Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 08:19
Calais, toute cette honte française qu’il reste à boire !

En février 2016, les éditions Actes Sud publiait un petit opuscule pour alerter et secourir en même temps (les bénéfices de la vente de l’ouvrage étant redistribués aux associations en charge du problème) les migrants de Calais. Fin 2015, la Jungle de Calais en comptait près de 6 000, contraints de vivre dans des conditions si invraisemblables, que le Conseil d’Etat lui-même avait fini par condamner le gouvernement Valls, coupable d’exposer les migrants à des «traitements inhumains ou dégradants». Qu’on en juge par soi-même : la seule réponse apportée avait été de faire livrer 25 containers capables d’accueillir chacun 12 personnes, soit un espace vital réduit à 1,16m2 par personne, alors que de nombreuses familles avec enfants attendaient désespérément un logement décent. Pire : le gouvernement avait juste construit un camp clos par des barbelés et encerclé par les CRS, qui ne comprenait que 80 toilettes pour 6 000 personnes, pas de douches, pas de cuisines, juste quelques robinets, pas d’enlèvement des ordures, tandis que la société Eurotunnel inondait une partie de ses sites pour dissuader les migrants de rallier l’Angleterre. Partout les ONG déploraient que l’eau stagnait, que les rats pullulaient, qu’il n’existait aucune hygiène, qu’il était impossible de se laver, de laver son linge ou de le faire sécher pour les plus débrouillards. Et quant à l’intérieur du camp, il était livré purement et simplement à la barbarie d’hommes abandonnés à eux-mêmes et aux maffias locales ! Imaginez : en janvier 2016, le gouvernement n’avait trouvé comme seule autre solution que de disperser les réfugiés. Il n’en restait plus que 2000. Aujourd’hui, la Jungle de Calais compte plus de 10 000 réfugiés ! Qui vivent dans les mêmes conditions dégradantes. Il y a trois jours, de violents affrontements les ont opposés aux forces de l’ordre, qui n’hésitent pas à gazer tout le camp où vivent pourtant de très nombreux enfants et se contentent de maintenir un check point aux deux accès, sans se préoccuper de ce qui se passe à l’intérieur. Or, on ne compte pas les mineurs isolés qui survivent là, dans la troisième plus grande ville de la région ! Que penser de cette infamie, sinon qu’il y a, et massivement encore, une vraie mise en danger de populations déjà traumatisées par les guerres qu’elles ont été contraintes de fuir ? 10 000 personnes, une goutte d’eau rapporté à la population française, et pour lesquelles on se refuse à trouver une solution simplement digne ! On ne nous fera pas croire que l’état français ne peut assumer cette charge, qu’il n’assume du reste pas, puisque ce sont des bénévoles qui s’en chargent ! Un état qui s’est, soit dit en passant, engagé auprès de l’UE et du Haut Commissariat aux Réfugiés à accueillir 30 000 réfugiés d’ici 2017, et qui jusque-là n’en a accueillis que… 1000 ! Un état qui s’est engagé à «récupérer» des centres d’enregistrements italiens et grecs 2375 réfugiés, et qui n’en a accueillis que 169 ! Ce serait une honte, si l’abjection n’était en réalité le vrai terme de cette position !

Bienvenue à Calais, Marie-Françoise Colombani, Damien Roudeau, Actes Sud, février 2016, ean : 9782330062569.

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories