Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 04:04
 
Mileta-Prodanovic.jpg«Nous européens de l’Est », qui naissons avec une trompe et de petites cornes… D’emblée, c’est tout l‘absurde et la drôlerie des écrivains de l’ex-Est qui déferle dans les pages de ces nouvelles. Petites les cornes, certes, mais quand même. Et plus on naît à l’est de l’Est et plus ces cornes sont grandes… Bien que tout le monde se taise sur cette question. D’autant qu’on y pratique l’ablation précoce, à coup de consumérisme effréné, de foi toute religieuse dans le retour de la croissance économique, de lendemains qui, cette fois, dans ce culte divin des objets que l’Ouest a si bien su prôner, chanteraient enfin vraiment… De la nostalgie d’on-ne-sait-trop-quoi à la conscience nécessairement malheureuse, l’auteur rameute tous les poncifs qui ont nourri notre vision de l’Est, n’y ajoutant peut-être que les mains forcément sales des serbes, dont il est, et une pluie de bombes jetées négligemment par les bienfaiteurs occidentaux sur Belgrade, où il écrivit cette suite baroque. De l’Ouest auquel il feint de vouer un culte sans limite, il dessine l’immense mansuétude, et son seul vrai impératif catégorique : la différence pour nécessité existentielle, si possible la plus artificielle possible… Pensées décousues, recousues, compliquant à l’envi le fil du récit, expliquant, réexpliquant, commentant, diagnostiquant, coupant en mille des cheveux déjà coupés en quatre, alcoolique, sentimental, et souvent malade bien sûr, il déploie sans broncher toute l’idiotie du monde occidental, lui déroule son propre tapis rouge, fabriquant pour la cause l’un de ces héros proprement incompréhensible dont les occidentaux raffolent. Des chroniques donc, parfois confuses, qui par une sorte de malédiction masochiste propre à l’est, referment sur elles et pour des générations tout le piège du complexe. La nouvelle qui donne au recueil son titre évoque le loto de la green-carte. Gagné cette fois par un chien serbe que ses maîtres ont inscrit au tirage pour s’accorder une chance supplémentaire. Las, le visa en poche, le chien ne l’entend pas de cette oreille et fier d’être devenu citoyen américain, il revendique haut et fort son droit à rallier sa nouvelle patrie. Un morceau d’anthologie que ce chien bâtard jadis, multiculturel aujourd’hui, devenu d’un coup si crâne de compter parmi la nation la plus courageuse du monde, la plus avancée technologiquement, la plus intelligente. C’est hilarant, plein de digressions, c’est bavard, disert, compulsif, le tout sur fonds de bombardements alliés par le Pacte Atlantique Nord. Et qu’importe que sa niche soit détruite par un missile démocratique : seul compte pour notre nouveau patriote le vrai but de ces bombardements : il faut acheter des tonnes de marchandises chez les commerçants recommandés par les américains… Le chien s’extasie donc devant ces pilonnages du 20h, pour cause d’actualités internationales et d’effets spéciaux dans la nuit noire. Amicales bien que meurtrières, les tonnes de bombes collatérales déversées sur Belgrade pointent la bataille ultime menée par l’Occident pour un monde meilleur. Ah, l’altruisme américain !  A cinq mille mètres d’altitude, les pilotes de l’OTAN s’exercent à tuer des gens dans le noir, illuminant d’espérance notre chien repeint aux couleurs américaines…
 
 
Ça pourrait bien être votre jour de chance, de Mileta Prodanović, éditions Intervalles, coll. Sémaphores, traduit du serbe par Chloé Billon, 19 septembre 2014, 185 pages, 19 euros, ISBN-13: 978-2369560098.

Partager cet article

Repost 0
Published by texte critique - dans en lisant - en relisant
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories