Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 06:54

La tomate d’industrie… Celle dont on fait du concentré. Par milliards de tonnes et pour des milliards de dollars de bénéfice. La tomate oblongue, modifiée génétiquement, à la peau nécessairement dure pour être convoyée d’un bout à l’autre du monde sans dommage. Celle dont la consommation ne cesse de croître, qui entre dans la composition de tous les plats préparés, de toutes les sauces, celle qui est partout dans notre alimentation jungle food, sans qu’on le sache. Celle dont personne ne savait, jusqu’à cette enquête, d’où elle venait. Tomate de Chine désormais, que le peuple ouïgour (musulman) ramasse chaque jour à la tonne. Des millions de tonnes, le sac de 25 kg payé 30 centimes d’euros. Celle que les familles de cette minorité musulmane s’échinent à collecter chaque jour, bourrée d’hormones, arrosée de pesticides interdits dans l’UE. Celle que les industriels ne lavent pas : à peine est-elle poussée par des jets d’eau puissants qui ne prétendent pas même la débarrasser de ses pesticides, pour être précipitée dans des cuves qui vont la broyer et en sortir une pâte épaisse. Celle qui sait n’emmagasiner que très peu d’eau. Compacte. Pour donner une pâte bien épaisse. Ramassée par des cohortes d’enfants de moins de dix ans. Dociles. Ou des femmes enceintes. Ou des mères dures au labeur, harnachées de leur bébé sur le dos, à genoux entre les plants de l’aube à la tombée de la nuit. Celle que les gamins ont le droit de dévorer si elle est à moitié pourrie en bordure de la zone de « cueillette ». Drôle d’expression au demeurant, pour évoquer ce fruit douteux gorgé de fongicides, de défoliants, de DDT, d’exfoliants, de napalm… Les bras des enfants cueilleurs brûlés par cette chimie meurtrière. Tomate sans jus destinée à nos pizzas, à nos sauces, au fameux ketchup de Heinz. Des milliards de tomates oblongues chargées nuit et jour par des norias de camions. Déversées par milliards dans ces usines qui les transforment en pâtes insipides : le goût viendra après, fabriqué selon les saveurs préférées des pays de destination. La tomate chinoise donc. Ou de Californie. Deux régions qui ne peuvent se passer des populations fragiles pour cultiver (le terme est impropre) leurs tomates industrielles, mortellement saturées de chimie. Un marché de rapines, de dérégulation et d’agriculture toxique. Un marché sur lequel l’armée chinoise a fait main basse !

Il faut lire cet essai, d’un bout à l’autre passionnant et ahurissant. Où tout commence dans la région de Wusu, en Chine. Le Kazakhstan n’est pas loin. Les travailleurs clandestins nombreux. Des femmes, des enfants. C’est ça, le ketchup : l’esclavage moderne des enfants. A genoux dans d’immenses champs aspergés jours et nuits de produits chimiques. Juste la fatigue et la mort qui rôde sous un soleil de plomb. C’est ça, le bon goût du hamburger, des pizzas industrielles, des sauces préparées : des femmes accompagnées de leurs petits qui suivent leur progression dans ces champs de la mort, pour 1 euros par jour. C’est ça qu’il faut comprendre, d’abord ! Des ouïgours essentiellement. Peuple musulman méprisé par Pékin.

Derrière les champs il y a les grandes firmes internationales qui se battent pour les milliards de bénéfice que ce commerce génère. Discrètes. Secrètes. Il a fallu mener une enquête de plus de dix ans à l'auteur pour parvenir à suivre ce circuit de la tomate industrielle dans le monde. Depuis ces fruits impropres à la consommation jusqu’à ces usines sans scrupules qui, en France par exemple, rachetées par des chinois les répandent sur le marché français sous formes de concentrés divers…

Parmi ces firmes, Cofco Tunhe. La numéro 1 mondiale. Chinoise. Entre les mains de l’armée de Pékin. Elle fait partie des 500 plus puissantes multinationales dans le monde. De celles qui dictent nos lois. La tomate l’a enrichie et depuis, elle a étendu ses activités au pétrole, aux céréales, aux denrées agricoles –le terme est impropre : cette agriculture-là n’a rien à voir avec la terre nourricière. La Cofco, c’est 15 usines géantes en Chine. La plupart au Xinjiang. Pauvre. Elle fournit les champs et la main d’œuvre. Pauvre. Et livre ses tonnes de pâtes de tomate à Heinz, Campbell, Nestlé, Mc Cormik, Ducros, Vahiné, etc. … Et accessoirement son sucre à Coca-Cola et son lait à Danone. A toute épreuve ce lait, chimiquement parlant bien sûr… Et pour ce qui est de la tomate, elle fournit le tiers de la production mondiale de concentré de tomate, à destination de 80 pays. Dans les champs qu’elle supervise, les enfants ont le droit de travailler dès 5 ans. Ceux de plus de 13 ans sont considérés comme des travailleurs adultes et traités comme tels. C’est ça qu’il faut savoir, quand on balance son ketchup sur ses frites.

Et ça, c’est le miracle chinois. Industriel uniquement ? Pensez-vous ! La Chine est devenue le 1er producteur mondial de blé, de riz, de pommes-de-terre (irradiées). Et voilà qu’elle s’attaque à la tomate… Chacune de ses usines produit plus de 5 200 tonnes de concentré de tomate par jour. Championnes du super concentré même. De la pâte conditionnée en baril, exactement comme le pétrole… Du coup, son appétit ouvert, la Chine s’est mise en quête de rachats partout dans le monde. A Camaret-sur-Aigues par exemple, Cofco a racheté une usine de production de concentré de tomate : Le Cabanon. La principale usine de production de sauce tomate pour la France. Qui désormais nous revend sous son appellation provençale les tomates du Xinjiang bourrées de pesticides, en toute légalité et sans qu’il lui soit fait obligation de le mentionner sur ses étiquettes. Au Cabanon, les ouvriers ont vu un jour débarquer des généraux chinois en grand uniforme. Ils venaient racheter leur outil de production. Depuis, silence radio : les barils made in china sont cachés dans un coin discret, les ouvriers ne savent pas de quoi cette pâte est faite, dont ils doivent sortir de jolies sauces provençales. Partout dans le monde, les militaires de Cofco ont pour mission de racheter les conserveries nationales, pour les mener manu militari vers la grande victoire économique finale de Cofco, bien au-delà des 28 milliards de dollars de chiffre d’affaire annuel de l’entreprise...

L’Empire de l’or rouge, Jean-Baptiste Malet, Fayard, avril 2017, 286 pages, 19 euros, ean : 978-2-213-68185-6.

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories