Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 08:18
Bastille, la victoire fielleuse de Valls

Tout était honteux hier à Bastille, hormis l’intervention de Nuit Debout, sur laquelle je reviendrai. Le dispositif policier tout d’abord, sur-dimensionné cette fois. Dès 10h du matin, les bus contournaient Bastille, voire tous les quartiers limitrophes. Le 87 par exemple, que j’ai emprunté et qui descendait de Saint-Germain, nous a déposé à la hauteur du marché Mutualité. A pied, on pouvait croiser dès le quai des Célestins, un peu avant le quartier Saint-Paul, des escadrons de CRS qui stationnaient en réserve. Le Boulevard Henry IV était fermé à la circulation. 2 escadrons de CRS, 2 escadrons de Gardes Mobiles y stationnaient, ainsi qu’une noria invraisemblable de camions de grilles anti-émeutes. Toutes les rues adjacentes à Bastille peu à peu se verrouillaient. Dès 11h des check points étaient opérationnels. Les CRS, Gardes Mobiles, et autres CDI se voyaient distribuer leurs gazeuses, individuelles ou familiales, leurs boucliers, leurs grenades. Rations généreuses. J’ai tenté de faire le tour de ce dispositif choquant. Un escadron de chiens d’assaut prenait position dans une petite rue discrète, le canon à eau arrivait. Dès 11h30, la plupart des check points autour de Bastille étaient en place. Valls venait de rétablir les frontières : impossible à présent d’accéder à la place sans passer par une fouille humiliante. Quiconque portait sur lui une écharpe ou un casque devait choisir : la ou le laisser au poste frontière, ou se voir interdire l’accès à la Place… Les CRS négociaient le plus grand vestiaire de leur histoire… Mais quiconque tentait de passer avec un masque ou du liquide physiologique se voyait arrêter, menotté, embarqué ! Une centaine d’arrestations arbitraires ont ainsi été effectuées par les forces de l’ordre, dont ce postier, dont la vidéo circule sur les réseaux sociaux, menotté et emprisonné parce qu’il avait dans son sac des lunettes de soleil «non-conformes»… J’ai vu des jeunes gens poussés derrière les camions de la police, rue de la Roquette, contraints de se mettre en slip. Boulevard Richard Lenoir, les flux ininterrompus de manifestants devaient patienter au bon vouloir d’agents plus ou moins zélés. Car l’ensemble était brouillon, sans ordre bien établi : ici on passait avec drapeaux et sacs à dos, là, niet. Rue Saint-Antoine, 30 militants CGT se sont vus refuser l’accès à la place au prétexte qu’ils arboraient des drapeaux... Devant l’agacement du groupe et le rassemblement des mécontents de l’autre côté de la frontière, un adjudant responsable de la position a fini par laissé passer tout le monde sans fouille, tandis qu’une rue plus loin une jeune femme se voyait refoulée parce qu’elle refusait de se soumettre à une palpation… Curieuse ambiance du coup, des flics partout, la BAC parano qui errait parmi les manifestants en traque de profils «louches»… 3 jeunes porteurs de sacs à dos furent ainsi pris en chasse, tout près de la tête de manif qui se mettait en place. Pour rien : leurs sacs vidés, il ne restait sur le trottoir que des mouchoirs en papier et quelques livres séditieux à leur reprocher.

Bastille, la victoire fielleuse de Valls

Drôle d’ambiance, celui d’un drôle de siège, avec ses flics paranos et de très nombreux autres, soulagés : ça allait être une partie de plaisir finalement, cette foule docile, qui arrivait en flot continue, du moins ceux qui parvenaient à passer les barrages, innombrables à présent –jusqu’à quatre dans certaines rues ! En tête de cortège, une ligne de flics et les S.O. de la CGT et de F.O. qui tenaient gentiment leur fil anti-débordement par la main. Martinez en guest star, assailli par une foule de journaliste, le leader de FO derrière, moins sollicité et puis les inévitables voitures-ballons des fédérations. Les syndicats renouaient avec leur vieille tradition inoffensive du ballon-merguez. Et tout ce petit monde s’est mis en branle pour filer la parade accordée par Valls. Tandis que des milliers de manifestants ne parvenaient pas à rallier la place. Le tour s’annonçait pitoyable. Drôle d’ambiance : au fond, personne n’était dupe. On marchait sans guère de conviction. Les refoulés de Bastille s’en allaient, eux, porter ailleurs leur colère. Par téléphone, on apprenait que ça pétait à garde de Lyon. Devant le palais Brognard aussi. Mais il y avait tellement de policiers ce jour-là dans Paris que les escarmouches étaient vite neutralisées. Partout du reste, en dehors de Bastille, la police semait l’embûche de ses barrières anti-émeutes. Le cortège, funèbre, avançait donc son pas de sénateur quand enfin la journée s’anima un peu. Nuit Debout débarquait, prenant la manif en sens inverse. «Chef, ils défilent dans le mauvais sens, on fait quoi ?» Panique des casques bleus. Le temps qu’ils tergiversent, on a bien parcouru une centaine de mètres derrière la fanfare de Nuit debout, ralliée par une foule de manifestants que le défilé à la Valls ne séduisait guère. Puis les renforts en bleu sont arrivés. «Faut tourner dans le bons sens»… Le ridicule ne tue plus… Les discussions s’engagent avec la première ligne : «ça vous fait quoi d’obéir à des ordres imbéciles ?», tandis qu’au fond du Boulevard Bastille, la tête du cortège arrive… Mais les ordres sont les ordres : il faut tourner dans le bon sens, c’est Valls qui le veut… Les gamins en arme de la première ligne lèvent les yeux au ciel. Des ordres crétins, en effet… Pas les premiers, pas les derniers… Lorsque la tête du cortège arrive à moins de cent mètres, l’ordre de repli est donné, dans une belle pagaille… La fanfare de Nuit Debout accompagne la déroute des forces de l’ordre. Nous avançons à la rencontre du cortège, dont nous sommes la queue. Le service d’ordre de FO, agacé, tente le coup de poing. C’est que Nuit Debout n’a pas respecté leur préséance. Les syndicats ont bien ré-endossés eux aussi leurs uniformes. Du moins les appareils, calculateurs, susceptibles quant à l’Ordre politique de la société civile. Et l’on comprend cette réaction : en tournant dans le mauvais sens, Nuit Debout leur révélait l’inanité d’un tel cortège ballon-merguez.

Bastille, la victoire fielleuse de Valls

Curieuse ambiance. Qui laisse un fort goût d’amertume. Sitôt la boucle bouclée, FO décidait la dispersion de la manif. 55 minutes de marche, en rond. «On fait quoi maintenant ?». Partout des citoyens dépités. La CGT emboîta le pas. Le canon à eau se positionnait, les flics mettaient leurs casques. Un goût de défaite. La CGT a accepté l’humiliation proposée par Valls, qui en sort victorieux, quand bien même cette fois encore le décompte de la préfecture aura été lamentable. Nous étions 60 000, dans un cirque à ciel ouvert, à tourner comme des bourriques pour la plupart, dans ce bon sens de marche décrété par Valls. Une petite heure de déambulation. Restaient les autonomes, peu enclins à satisfaire cette vilenie. Ils sont allés faire la fête au siège de la CFDT, la centrale supplétive de l’ordre vallsien. On comprend. Reste la propagande, le coup de force des médias, le coup de force du gouvernement, pour jeter les forces innombrables de la contestation sociale dans le plus grand désarroi. Reste la montée en puissance de la violence dans l’espace théoriquement pacifié qui aurait dû être celui des démocraties, qui signe l’échec des conceptions démocratiques de l’autorité souveraine : le Souverain, en France, n’est plus le Peuple, ni la Nation, mais l’Etat. Et sa violence n’est que l’expression d’une violence privée : celle de la ligue au Pouvoir.

Partager cet article

Repost 0
Published by joël jégouzo - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Dimension du sens que nous sommes
  • La Dimension du sens que nous sommes
  • : "L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
  • Contact

Recherche

Catégories