Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 15:22

Histoire savante. Particulièrement documentée, fouillée, abondée. Histoire savante, dont la lecture édifie, sur la nullité de ceux qui nous dirigent. Sur la nullité du personnel politique. Sur la nullité de la presse internationale. Sur la nullité des journalistes des médias «autorisés». Relation érudite de cette période peu glorieuse de l’histoire britannique, suspendue à l’aplomb d’une paix qu’elle prétendait inévitable. Même au lendemain de l’invasion de la Pologne, Chamberlain pariant toujours sur un second Munich. Histoire navrante de l’acceptation du nouvel ordre hitlérien par les nations dites libres. Chamberlain à la manœuvre, dédaigneux, balayant d’une main suffisante les propos de son ambassadeur à Berlin : «J’ai l’impression que les gens qui orientent la politique du gouvernement hitlérien ne sont pas normaux. Nous sommes nombreux à avoir le sentiment de vivre dans un pays où les fanatiques, les voyous et les farfelus ont l’avantage». Il n’écoutera plus personne, s’enfermera dans ses pitoyables convictions, pérorera jusqu’à plus soif, symptôme du grand mal qui frappe les hommes de Pouvoir, d’hier comme d’aujourd’hui, butés, emmurés dans leurs arguties imbéciles.

Le 30 janvier 1933 donc, Hitler est nommé Chancelier. Le Herald Tribune, tout comme la presse française, se réjouissent de son arrivée au pouvoir. Seuls les communistes s’en inquiètent. Une semaine après sa nomination, Hitler déclenche les premières persécutions. Les chemises brunes attisent partout la haine et arborent leur violence. Un mois plus tard, au lendemain de l’incendie du Reichstag, Hitler suspend toutes les libertés individuelles.  Il gouverne désormais par décrets. Voilà qui nous est familier en France… Un mois plus tard, il ouvre Dachau et invente le concept de détention préventive pour remplir le camp. Concept avec lequel nous sommes également familiers dans la France de Macron. Un mois plus tard, les premiers commerces juifs sont saccagés. Des foules manifestent à New York et Londres. La presse internationale conspue ces foules agressives, refusent de croire à la réalité des persécutions des juifs ou des communistes, tout comme elle refuse de croire en la violence policière. Les hommes politiques des pays dits «libres» ne bougent pas. L’élite britannique ferme les yeux. On observe que le Reich s’arme. Les gouvernements européens ne bougent pas. Ils lui ont du reste tous vendus des avions de combat. Hitler, lui, pour donner le change, prononce partout des discours de paix… la presse internationale applaudit. Mein Kempf est traduit en France en mai 34. La presse ne s’alarme pas des propos de Hitler dans cet ouvrage. C’est du reste Hitler qui le fera retirer de la vente en France, de peur qu’on ne s’alarme de ses écrits. Il a tort : personne ne le condamne à part les communistes. Et puis la France a d’autres chats à fouetter : elle doit faire face à son déficit colossal et donc réduire son budget militaire. D’autant que la construction de la ligne Maginot a tout absorbé… Cette ligne héritée d’une conception militaire d’un autre âge… Seul Churchill tente d’alarmer en vain les médias et les hommes politiques.  Le 14 octobre 33, Hitler fronce les sourcils et se retire de la conférence sur la Paix. Seul Churchill est conscient du danger. Tout le personnel politique anglais reste convaincu qu’il ne s’agit que d’une manœuvre hasardeuse, mais qu’au fond, l’Allemagne veut la Paix… Hitler est décrit par ces diplomates aveugles comme un homme charmant… Dont on n’a rien à craindre. Ce n’est pas comme Mussolini, l’homme fort de l’Europe, dont on redoute les colères. Ce dernier envahit l’Ethiopie, avec l’aval de la France qui, pour sauver les apparences, décide d’un embargo  de son foie gras vers l’Italie… Puis l’armée allemande entre en Rhénanie, théoriquement occupée… Seul Churchill de nouveau alerte les pays européens. Il n’est pas entendu. Les politiques anglais demeurent fascinés par l’Allemagne nazie. Les jeux Olympiques de Berlin vont renforcer ce sentiment. 100 00 personnes assistent à la cérémonie d’ouverture. 500 000 autres piétinent aux abords du stade. La cérémonie est grandiose. De mémoire de journaliste, on n’avait rien vu de tel depuis Versailles… La veille de l’ouverture des JO, 7 000 prostituées ont été ramenées à Berlin pour satisfaire la presse étrangère ainsi que les visiteurs qui accourent du monde entier. Richard Strauss dirige en personne l’orchestre olympique. 20 000 pigeons sont lâchés. Le Hindenberg survole le stade. Tous les quartiers de Berlin offrent un visage de liesse et de fête. Même si en plein cœur de Berlin a été ouvert ce que l’on nommera après la guerre la Topographie de la terreur : des caves de torture et d’élimination physique des opposants politiques. L’année 37 arrive. L’année Chamberlain. L’Allemagne jouit de son prestige. Son aviation massacre les espagnols. L’Europe se tait. Chamberlain, un homme d’Affaires, pas un politique. Arrogant, sournois, autoritaire mégalomane et finalement, un incapable. Il ne comprend rien, ne veut rien voir, rien entendre, sûr qu’il est de son fait : Hitler n’osera jamais. En 38, Hitler viole l’Autriche. Chamberlain s’accroche à son déni. Vient le tour de la Tchécoslovaquie. La diplomatie britannique est convaincue désormais qu’il faut tout passer à Hitler, si l’on veut avoir la paix. Elle fait même pression sur les Tchèques pour qu’ils cèdent sur la question des Sudètes. La suite, on la connaît… Il ne faut jamais remettre nos vies entre les mains des hommes politiques. Ni jamais croire la presse.

Apaiser Hitler, Tim Bouverie, éditions Flammarion, collection Au fil de l’Histoire, traduit de l’anglais par Séverine Weiss, janvier 2020, 666 pages, 29 euros, ean : 9782081496125.

Partager cet article

Repost0

commentaires