Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 06:04

Afrique du Sud. Un quart des femmes y sont maltraitées. Tous les jours, trois d’entre elles meurent, battues à mort. Maria est l’une de ces femmes. Mais ça a bien fini pour elle : son mari est mort avant de la tuer. En plein Karoo, elle peaufine ses confitures. Cuisiner, sa consolation. «Existe-t-il des plats sur lesquels on peut compter, davantage que sur des amis, des parents ?» Il semble bien que oui, pour peu que l’on veuille être honnête avec soi-même… Maria est une tannie qui aime cuisiner, pour son prochain, pour elle-même. C’est sa manière à elle de porter sans cesse secours au genre humain : lui préparer de bons petits plats. Elle tient du reste une chronique dans le journal local. Hattie, sa meilleure amie, qui dirige la rédaction du journal, lui rend visite justement à ce propos : le magazine veut se passer des recettes pour ouvrir un courrier des lecteurs. Se passer des recettes… Mais c’est toute la vie de Maria, ça ! Comment pourrait-elle s’en passer ? Et se reconvertir dans le conseil aux amoureux, éperdus ou éconduits ? Hattie songe pourtant sérieusement à la recaser là. Et l’une et l’autre entrevoit finalement cette reconversion et le parti qu’on pourrait en tirer : quels meilleurs conseils que proposer des recettes ? C’est décidé. Le courrier prend très vite une place folle au sein de la rédaction. Les lecteurs raffolent des recettes de Maria qui accompagnent ses conseils bienveillants. Elle reçoit tous les jours des tonnes de lettres, dont celle d’une femme, anonyme mais baptisée la femme aux canards quand celle-ci dévoile que son mari vient d’abattre les canards qu’elle chérissait. La femme aux canards redoute de subir le même sort et effectivement, elle disparaît de la circulation. Maria soupçonne aussitôt le mari et s’en épanche à l’enquêteur, pour qui elle nourrit bientôt une vive émotion. La mort de la femme aux canards est emplie de mystères, sur lesquels Maria et Hattie enquêtent. Persuadées tout d’abord que le mari est le coupable. Mais l’affaire se complique. Le récit épouse alors tout à la fois les péripéties des découvertes des deux femmes, parfois au péril de leur vie, et ces petits détails de la vie ordinaire où s’amarrent nos existences. Et tout l’ensemble est composé dans une subtile et nonchalante mise à plat ravivant la matière romanesque jusque dans ces silences des personnages occupés à leurs occupations domestiques. Tout est posé sur le même plan, toutes les porosités, toutes les aspérités, tous les détails d’une vie simple entrecoupées de recettes élégantes. Y compris cette histoire d’amour, la cinquantaine passée, entre Maria et l’inspecteur, qui vient comme fleurir un récit touchant. Le personnage de Maria y prend alors toute sa dimension, immense, même si le mot est trop fort et ne convient en rien à cette humanité qu’il porte, si empreint de grandeur dans sa simplicité.

Recettes d'amour et de meurtre, une enquête de Tannie Maria, Sally Andrew, Flammarion, traduit de l'anglais (Afrique du Sud) par Rose Labourie, juin 2017, 486 pages, 19 euros, ean : 9782081376588.

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans en lisant - en relisant
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories