Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 16:56

corps-machine.jpgLes sens, les sentiments, nous trompent. Le corps n’enseigne rien. La pensée et l’étendue sont, pour Descartes, des domaines hétérogènes. S’il y a union, c’est Dieu qui l’assure, tandis que l’homme la ressent comme un vécu. En cela, au fond, Descartes ne fait que reprendre et christianiser la conception de l’âme des grecs anciens, pour qui toutefois cette unité n’était que ponctuelle – à la mort, le nœud magique se défait, l’âme n’est plus. La pensée est chez lui devenue le siège de l’âme, mais qui ne cesse jamais d’être, même lorsqu’elle est interrompue. Le corps, lui, est une machine –idée poussée à son extrême dans la conception que Descartes se fait de l’animal, en qui la perfection de l’instinct révèle l’excellence de la machine.

La pensée est le siège de l’âme… Peu importe ici les conséquences, une seule m’intéresse : ce dualisme introduit finalement l’idée de la responsabilité du sujet devant l’erreur (associée du reste à l’idée morale de la faute). Le jugement droit manifeste le bon usage de la liberté, qui est la principale perfection de l’homme. Et la volonté devient, dans ce cadre, la démarche par laquelle, construisant son jugement droit, l’homme s’arrache à l’erreur et gagne en liberté. La recherche du vrai devient ainsi équivalente à la recherche du bien, une sagesse, la plus haute morale.

La conception que Descartes se fait de la raison est ainsi celle d’une sagesse toujours en progrès. La raison cartésienne, ou puissance du bien juger, devenant celle d’un homme fini qui aspire sans cesse au meilleur et ce faisant, ne cesse de s’élever au-dessus de lui-même.

Etre cartésien, c’est alors refuser l’autorité des préjugés, refuser l’autorité des maîtres. C’est initier un mouvement de protestation absolu contre toute forme de patristique. Descartes encourageait d’ailleurs lui-même ses lecteurs à ne rien accepter de sa philosophie qu’ils ne l’aient vérifié comme conforme aux principes de la raison.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans essais
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories