Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2021 4 18 /11 /novembre /2021 09:31

La Roumanie post-communiste. Alors, la liberté, elle a quel goût ? Nous avons tous en mémoire la fin pitoyable sinon macabre, du dictateur roumain, le 21 décembre 1989. Le génie des Carpates appelait la population au calme. Il dut fuir en hélico. Toutes les fuites en hélico sont pathétiques, sinon tragiques... Nous avons tous en tête également son procès expéditif et son exécution, le 25 décembre et tout cela, juste après la chute du mur de Berlin... Mais qu'est-il arrivé au pays ensuite ?

Romain Dutter et Bouqé sont des ovnis dans la bande dessinée, qui nous livrent un nouvel opus mi-documentaire, mi-récit de vie. Celle de Romain Dutter, qui s'étoffe au fil des parutions. Il est donc parti vérifier, sur place, ce que le pays devenait. Parti sur les traces d'une mémoire ancienne : celle de ce fameux mois de décembre 1989. Et plus encore, celles d'une histoire personnelle, de famille, d'orphelinat. Et comme à chaque fois, il s'investit beaucoup dans son «reportage». Très documenté, histoire de remettre les pendules à l'heure et de nous obliger à rompre avec tous les préjugés qui encombrent notre représentation de la Roumanie. Le voici à Bucarest, le petit Paris des Balkans. Détruite, reconstruite. L'occasion de nous présenter le palais de Ceausescu, le deuxième édifice administratif le plus grand du monde ! Mais Romain Dutter n'est pas homme à ne conter qu'une vieille histoire savante : il vit et nous entraîne à la rencontre de jeunes roumains. De ces engagements qui font une vie. Avec lui nous arpentons Carol 53, le grand squat alternatif de Bucarest, qui rappellerait volontiers le Tächeless de Berlin, juste après la chute du mur, n'était le calme qui désormais y règne. C'est qu'après l'explosion culturelle des années 90, l'élan est retombé comme un mauvais soufflet sous la pression de l'idéologie néo-libérale : les cadres communistes n'ont pas quitté le pouvoir, ils se sont reconvertis en sociaux-démocrates, cette engeance qui partout a ruiné l'Europe des Peuples. La liberté ? Un si vain mot dans leur bouche... N'empêche, Romain Dutter nous offre une belle galerie de portraits, moins pour rendre vivant le récit que pour nous donner à comprendre la Roumanie en elle-même, aujourd'hui.

 

Goodbye Ceausescu, Romain Dutter, Bouqué, Paul Bona, édition Steinkis, septembre 2021, 192 pages, 22 euros, ean : 9782368463246.

Du même, précédemment :

Symphonie carcérale, Romain Dutter, Bouqué - La Dimension du sens que nous sommes (joel-jegouzo.com)

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires