Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 08:32

Frances E. Jensens est neurologue, spécialiste des études du cerveau. Elle a passé sa vie tout d’abord a étudié le cerveau des enfants en bas âge, puis celui des personnes âgées. Jusqu’au jour où, confrontée aux deux adolescents qu’elle avait à la maison, elle s’est sentie dépassée par leur comportement. Plongeant dans la bibliothèque des neurosciences de Harvard, elle s’est rendue compte qu’en fait le cerveau des adolescents n’était quasiment pas étudié. Jusque-là, les spécialistes des neurosciences partageaient le préjugé selon lequel, au fond, le cerveau des adolescents ne différait pas de celui des adultes. Elle décida alors de se jeter à corps perdu dans son étude. Pour découvrir que ce cerveau n’était en rien comparable au cerveau des autres âges de la vie. Ce qui le distingue ? Le cerveau humain semble se développer d’arrière en avant et du coup, les lobes frontaux sont les derniers à être mis en chantier, alors qu’ils sont le siège du jugement, de la décision, du contrôle de l’émotion. Soumis au bombardement hormonale de l’amygdale et de l’hippocampe, la fonction dite exécutive du cerveau humain n’a que peu de chance de n’être pas submergée jour après jour par ce déferlement d’émotions qui caractérise si bien le monde adolescent. Cela dit, si le câblage du cerveau humain est progressif et si celui de l’adolescent manque de matière blanche, il dispose à profusion de matière grise et, selon les termes des spécialistes de neuroscience, est ainsi configuré pour apprendre, disposant de capacités littéralement inouïes pour cela, des capacités dont plus jamais le cerveau humain, malgré sa plasticité, ne disposera ! L’adolescent connaît en quelque sorte l’âge d’or du cerveau humain, de quoi se convaincre de l’aider à mieux disposer d’une telle félicité. L’étude de Frances Jensen est donc suivie de conseils à l’égard des décideurs qui ont en charge leur éducation et d’informations pratiques, voire d’un guide de survie à l’attention des parents d’adolescents, tout ce qu’il y a de plus réjouissant. Elle y revient bien sûr sur la question sensible du sommeil, de l’exposition aux écrans, mais insiste surtout sur le problème du stress, dans un contexte sociétal qui ne cesse de le renforcer, au risque de porter préjudice au processus de maturation du cerveau. Car toutes les études désormais le montrent : dans cette maturation du cerveau adolescent, l’environnement est de loin le facteur le plus déterminant. Or de ce point de vue, la responsabilité des politiques est immense. Frances Jensen milite ainsi depuis pour que l’école soit réformée, ce dont elle a pu convaincre une ville américaine, où les résultats ont engrangé de spectaculaires progrès. Pour le reste, en France par exemple, on attendra vraisemblablement les calendes pour qu’une réflexion de fond s’organise sur ces questions…

Le cerveau adolescent, Frances E. Jensen en collaboration avec Amy Ellis Natt, traduit de l’américain par Isabelle Crouzet, J.C. Lattès, mai 2016, 346 p., 20 euros, ean : 9782709650403

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories