Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 12:32
L’étude publiée ici, disons-le sans détour, est passionnante quant à son approche intellectuelle, mais sans grand intérêt quant à ses conclusions politiques : elle n’offre pas une vision de la société susceptible de changer la nôtre, même si elle n’est pas sans intérêt non plus de ce point de vue, en particulier dans l’évocation qu’elle offre d’une histoire contemporaine insuffisamment mise en perspective au niveau de la double faillite idéologique du libéralisme et d’un socialisme empêtré dans une mue qu’il ne parvient pas à accomplir vers une troisième voie combinant justice sociale et économie de marché.

L’ouvrage est signé par l’initiateur de ce que l’on a appelé le Linguistic turn. Professeur de théorie politique et sociale à l'Université de Cambridge, Gareth Stedman Jones, anima également la New Left Review de 1964 à 1981, tout en s’affirmant comme un chercheur de référence en Grande-Bretagne. On retient de lui le monument que fut Languages of Class: Studies in English Working Class History, 1832-1982, (Cambridge, 1983), qui contribua à renouveler l'histoire sociale britannique.
Le linguistic turn partait d’un constat simple : le vocabulaire social des acteurs historiques n’est pas le simple reflet de la réalité sociale, mais s’inscrit dans des cadres discursifs qu’il convient d’élucider. Insistant sur le caractère historique du langage de classe, Gareth Stedman Jones se mit alors en quête de re-périodiser l’histoire du XIXème siècle, en Angleterre, mettant à jour le fait que ce langage de classe avait autorisé, sans doute abusivement, les historiens à raconter toute l’histoire du XIXème siècle comme celui d’une marche en avant de la classe ouvrière. Marche en avant qui se heurtait tout de même sérieusement à la question de savoir pourquoi la classe ouvrière du pays le plus industrialisé n’avait pas connu de mouvement révolutionnaire. Pour tenter d’y répondre, Stedman Jones se mit alors à travailler  sur la situation des précaires à Londres, mettant la main sur des sources inédites qui lui permirent de dévoiler les décalages entre les perceptions de la classe moyenne -nourrie de conceptions libérales- et la réalité du marché du travail et de l’habitat qui la précarisait tragiquement. Du coup, elle fut sommée de ré-articuler de toute urgence ses discours sur la pauvreté.
La question de la pauvreté, au fond, aura structuré la partition de notre inconscient politique clivé sur le débat socialisme / libéralisme.
C’est ce clivage que Gareth Stedman Jones remet ici en cause.
Le fil conducteur de son étude privilégie les lectures d’Adam Smith (La Richesse des nations) dans l’histoire moderne.
Lectures tantôt chrétiennes promouvant une sorte de libéralisme économique mâtiné d’ethos républicain, relectures marxistes ouvrant la voie au socialisme révolutionnaire, alors qu’émergeait une lecture médiane, celle de Condorcet et de Paine, ouvrant la compréhension de l’histoire des sociétés à une troisième voie étouffée dans l’œuf autant par les tenants du libéralisme que ceux du socialisme : celle du républicanisme révolutionnaire.

C’est cette voie que Stedman Jones défriche pour nous dans cet essai et à laquelle, au fond, il aimerait que nous puisions de nouveau notre source d’inspiration. Une voie qui articulait un programme concret pour en finir avec la pauvreté, en plaçant au cœur de l’action sociale l’éducation pour tous et un système d’assurances assez sophistiqué en effet pour retenir l’attention. Condorcet imagina par exemple très tôt l’épargne retraite et l’assurance chômage.
Condorcet / Paine, l’alternative républicaine oubliée ?
D’une manière très convaincante, Stedman Jones montre comment le XVIIIème siècle fut celui de la naissance de la société commerciale. Fort lui-même de cette observation, Condorcet imagina qu’il était possible de résoudre la question sociale en la subsumant sous les promesses d’une république commerciale qui nous enrichirait tous. Pour Stedman Jones il s’agirait ainsi aujourd’hui de retrouver l’ambition des Lumières tardives pour renouer (simplement) avec un idéal républicain de plus grande égalité et une conception plus citoyenne du Bien public.
Dans ce contexte, l’éducation apparaît comme le point focal de toute politique d’éradication de la pauvreté, qui permettrait en outre de fondre le Peuple dans l’ethos républicain. Sauf qu’il n’y a plus de Peuple. Et qu’il faudrait un véritable plan Marshall de l’éducation pour parvenir à mieux instruire, à la condition en outre de repenser les fondements même de cette école laïque républicaine, aujourd’hui encore profondément inégalitaire – il n’est que de songer à la carte scolaire : quartiers bourgeois « bonnes écoles », Henri IV, Jeanson, Louis-le-Grand n’étant de ce point de vue que des écoles privées déguisées en école de la République, financées par la Nation pour le bien-être des élites bourgeoises.

Et dans ce républicanisme d’abondance partagé, la figure du pauvre, on nous le promet, ne serait plus une figure nécessaire. On veut bien le croire. Certes, la lecture marxiste de l’Histoire n’est plus suffisante. Certes toujours, et c’est peut-être l’idée la plus fondamentale de l’ouvrage, l’idéal de la Révolution industrielle anglaise est devenu un obstacle à penser notre futur. De ce point de vue, l’autoritarisme des penseurs du marché à imposer ce dernier en l'état et comme seule issue est intolérable.
Reste, dans le sillage du linguistic turn et de cette revisitation de l’Histoire, à forger de nouvelles narrations politiques (dans un nouveau vocabulaire politique) capables de penser à nouveaux frais notre Histoire et d’offrir l’espoir d’un changement possible via des moyens crédibles de le réaliser. Un vrai challenge en somme. Un chantier en fait, qu’il faut ouvrir de toute urgence.
--joël jégouzo--.

La fin de la pauvreté ? Un débat historique, de Gareth Stedman Jones, trad. V. Bourdeau, F. Jarrige et J. Vincent, préface de J. Vincent, éditions è®e, coll. Chercheurs d’ère – travaux, avril 2007, 214p., 18 euros, EAN : 978-2-915453-34-8

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories