Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 12:59
couv-hortense---copie.jpgHortense est la dernière pièce écrite par Feydeau, en 1916. Elle s’ouvre et se referme sur les borborygmes de Vildamour : dans ce gargouillis verbal, c’est tout le langage du vieux monde qui s’effondre.. Un siècle court à la rencontre d’un autre, Feydeau en prend acte, s’en détourne et puis se tait, définitivement. Or tout cela, il a l’intelligence de nous l’offrir comme sans y prendre garde. La force de son rire se joue de tout, du siècle qui s’efface comme de sa propre fin personnelle.
Dans Hortense a dit je m’en fous, deux systèmes de pensée s’affrontent, inconciliables : celui du dentiste Follebraguet et celui de Marcelle,sa femme. Et la ligne de front qui les sépare trace moins les contours d’une farce conjugale que ceux d’une faille dans laquelle tout le XIXème siècle se voit précipité avec la guerre de 14-18. Follbraguet ne comprend plus ce qu’on attend de lui : l’honneur qu’on lui commande de défendre ne se recommande plus à ses yeux que comme sottise…
Lors de la création d’Hortense, en 1916, la guerre contre l’Allemagne entre dans sa phase la plus cruelle : sa machinerie atteint une efficacité qui rompt de manière radicale avec toute la conception traditionnelle de la guerre. Un nouveau genre d’affrontement, hautement technicisé –artillerie lourde, gaz, mitrailleuse-, réussit à décimer des bataillons entiers, français ou allemands, dans des dimensions jamais connues, et cela sans qu’aucun terrain ne soit gagné, ni perdu. Pour l’opinion publique, la guerre est devenue non seulement inhumaine, mais absurde. Les journaux des tranchées, écrits par les soldats eux-mêmes et diffusés au front avec les moyens du bord, reflètent cette chute du moral des troupes. La propagande de l’arrière, même lorsqu’elle fonctionne sur la dénonciation des atrocités commises par l’ennemi, s’abat sur des oreilles sourdes : le sauve-qui-peut a fait place aux sentiments patriotiques. L’ennemi, au fond, ce n’est plus le soldat d’en face, c’est la machine, sinon ces technocrates qui, à l’état-major, scellent leur sort. La crise de confiance est alors double : elle ne s’arrête pas à remettre en question les stratégies de l’état-major, elle interroge tout le système de valeurs qui cimentaient la société d’hier. Le "il faut" rencontre désormais sur sa route l’obstacle d’un "je m’en fous" désabusé. --joël jégouzo--.
 

Autour de Hortense à dit je m’en fous, de Feydeau, Joël Jégouzo, Annette Geiger, éd. Intelligere, Paris, 1999, isbn : 978-2-91106008, épuisé.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans essais
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories