise. En France. Pas en Grèce. Des milliers de petits commerces frappés de plein fouet par la bien trop commode crise (en 2010, la hausse du revenu des patrons du CAC 40 se chiffrait à 34%). Des milliers de petits patrons pauvres, sans sécu, sans chômage, sans filet. Des salariés, leur CDI en poche, qui dorment dans leur voiture. Qui mangent dans leur voiture. Qui vivent dans leur voiture les week-end pluvieux. Pas en Grèce, en France. L’an passé, cette année. Salariés en souffrance, par millions cette fois. Leurs combats perdus les uns après les autres malgré les feux médiatiques. Des millions qui ne peuvent enrayer la chute libre de leurs revenus. Agriculteurs, artisans, étudiants, une liste jamais exhaustive, qui s’allonge sans cesse. La France des petits revenus. La France en fait, tout bonnement. Celle des trajectoires brisées. Des vies humaines broyées. De la paupérisation forcenée de quartiers entiers. Des boutiques, par milliers, dont l’activité ne permet pas de dégager un salaire. Des millions qui ont démarré au Smic et se retrouvent au Smic. La vérité de la France d’aujourd’hui. Le récit est poignant, sans ornement. Juste cette France appauvrie, qui attend. Quoi au juste ? Cette France de la défiance qui vient d’élire son nouveau Président et qui attend, non pas une politique de symboles, mais une politique de justice. Cette France qui croit de moins en moins au vivre ensemble républicain qui l’a jetée si bas. Lejaby. L’auteur y est allé. La valeur travail… Un élément de langage. Rien d’autre. Photowatt. Les zones urbaines sensibles, où 1 jeune sur 2 survit au chômage. Survivre. Simplement survivre. Le journal de la France qui tombe. Jour après jour. Odile, 600 euros par mois. Elle enseigne le français aux familles étrangères. Trilingue, Master de Lettres modernes en poche. Sans commentaire. Des milliers dans le même cas. Valentine, 3 Masters. Yasmine, 31 ans, bardée de diplômes, au chômage. Khalimat, française d’origine tchétchène, 50 ans. Vit dans sa voiture. Dans un parking de banlieue. Et travaille à Paris. En CDI.

  

 

J’ai vu des hommes tomber, Arthur Frayer, Don Quichotte éditions, coll. Non fiction, octobre 2012, 249 pages, 16 euros, ean 978-2359490909.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories