Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 12:32
Benjamin Stora, Alexis Jenni, Les Mémoires dangereuses

De l’Algérie française à la France postcoloniale, qui a réactivée aujourd’hui tous les discours racistes des années 1950 sur l’impossible assimilation des populations issues des cultures maghrébines… Avec une rare pertinence, Benjamin Stora décrypte les origines coloniales des thèmes racistes, identitaires, qui ont envahi la scène publique contemporaine. Passant au crible l’histoire et la recomposition historique du FN bien sûr, mais ouvrant la réflexion à de plus vastes ambitions. Celle d’une réconciliation (presque) impossible entre ces générations montées les unes contre les autres, celles des jeunes français d’origines algériennes, ghettoïsées, et celles des rapatriés d’Algérie et de leurs enfants, enfermées, toujours, dans un désir de revanche. Ils sont ainsi des millions à se faire face dangereusement, dans la France d’aujourd’hui. Près de dix millions pour être exact, qu’une classe politique irresponsable maintient en état d’affrontement, la plupart du temps pour des raisons électoralistes. Quand il faudrait agrandir le périmètre géographique de notre histoire pour la rendre vraiment commune aux enfants issus de l’immigration algérienne. Quand il serait plus pertinent d’en finir avec l’idiotie intellectuelle d’une identité française originelle qui n’a au demeurant jamais existée. Quand il faudrait avoir l’audace de rallier l’autre rive de la Méditerranée, constitutive de notre histoire, pour réécrire notre grand récit national. Quand il faudrait avoir le courage de réaliser que la redistribution des espaces urbains, en France, s’est faite selon ce vieux modèle colonial. Quand il faudrait l’énergie d’aider les enfants d’immigrés à repenser leur propre trajectoire. Quand il faudrait avoir la bravoure de se défaire de ce marqueur infâme que nous avons promu au rang de déterminant historique : celui de la religion. Quand il faudrait avoir le cran de restaurer des transmissions, plutôt que de les rompre.

L’imprégnation coloniale de la France. C’est la thèse forte de ce livre. Qui montre combien les origines du FN sont coloniales avant que d’être racistes. Qui montre combien notre mémoire est en souffrance et comme telle, incapable de nous faire entrer dans une Histoire commune. Qui montre combien notre représentation politique est coupable de n’agiter pour tout imaginaire publique que celui de la violence. Violence qui n’est au fond désormais rien d’autre que le mode de fonctionnement inouï de la république française. On le voit s’exprimer au grand jour, ce mode de gouvernement, sous présidence socialiste, avec ses violences policières ahurissantes qui frappent jour après jour la Nation Française, dessinant les contours d’une nouvelle frontière idéologique dont les racines plongent dans cette France coloniale que l’on croyait défaite. L’imprégnation coloniale, dont le FN est l’expression la plus achevée de notre système politique, promouvant jour après jour un modèle sociétal d’exclusion, d’intimidation, de domination dont on voit comment il contamine toute la pensée politique contemporaine, verrouillant la société civile sur une problématique de revanche destinée à la forclore durablement de toute vie publique…

Les Mémoires dangereuses, Benjamin Stora, Alexis Jenni, suivi de Transfert d’une mémoire, Albin Michel, janvier 2016, 232 pages, 18 euros, isbn 13 : 978-2-226-32025-4

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories