Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2019 4 17 /10 /octobre /2019 09:29

Avec un grand entretien abusivement titré : «A bas la propriété», alors que jamais Piketty ne s’est avancé jusque-là et pour cause : son projet n’est pas révolutionnaire, mais la tentative de sauver ce qui peut être sauvé, dans un «dépassement» du capitalisme qui ne le remettrait pas fondamentalement en cause. Au centre du compte rendu d’Alternatives économiques, l’immense et dernier ouvrage de Piketty : Capital et idéologie (seuil, 2019), fruit d’une vingtaine d’années de travaux menés par une équipe de chercheurs dans nombre de disciplines de ce que l’on considérait déjà comme feu les sciences sociales –j’ai encore en mémoire la réflexion d’un directeur de laboratoire du Collège de France qui me rétorquait il y a une bonne vingtaine d’années : «ça existe encore ce machin» ? Eh bien oui, et plus que jamais, Piketty leur donnant un surcroît de sens en ouvrant sa propre discipline aux apports de l’histoire, de la philosophie politique, de la géopolitique, de la sociologie et on passe, un chapitre entier de son essai, gros comme un livre, renouvelant les possibilités de l’analyse électorale ! On ne saurait donc trop conseiller de ne pas s’arrêter à ce dossier que propose Alternatives économiques, pour se plonger dans la lecture, sinon l’étude, d’un livre majeur de la production éditoriale française.

Sur quoi donc Alternatives économiques a centré son analyse ? Principalement l’idée que Piketty faisait le bilan de la dynamique des inégalités sur une longue période, oubliant peut-être un peu trop au passage l’ouverture géographique de l’essai, particulièrement vivifiante et qui permet de réévaluer les solutions imaginées en France depuis la Révolution française. L’autre volet crucial abordé, et dans l’article et dans l’ouvrage, est celui qui témoigne de l’engagement intellectuel et finalement politique de Piketty : l‘abandon par les partis de  «Gauche» des classes défavorisées -et non l‘inverse : les ouvriers n’ont pas déserté la «Gauche française», c’est elle qui les a expulsés de son champ de manœuvre électorale… Comment le PS est-il devenu le parti des diplômés ? Voilà sur quoi repose tout l’engagement de Piketty, je reviendrai sur cette question plus loin. Toute société, analyse pragmatiquement Piketty, construit sa légitimation des inégalités qu’elle va approuver. La nôtre s’est redéployée autour de l’idée mensongère de méritocratie, par exemple. Et d’un thème plus ancien sans cesse actualisé : celui que Piketty nomme l’idéologie propriétaire, qui s’est mise en place dès la Révolution Française, au moment où le Peuple en fut dépossédé par ses vibrants orateurs… Un discours confinant à la fable, que celui de la propriété comme mode central de régulation des relations sociales, présenté même comme source d’émancipation individuelle. On a vu le résultat : un propos aujourd’hui échoué sur l’injonction lamentable de Macron : devenir tous milliardaires… Piketty rappelle au passage que cette foi dans l’idéologie propriétaire a été telle, qu’au moment de l’abolition de l’esclavage, nos députés ont pensé à voter une indemnisation pour les propriétaires esclavagistes, pas pour les esclaves… L’analyse est fine, convaincante, tout comme le sont les propositions de Piketty pour réaménager le Capitalisme, ce qu’il appelle son «dépassement». Car il y a urgence, nous rappelle-t-il, si l‘on veut éviter une insurrection, voire une Révolution, toujours hasardeuse quant à ses lendemains. On en est arrivé crucialement là avec Macron, mais cela faisait un moment que la France était en marche vers l’affrontement des «élites» contre son Peuple, depuis 1981 très exactement, c’est-à-dire depuis l’arrivée au pouvoir des socialistes… Là a commencé l’abandon des classes défavorisées par les partis dits de «Gauche». Le résultat c’est qu’aujourd’hui, eh bien l’INSEE vient d’en témoigner en publiant hier ses statistiques sur l’étendue de la pauvreté en France : son taux a explosé, avoisinant les 15% de la population quand, dans le même temps, la fortune des plus riches explose elle aussi… Quant aux solutions explorées, elles sont toutes jouables, dès le cadre national, demain. De bons sens, d’équité qui ne grèverait pas beaucoup les plus fortunés, au fond celles de feu l’état Providence, certaines rappelant l’héritage gaulliste, ce «vieux truc gauchiste» du Général de Gaulle, comme disait Pompidou à propos de son idée de «Participation», approfondie ici, pour faire des salariés les propriétaires pour moitié de leur outil de production. Rien qui ne soit impossible donc. Seule condition : gagner les élections… Et c’est là que le bât blesse. D’abord parce que notre système électoral ne peut être analysé uniquement dans le cadre des institutions électorales : les médias par exemple, sont l’un de ses acteurs les plus décisifs. Tout le monde se rappellera l’injonction de Libération au matin du second tour : «Votez pour qui vous voulez, mais votez Macron»… Aux moments cruciaux, tous les médias auront à cœur de faire perdre l’élection à ce front de Gauche qu’espère Piketty, si tant est qu’il puisse exister : on se rappelle aussi que la candidature Hamon, que soutenait Piketty, fut l’obstacle majeur à l’élection de Mélenchon… Mais encore : la répression sociale féroce mise en place par Macron est aussi l’une des composantes du système électoral français et doit être analysée comme telle. Tout comme la désertion électorale des classes défavorisées. Enfin, Macron, dans l’analyse qu’en fait Piketty, dépasse le cadre de son électorat «inégalitaire-internationaliste», soit ce fameux quart qui l’a fait élire : son OPA sur le camp de la Droite classique est en passe de réussir, tout comme son OPA sur la droite réactionnaire, voire son OPA sur les terres de l’extrême droite. Macron rassemble autour de lui désormais le «camp bourgeois», auquel s’est ralliée cette gauche socialiste qui a expulsé les classes populaires de son champ électoral… Un camp qui va des socialistes à l’extrême Droite ! Mais qui maintient l’épouvantail de l’extrême Droite comme possibilité non seulement de repoussoir, mais de solution temporaire : ce camp pourrait bien faire élire l’extrême Droite, à sa botte également, juste le temps de rappeler les français à l’ordre bourgeois, tout comme Hitler représentait aux yeux des sociaux-démocrates de Weimar une solution : après l’épisode de l’extrême Droite au pouvoir, même un Sarkozy pourrait y revenir…

Le Monde selon Piketty, Alternatives économiques, octobre 2019, n°394, 4.90 euros.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories