Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 04:29

expulsion.jpgDu représentant du Préfet au policier sur le terrain, en passant par les pilotes d’avion, l’escorte, les médecins qui établissent les certificats médicaux, Marie Cosnay a interrogé cette longue chaîne mutique du commandement d’expulsion, listant les tâches, les responsabilités et surtout, le degré de conscience des uns et des autres. Du tribunal au tarmac, on découvre une foule de gens et de métiers en charge des expulsions de personnes en situations irrégulières. Une chaîne où les responsabilités sont émiettées, tactiquement, rappelant fort les études des historiens sur le fonctionnement de l’administration française de Vichy en matière de traitement de la déportation, et dont l’efficacité fut louée par l’Administration nazie. Ad nauseam, le morcellement des tâches était déjà l’une des conditions de l’efficacité du système. Cela permettait d’isoler les uns des autres les acteurs de cette servitude, les enfermant chacun dans des tâches routinières et aveugles quant à la réalité de leurs effets, leur loyauté et leur conscience professionnelle faisant le reste…

Même protocole administratif ici, avec en bout de chaîne, le même problème rencontré par l’administration nazie, quand sur le terrain, il s’agit de dévoiler les vraies aboutissements de nos actes collectifs. Ici, sur le tarmac, il s’agit de faire monter les femmes, les enfants, les vieillards, les malades, dans l’avion. Il s’agit de tirer, bousculer, porter. Pas facile pour les policiers des centres de rétention, à qui l’on avait parler d’une population dure et qui ont fini par fraterniser souvent avec ces populations fragiles, juste fragiles. Alors l’administration française a recruté des "gorilles", ainsi que les nomment ces mêmes policiers, qui viennent de loin, débarquent au petit matin et repartent dans la foulée après avoir fait le boulot sans état d’âme. Il faut lire le témoignage de O., policier d’un centre de rétention, la quarantaine, à jamais marqué par la honte d’avoir dû servir en pareille occasion. Il confie l’horreur de voir les enfants arrachés à leurs familles, les mères traînées sur le tarmac sans ménagement, les vieillards bousculés. O. raconte. Les mensonges de l’Administration : quand une expulsion se prépare, les policiers du centre de rétention ne sont pas mis au courant. L’administration leur ment sur leur destination, comme elle ment aux familles. Au pied du mur, on embarque des pauvres gens brisés. Le représentant de la préfecture, dans son témoignage, fait lui-même par mégarde l’association : il ne veut pas qu’on le prenne pour un nazi. Il a raison : il s’agit juste d’une Mémoire honteuse du fonctionnement de l’Administration française, qui conduit des milliers de fonctionnaires à l’abandon de toute responsabilité personnelle face aux conséquences que peuvent entraîner des actes nuisibles exécutés sur ordre de cette Administration.

Marie Cosnay a mis en perspective son enquête, ces témoignages souvent bouleversant, avec les grands textes de la mythologie. De Platon à Ovide. Des textes fondateurs d’un Droit dont il ne reste rien. L’ensemble est saisissant.

  

 

Comment on expulse : Responsabilités en miettes , Marie Cosnay, Editions du Croquant, Collection : Carnets d'exil, 17 novembre 2011, 118 pages, 14 euros, ISBN-13: 978-2914968997.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories