Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 16:06

C'est surtout de l'inégalité patrimoniale dont il est question ici. Une inégalité peu étudiée, alors que 10% des terriens possèdent 70% du patrimoine mondial, les 50% les plus pauvres n'en possédant que... 2% ! Or ce patrimoine est désormais central dans la construction du statut social des individus, à l'heure où se paupérise la société salariale. Des transferts générationnels aux appuis familiaux, dans le contexte de domination sociale qui est le nôtre, on le sait : disposer de solidarités familiales est crucial. C'est en effet à la famille qu'incombe l'essentiel du soutien financier des entrants, comme des sortants de la vie salariale, que ce soit pour l'entrée dans la vie active, la retraite où les périodes de chômage. Sans parler de l'investissement familial pour les études, de plus en plus lourd. On assiste ainsi à la remontée du poids des héritages dans l'économie, à une époque où le rendement du Capital est plus élevé que le rendement du travail. L'héritage est même devenu central dans la dynamique des sociétés capitalistes contemporaines, une sorte de retour aux lois saliques !

Or, les écarts de richesse entre les hommes et les femmes n'ont cessé de croître en France, d'année en année. Au cœur de ce dispositif : la famille, où des mécanismes souterrains empêchent les femmes d'accumuler des biens ou les privent de la partie la plus structurante de l'héritage pour ne leur laisser que celle des compensations. L'étude a porté sur le dépouillement massif d'actes notariés, où se formalisent les arrangements familiaux. Nos auteurs y ont découvert que ces comptabilités intégraient des normes genrées, jamais explicitement exprimées, qui favorisaient les hommes.

Mais l'intérêt de cette étude va bien au-delà. Elle nous force à nous interroger sur les approches sociologiques de Durkheim à Bourdieu, qui fondaient principlament l'étude de la famille sur les liens qu'elle abritait, non ses biens. L'intimité familiale excluait par exemple le rapport marchand de la famille à elle-même. L'héritage était ainsi d'abord perçu comme culturel avant que d'être économique. Mais la famille de Durkheim ou de Bourdieu n'existe plus aujourd'hui. Elle est devenue une institution économique qui contrôle les richesses, les produit et les évalue. Le salariat nous avait donné l'illusion qu'elle était hors jeu économique. Les années 2000 auront finalement battu en brèche le grand récit familial construit par les sociologues des siècles passés. Voire les approches économiques des penseurs d'aujourd'hui : le Capital de Piketty par exemple, ne s'intéressait qu'aux ménages, non à ce qui se passe à l'intérieur du ménage. Or, en France, au bas de l'échelle sociale, les sans-dents ont un visage : celui d'une femme !

Le Genre du capital, comment la famille reproduit les inégalités, Céline Bessière, Sibylle Gollac, La Découverte, collection l'envers des faits, décembre 2019, 326 pages, 21 euros, ean : 9782348044380.

Partager cet article

Repost0

commentaires