Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 13:24

Le renseignement français ? Une catastrophe si l’on en croit les témoignages de ses différents patrons, recueillis dans l’ouvrage. Entre incompétence et vieilles rancunes… Aujourd’hui encore, du reste, les propos hallucinants tenus par Castaner après la tuerie de la Préfecture de police de Paris laissent rêveur… A lire l’ouvrage se dessine une histoire pitoyable : on a l’impression d’une machine dévoyée, qui brasse beaucoup d’air pour de bien piètres résultats. Et tous les Directeurs qui se sont succédé depuis les années 80 entonnent la même plainte : des services éparpillés, jaloux de leurs prérogatives, sans cesse empêchés par les politiques, qui n’ont toujours pas fait de la prévention des attentats leur pierre angulaire. Car à vrai dire, les moyens et les personnels sont  mis la plupart du temps à la disposition de besognes inavouables : la surveillance du citoyen lambda et/ou celle de l’opposant politique. En France, la question politicienne aura toujours été au centre des actions de renseignement depuis le Rainbow Warrior. Depuis en effet, il s‘agit toujours de surveiller ses adversaires politiques, voire de détourner plus trivialement les services au profit des caprices du Prince : Mitterrand faisant espionner des midinettes en attendant qu’on les lui serve sur un plateau… Et c’était pas mieux à Droite, avec un Pasqua abusant du renseignement pour informer son Parti, voire contrer au sein de ce parti les démarches hostiles à sa personne… Si bien que la France a tardé à prendre au sérieux la menace islamiste, préférant surveiller ses propres citoyens, des cibles plus faciles… Nos fameux Guetteurs n’ont ainsi pas guetté grand-chose : dans l’essai, la liste est longue des ratés et des attentats commis en France sans qu’ils n’aient rien pu éviter. Depuis les années 2 000, la doctrine est ainsi restée la même : l’ennemi est intérieur, et c’est en gros le citoyen français… En outre, la figure type de l’officier de renseignement paraît ne pas avoir beaucoup évolué : non pas l’anglais James Bond, mais le barbouze, moitié truand, moitié préposé, à l’incompétence crasse et au sens civique aboli. Aujourd’hui, sous Macron, cette philosophie a de quoi inquiéter : la France s’est dotée de moyens très conséquents, mais le Big Data du renseignement se voit de nouveau affecté à la surveillance exclusive des citoyens : au passage, on apprend que la DCRI a vu ses missions s’élargir à la surveillance des manifs et des grèves… Au point que l’on se demande si les terroristes ne seraient pas les idiots utiles de l’état français. Alors certes, on mesure les progrès accomplis au niveau des moyens désormais à l’œuvre pour cette vaste entreprise de surveillance. La France a rattrapé sous Macron son retard en la matière. Mais voilà : la philosophie est restée la même : le renseignement ? Ça a sert à asservir les Peuples. Et c’est là tout ce qui devrait nous inquiéter…

Les Guetteurs – patrons du renseignement français, Alain Bauer, Marie-Christine Dupuis-Danon, Préface de Jean-Yves Le Drian, éditions Odile Jacob, mars 2018, 342 pages, 23 euros, ean : 9782738143198.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories