Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2019 2 08 /10 /octobre /2019 08:08

Quatre générations de femmes. Dans cette région du bassin méditerranéen en proie depuis des siècles aux plus extrêmes violences. Quatre générations de femmes qui tentent, qui ont tenté, non seulement de survivre mais d’être au monde dans la dignité que tout être au monde mérite. Quatre vies, chaque fois la suivante recommençant la précédente, nostalgiques de la première et «du temps où (elle) n’était pas encore là», advenue au monde. C’est l’histoire de quatre vies qui viennent buter sur la dernière, interrogeant nos êtres, nos mondes, nos espérances : «combien de mes naissances dois-je encore pleurer avant de pouvoir être au monde» ? Arméniennes, chrétiennes, ici dans les bras d’un musulman, là d’un juif, en Turquie, au Liban, en Syrie, en Israël, quatre vies ravagées par ces guerres qu’elles n’ont pas choisies, par ces massacres qui en circonscrivent la fortune. Qayah, Qana, Qadar, Qama, aux noms  dédiés ou rapportés, racontent ce qu’elles ont enduré, mêlent au récit leurs voix tandis que le roman s’évertue à les croiser pour mieux les donner à comprendre, soustrayant aux personnages leurs témoignages pour en souligner les écueils, la beauté, la force. Quatre vies d’espérances bafouées, de rêves reconquis, chaque fois, jamais abandonnant, même au plus fort de l’horreur, quand partout gisent les cadavres dont l'existence semble passer celle des vivants. Et c’est aussi l’histoire des villes qui ont accroché l’Histoire. Alep, Jérusalem, Beyrouth, Aïntab, cette ville arménienne où tout commence, que les turcs envahissent pour y exécuter les pères, les frères. C’est l’histoire des déportations, des marches de la mort à travers les déserts et le silence de l’occident, de l’orient, des hommes de pouvoir -et de discernement pourtant. C’est l’histoire de toutes les femmes, de toutes les fillettes, que l’on viole en temps de guerre partout dans notre monde. C’est l’histoire de femmes qui doivent se construire dans l’horreur des guerres de rapine et qui ne peuvent croire ni à la liberté ni au libre arbitre. Mais c’est aussi l’histoire de solidarités ahurissantes entre juifs, chrétiens, musulmans. Une histoire des peuples sous la domination d’états féroces. Non pas donc l’histoire de batailles glorieuses, mais de cette défaite des grands hommes face à l’inhumanité de leurs décisions. C’est l’histoire du Pouvoir politique qui a fait de notre monde un gigantesque cimetière. C’est l’histoire de la misère dans laquelle ce Pouvoir a confiné des milliards de gens pour mieux les assassiner. A travers quatre destins qui s’entrecroisent et se répondent, où l’on découvre une mère arménienne obligée de danser autour des cadavres de ses enfants, où l’on marche dans une ville palestinienne peuplée exclusivement de cadavres. C’est l’histoire des conséquences de la Première guerre mondiale, de la Seconde, des révolutions iraniennes, de la guerre israélo-palestinienne, de la guerre du Golfe, de celle du  Yémen, de celle d’Irak, de celle contre les Kurdes et qui vous prennent à la gorge et qui  vous donnent juste l’envie de pousser un cri : stop ! Ces guerres sont les vôtres, pas les nôtres !

 Joumana Haddad, Le Livre des reines, Jacqueline Chambon, traduit de l’anglais par Arnaud Bihel, septembre 2019, 270 pages, 22 euros, ean : 9782330124892.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories