Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 11:07

«Chaque société humaine doit justifier ses inégalités». Piketty, qui n'a cessé depuis de glisser toujours plus à « gauche », livrait avec son second opus magistral une réflexion passionnante, mais déjà en retrait sur ses prises de position les plus récentes. Cela n'enlève rien à la nécessité d'en discuter les balises : celles d'une société, la nôtre, qui au fond s'enferme dans des discours de plus en plus confus pour légitimer le seuil d'inégalité qu'elle ne cesse de relever jour après jour. Chez nous donc, ce niveau d'inégalité est très élevé. Cela tient, explique Piketty, à cette culture propriétariste, entrepreneurial et mensongèrement méritocratique que la classe politico-médiatique n'a de cesse de promouvoir, au mépris des réalités sociales. Mais voilà, comment construire un discours alternatif ? Et l'imposer, mais sur ce point, Piketty ne dit rien. Comment sortir de cette culpabilisation des plus pauvres qui a aujourd'hui pris des proportions ahurissantes ? Car si naguère les régimes fonctionnaient sur l'idée d'une complémentarité des classes, avec Sarkozy, Hollande, Valls, Macron, nous fonctionnons désormais sur l'idée de l'inutilité des pauvres ! Si bien que la violence qui s'abat sur les classes pauvres est inouïe, mais tue par le conte médiatique qui jour après jour nous abreuve de ses mensonges. Il nous faut donc réviser les tenants de cette mondialisation hyper-capitaliste qu'on n'a nous a vendue depuis les années 1990. Pas vraiment aux yeux du Piketty du Capital, qui redoute encore une telle révision : il faut encore à ses yeux (d'hier?) sauver la mondialisation néolibérale. Comment ? Par l'usage de la raison... L'Histoire et le Savoir au chevet d'un monde «malade». Malade, la mondialisation néolibérale ? Vraiment ? Bien portante au contraire, et parfaitement cohérente avec elle : aller aussi loin que possible dans l'accumulation des dividendes de cette mondialisation, quitte à briser le monde. Mais passons. Piketty propose des solutions, dont celle du plat mille fois réchauffé de l'éducation... Mener un nouveau nouveau combat pour l'éducation... On veut bien, mais tous les combats pour l'éducation se sont soldés au bout du compte par l'instauration d'une école française plus inégalitaire aujourd'hui qu'elle ne l'a jamais été... L'éducation donc, et dessiner les contours d'un socialisme participatif... On dirait du Hamon. Pire, du Ségolène. Pour ce faire, revenir sur l'Histoire. La Grande. D'autres alternatives étaient possibles dans l'Histoire, du passage du féodalisme au capitalisme. Il propose donc d'en reprendre le fil, de scruter les trajectoires inachevées du passé. Il a raison sur ce point là. Repenser 1789 particulièrement, que les élites ont rapidement fait avorter. Et analyser, soutient-il, de très près, ces gigantesques processus d'apprentissage collectif inventés dans l'Histoire. Là, oui, on ne peut que souscrire à son idée. Sauf qu'elle finit mal dans son ouvrage : repenser les conditions du conflit politique, on veut bien. Repenser une théorie de la Justice, on veut bien. Repenser les normes de la communauté nationale, on veut toujours. Mais on ne voit pas comment cette délibération collective à laquelle il aspire pourra voir le jour dans un état désormais militarisé, qui a pareillement verrouillé tout débat démocratique. On se dit là que Piketty passe à côté de tout un pan de l'Histoire. D'autant qu'il enferme sa réflexion dans le seul cadre électoraliste, affirmant à son tour lui aussi des préjugés inféconds, comme celui d'affirmer que le retrait électoral des classes populaires serait le symptôme du retrait de ces classes du jeu politique, ce en quoi le mouvement des Gilets Jaunes lui a donné tort. Car ce qu'il refuse de voir, c'est que le mouvement des Gilets Jaunes aura été justement un gigantesque processus d'apprentissage collectif, comme la France a su en inventer, de 1788 à 1792 par exemple, ou sous la Commune de Paris, ou celle de Strasbourg en 1918-1919. Ce qu'il ne peut pas voir, parce qu'il est resté attaché au préjugé selon lequel l'Idée surplombe des masses incapables de penser par elles-mêmes, incapables d'originer de nouveaux départs. Ce en quoi il a profondément tort : seules les masses populaires inventent les mondes de demain.

Thomas Piketty, Capital et idéologie, éditions du Seuil, septembre 2019, 25 euros, 1088 pages, ean : 978202-1338041

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lapousse 25/04/2020 17:31

Comme tout « bon droiteux qui se Respecte », Piketty ne déroge point aux « règles d’or de la Bourgesoisie » ; ce qu’il veut : apparemment prétendre faussement démythifier et/ou démystifier, autrement poser certaines « assisses » aux Empires Lucratifs de cette même caste !
Il est extrêmement mal venu d’associer le terme « culture » à toutes les variantes possibles des « promoteurs Immobiliers », du mythe totalitaire du « jeune cadre dynamique », de tous ces VRP affiliés à la houlette de l’ OMC..
Certains relèveront comme le fait d’écrire un pavé, émanant d’un soi-disant « socialiste » à propos du « Capital au XXIème »-titre qui n’a nullement été Pensé, au passage- serait un peu comme si un prétendu « humaniste » œuvrait à écrire un ouvrage sur « L’abaissement Illimité des coûts de production, associé à la Mondialisation & au capitalisme ».
Ainsi, chacun mesurera l’entièreté de la Rupture, que cela tienne au « PS », ou au « macronisme », sous prétexte de potentiellement se vouloir en termes de « Cohabitation », ou encore de présumé « équilibre gauche/droite » (transfigurant, par exemple, l’équilibre « budgétaire » entre les entrées, et les dépenses de thune, de pognon, de flouze), étant donné qu’ils sont « parvenus » à nous donner l’Illusion que l’on votait : un coup à goche, un coup à droite…alors qu’en tout état de cause, il ne s’agit que des victoires ininterrompues du « capitalisme » !

joël jégouzo 26/04/2020 12:50

Par "culture", au fond on associe une épistémologie. l'emploi ne m'en paraît pas choquant. Pour le reste, oui, vous avez raison. M'intéresse tout de même ce lente déplacement de son centre de gravité intellectuelle. je suis certainement un peu naïf sur ce point. Il faudra tout de même bien convaincre plus largement autour de nous.