Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2020 4 16 /04 /avril /2020 11:29

L'intrigue, le propos, la construction du roman sont convenus. Portée par de bonnes intentions morales, notre héroïne va transformer son rêve politique en cauchemar totalitaire : celui de la dictature de la vie saine. Nombre d'ouvrages de fiction gravitent désormais autour de ce thème : le retournement des révoltes populaires en totalitarisme. Le syndrome anti-Gilets-jaunes. Une sorte d'anti-giletjaunisation de la littérature française, emportée à son tour par les discours réactionnaires qui ne cessent de proliférer sous le couvert d'une mise en garde abrutie contre le Peuple insurgé, ramené par des sots à sa malédiction de « populace », nécessairement aliénée... Rien que du mauvais donc, dans cet asservissement de la littérature à l'idéologie douteuse d'une bourgeoisie effrayée devant les menaces qu'elle sent poindre contre son leadership. Un asservissement de la chose littéraire qui se traduit ici par la soumission du romanesque à l'intention rhétorique, ordonnant autour d'un discours chétif des fins qui auraient dû l'excéder de part en part. Rien donc, ni dans la construction des personnages, ni dans le fond, la forme, le style, le ton, capable de retenir notre attention. Sinon deux forts préjugés que l'ouvrage refile en contrebande... Le premier concerne justement ces révoltes populaires qui ne tiendraient jamais leurs promesses. Et qui, toutes, tomberaient irrémédiablement dans les écueils qu'elles dénoncent : « (-...)on a oublié que les révolutions engendrent des années de Terreur », écrit l'auteure... La « Terreur », convoquée en majuscule... Le mot n'est donc pas simplement posé : choisi, il fait directement référence à la « Terreur » sur laquelle la Révolution Française serait venue se fracasser. Une Terreur comme inscrite dans ses origines mêmes. Colportant là un préjugé solidement ancré dans l'historiographie de la Révolution Française par des historiens idéologues, et dont personne ne réalise aujourd'hui combien il a été construit. Facticement donc. A peine un mois après l'exécution de Robespierre, pour disqualifier non seulement l'action de ce dernier, mais au travers de lui, toute la Révolution Française, dans ses tenants comme dans ses aboutissants. Voilà donc lâché l'incontournable jugement, très tôt dans le roman : toute révolution ne peut être que l'expression sourde d'un renoncement à la liberté ! Quelle farce ! Et bien évidemment, son acteur tumultueux, le Peuple, ne peut donc s'énoncer que sous une trogne abjecte. Mieux : incapable de penser par lui-même, on le retrouve quelques pages plus loin les yeux tournés vers le ciel, dans l'attente d'un Messie... La référence n'est plus Robespierre ici, mais la dévotion mystique des intellectuels bourgeois à l'œuvre de Carl Schmitt thématisant le salut par le Grand Homme, nazi de préférence... Comme si les Gilets Jaunes, justement, n'avaient pas cassé à jamais ce mythe du Sauveur charismatique, eux qui ont refusé de liquider leur mouvement sous les figures que les médias leur jetaient en pâture pour leaders, avec l'espoir de voir le mouvement enfin détruit sous cette imagerie nauséabonde du Chef.

Les « masses » que l'auteure dessine dans son roman sont à mille lieux de ce Peuple que nous avons redécouvert sous les traits des Gilets Jaunes. Masses fascistoïdes rejetant l'Europe. Ah, l'Europe ! C'est le deuxième grand frelatage de ce roman, qui s'ouvre sur la crise de confiance des populations à l'égard de « l'Europe ». L'emploi du mot n'est pas innocent et porte en lui toute la charge des discours de mépris qui ont vu les intellectuels s'emporter depuis 2005 contre une « populace » incapable de surmonter son égoïsme « naturel » et préférer le repli nationaliste à l'ouverture culturelle... Vraiment ? Les mots ont un sens : l'auteure semble le méconnaître d'emblée, d'emblée prêtant une oreille complaisante aux pires préjugés qui n'ont cessé depuis des siècles d'affliger la Raison... Car dans la réalité, ce n'était pas « la peur de l'Europe » qui défraie, que le refus d'institutions liberticides. Le rejet des européens concerne l'UE, non « l'Europe » ! Qu'il est commode de croire l'inverse ! On chercherait ainsi en vain dans ce roman une critique sérieuse des institutions pourtant anti-démocratiques de l'UE ! Tout comme la seule opposition qu'invente l'auteure est celle des droites nationalistes au projet européen... Comme s'il n'existait pas une opposition intelligente aux institutions liberticides de l'UE ! Comme si ce n'était pas l'UE, justement, qui avait fait entrer la brutalité et le fanatisme dans nos vies ! Son héroïne s'en prend donc aux « ennemis de l'Europe » : des fascistes... Elle a beau jeu alors de conspuer ce moment où les vingt-sept décident de mettre fin à « l'Europe ». Une catastrophe, écrit-elle, quand, encore une fois notre catastrophe a pour nom l'UE... reproduisant un discours construit par les médias depuis près de cinquante ans ! Et les idéologies rances qui nourrissent ces médias, du PS à la Droite libérale... Et cela, sans analyser jamais la responsabilité de la gouvernance européenne... L'héroïne donc, Aurore, dont on notera au passage qu'elle est irréprochable intellectuellement, avec ses lectures cultivées, de Arendt à Xénophon, se retrouve emprisonnée. Mais dehors les choses vont de mal en pie. La misère, la famine même s'abat sur un régime sans consistance. Il est temps de la faire sortir de la prison... Des libéraux -nos sauveurs?- (ans rire), conspirent pour la porter au pouvoir, elle et son beau discours d'une vie harmonieuse, auquel les masses adhèrent... en masse. Ils la fabriquent donc et la portent au pouvoir. Elle, milite pour une vie saine. Alors que l'occident s'effondre et que « les passions populaires » se voient exacerbées. Notez bien l'expression : « les passions populaires»... Comme si le Peuple ne pouvait être autre chose qu'un grand corps malade, livré à ses passions, incapable de les maîtriser ! Des passions violentes bien sûr, primitives... En somme tout ce vocabulaire odieux du mépris des classes populaires soigneusement appliqué depuis des centaines d'années par de prétendues élites jamais à cours d'un prêche ! Présidente, notre héroïne mettra en place « l'eunomie », seule capable de ramener la paix entre les hommes, et bien vite, autour de ce projet de vie saine va se mettre en place une nouvelle dictature. Les pleins pouvoirs, l'état d'urgence, j'en passe de plus ignobles, comme de convoquer cet imaginaire de la réouverture du camp de Theresienstadt, au fronton duquel l'auteure fait inscrire «  L'harmonie rend libre » ! Un vide de sens sous son trop plein de connotations…

 

Diane Ducret, La Dictature, Flammarion, janvier 2020, 510 pages, 21.90 euros, ean : 9782081502352.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories