Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2021 2 16 /11 /novembre /2021 09:26

Raconter. Il faut raconter. Ces années noires mais surtout, l'esprit de résistance. «Aucune cause n'est jamais perdue, sauf si on abandonne», répète inlassablement Raymond Aubrac. Ne plus être victime : résister. Et le dire. Le raconter sur tous les tons, tous les supports. Inlassablement. Ici, une BD. Puissant véhicule de l'imaginaire.

Notre héroïne, c'est Madeleine Riffaud. Le volume s'ouvre sur une double page percutante en nuance d'encres bleues. Sombres. Sauf Madeleine posée au milieu d'une foule de soldats nazis en bousculant la perspective pour la rendre minuscule et en souligner la fragilité : comment résister quand on est si vulnérable ? Mais la planche l'affirme par la lumière qui éclaire son personnage. On éprouve toute la fragilité et la détermination du personnage à l'apprécier.

Puis c'est l'enfance de Madeleine qui nous est dépeinte. Depuis Folies, dans la Somme, dès août 1931. Une roseraie. Celle de son grand-père. Madeleine raconte la Somme dans ces années là, son sol jonché de cadavres et d'obus, les enfants insouciants, ses amis, morts dans l'explosion accidentelle d'une bombe de la précédente guerre. Comment effacer un tel souvenir de sa mémoire ? On suit Madeleine d'année en année. Dans le Santerre en juin 1939, non loin d'Oradour-sur-Glane. Puis la Débâcle. Les Stukas allemands, dont on a oublier la cruauté et les exactions, à force d'évoquer une « drôle de guerre » qui n'aurait pas dit son nom. Les civils sur les routes, eux, ne peuvent oublier l'année 40 meurtrière. Madeleine atteindra Amiens, avant de partir pour Grenoble : elle a la tuberculose, il faut la soigner. A Saint-Hilaire, elle croise Roland Barthes dans son sanatorium, découvre Rilke. Les pages sont superbes dans l'expression des solitudes paysagères. C'est là qu'elle adopte un nom de résistante : elle est amoureuse, son ami est résistant, le massif de la Chartreuse, tout proche, est le théâtre des premiers actes de lutte posés dans la région. Mais elle n'a que 17 ans et ne peut y prendre encore sa part. Sa détermination est cependant totale. Avec son compagnon, elle monte à Paris. Entre dans une école de sage-femme, et fait ses premiers pas dans la Résistance : tags sur les murs, collage d'affiches, distribution de tracts. Peu à peu on l'introduit dans ce milieu nécessairement discret. On lui confie des petites missions d'abord : il faut faire circuler l'information, Madeleine est courageuse, inventive, intelligente. Rien ne peut l'arrêter. Le premier volume s'achève alors sur son «cadrage» : Madeleine va devenir une combattante à part entière.

 

Madeleine Résistante, T. 1 La Rose dégoupillée, Bertail, Morvan, Riffaud, édition Dupuis / Aire Libre, d'après des archives de Eloïse de la Maison, août 2021, 23.50 euros, ean : 9791034742752.

Partager cet article
Repost0

commentaires