Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 10:26

Luc Ferry, ancien Ministre De l’Education Nationale, philosophe, s’est interrogé d’une curieuse manière sur l’économie dite collaborative, en prenant pour modèle achevé de cette forme d’organisation airbnb, sinon Uber, et en posant essentiellement la question de savoir si elle traduisait une fin du capitalisme, oubliant au passage que, plutôt que d’inscrire une sortie du modèle capitaliste, cette économie collaborative s’était d’abord consignée dans une attitude de défiance à l’égard du fonctionnement du modèle capitaliste dans ses dérives néolibérales. Défiance quant à nos consommations alimentaires par exemple, et ces produits clairement empoisonnés sortis tout droit de l’industrie agro-alimentaire française, défiance ouvrant à une réflexion éthique et politique pour chercher, ici, maintenant, des solutions partielles à l’intérieur d’un système mortifère, sans lui tourner pour autant le dos. Economie de solutions donc, de fonctionnalités, l’économie collaborative s’est ainsi développée dans les plis du système capitaliste, dans ses interstices, non pour le révolutionner mais pour ne pas en subir trop frontalement les conséquences funestes. Un aménagement en somme, en attendant des jours meilleurs. Il s’agit ainsi plus d’un tissu économique en peau de léopard où privatiser quelques moments de sécurité et de libertés, que d’un modèle alternatif et moins encore d’une rupture. En outre, son périmètre sociologique, pour peu qu’on veuille bien en tenir compte, révèle à soi seul ses conditions de faisabilité et les bornes de son horizon politique. Qui ne sont en rien celles de l’uberisation du monde justement. Car avec Uber, on a affaire à un modèle beaucoup plus obsolète que ne l’imagine Luc Ferry et qui renvoie plutôt à celui de l’esclavagisme. Sur ce point, son enthousiasme trahit les limites d’une approche exclusivement philosophique, qui aurait besoin d’un sérieux correctif sociologique. Prenons Uber. Luc Ferry évoque la concurrence singulière faite aux chauffeurs de taxi comme le symptôme de sa geste, attisant les foudres de ces derniers, conçus comme représentants d’un vieux monde, leur révolte s’apparentant à son idée à celle des canuts contre les machines, sincères mais déjà condamnée par l’histoire en marche. Mais dans la réalité, qu’avons-nous ? La colère des chauffeurs de taxi contre cette concurrence déloyale n’était pas le phénomène social le plus intéressant à observer dans le cas d’Uber. En grève, les chauffeurs de VTC ont mieux révélé la logique de ce modèle : celle d’un esclavage moderne. Ils parlent du reste d’humiliation, d’un rapport salarial effarant, travaillant pour 3,75 euros de l’heure pour un patron qui peut les jeter, littéralement, du jour au lendemain sans avoir de comptes à rendre à quiconque… La marchandisation de la vie aboutit au fond à cette forme d’assujettissement dont on voit mal en quoi elle constituerait une avancée. Pour le reste, en prenant airbnb pour parangon, Luc Ferry là encore manque de recul sociologique pour en analyser la vraie dimension : imaginez des appartements des « tecis » en ligne sur la plateforme… Vous comprendrez alors le sens de l’offre mise en place et ses limites. La marchandisation de la vie est pour l’essentiel un retour à une forme d’économie servile pour les plus pauvres, un agrément pour les plus riches.

 

PENSER LE XXIÈME SIÈCLE - LA TROISIÈME RÉVOLUTION INDUSTRIELLE - LUC FERRY

ÉCONOMIE COLLABORATIVE, TRANSHULANISME ET UBERISATION DU MONDE

Direction artistique : Claude Colombini et Patrick Frémeaux / Editorialisation : Lola Caul Futy

Label : FREMEAUX & ASSOCIES

Nombre de CD : 4

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Angelilie 24/02/2017 21:46

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.

joël jégouzo 25/02/2017 09:23

Bonjour Angelilie, et merci pour cette invitation à poursuivre et mieux faire encore. Belle journée à vous !

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories